The Mask-Careto : un Etat serait à l'origine du virus dédié au cyberespionnage | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
The Mask-Careto : un Etat serait à l'origine du virus dédié au cyberespionnage
©

Alerte

The Mask-Careto : un Etat serait à l'origine du virus dédié au cyberespionnage

Ce logiciel malveillant permet d'intercepter différentes données comme le trafic Internet, les frappes sur le clavier, les conversations Skype, et voler les informations des appareils connectés.

Qui se cache derrière "The Mask" ? Ce virus dédié au cyberespionnage aurait frappé gouvernements et entreprises de 31 pays, dont les Etats-Unis, la France, l'Allemagne et la Chine, ont annoncé lundi des experts en sécurité informatique. Selon les chercheurs de l'entreprise de sécurité Kaspersky Lab, ce logiciel malveillant, également connu sous le nom de "Careto", serait sponsorisé par un Etat. Particulièrement complexe, The Mask a été utilisé au moins depuis 2007.

Ce virus ne touche pas uniquement les ordinateurs. Il peut aussi infecter les téléphones portables et les tablettes. Les experts ajoutent que ses concepteurs, qui semblent parler espagnol, pourraient utiliser ce logiciel pour voler des documents sensibles comme des clés d'encodage. Les principales cibles sont apparemment des gouvernements et missions diplomatiques, des entreprises du secteur énergétique, des organismes de recherche, des sociétés de capitaux privés ou encore des militants politiques.

"Careto intercepte tous les canaux de communication et recueille les informations les plus essentielles de l'appareil de la victime", explique Kaspersky Lab dans un communiqué. Les pirates peuvent intercepter des données comme le trafic Internet, les frappes sur le clavier, les conversations Skype etc. "Le détecter est extrêmement difficile", ajoute l'entreprise.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !