Propos antisémites : après son blog retiré, Jean-Marie Le Pen se dit "blessé" par sa fille | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Propos antisémites : après son blog retiré, Jean-Marie Le Pen se dit "blessé" par sa fille
©

Embrouille

Propos antisémites : après son blog retiré, Jean-Marie Le Pen se dit "blessé" par sa fille

Le président d'honneur du Front national a de nouveau réagi après la suppression de son journal de bord, qu'il estime "tout à fait injustifié".

Jean-Marie Le Pen publiait une vidéo chaque vendredi sur son blog, jusqu'ici hébergé sur le site du FN. C'est d'ailleurs sa dernière vidéo publiée le 6 juin qui a suscité la polémique. Le président d'honneur du front national avait déclaré "on fera une fournée la prochaine fois". Il faisait référence au refus du chanteur Patrick Bruel de se produire dans les villes siègées par le parti. Une attitude qui avait été qualifiée de "faute politique" par sa fille Marine Le Pen, et décidé le parti à retirer son blog du site internet. 

"Ma fille m'a poignardé dans le dos" a rapidement réagit Jean-Marie le Pen au téléphone ce mardi matin. "Si je les emmerde, ils ont qu'à me tuer. Je ne me suiciderai pas" a-t-il ajouté. Plus tard dans la journée, Jean-Marie Le Pen disait ne pas cacher que, "sur le plan affectif", il a été "blessé" par sa fille. "On est toujours blessé d'être victime d'une injustice, et plus encore quand cette injustice a une origine familiale", a expliqué Jean-Marie Le Pen dans une interview accordée à France Info.  

Jean-Marie Le Pen précise par ailleurs qu'il n'a eu aucune communication avec sa fille concernant la décision de ne plus héberger ses vidéos. "Je supporte assez bien les coups de face mais pas ceux qui sont donnés dans le dos, lâchement. (...) Je n'ai plus aucune communication avec elle" dit le président d'honneur du FN. Il a cependant indiqué qu'il comptait poursuivre son blog coûte que coûte. "Il est bien évident que mon journal de bord continuera", ajoute-t-il, "sur mon site personnel" "pour autant que Dieu me prêtera vie oui".

L'avocat du FN, Wallerand de Saint-Just, justifie cette décision par "des raisons juridiques". Il explique que Marine Le Pen a déjà été"visée par des plaintes en tant que directrice de publication du site" à la suite de propos de son père et qu'il souhaiterait désormais éviter ce type de mésaventures. Il précise que, le nom de Marine Le Pen en tant que directrice de publication avait été remplacé par celui de François Jalkh, délégué général du mouvement, également pour des raisons juridiques.

Lu sur lemonde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !