Le programme de création de nouvelles extensions web de l’Icann reporté | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Le programme de création de nouvelles extensions web de l’Icann reporté
©

Déception

Le programme de création de nouvelles extensions web de l’Icann reporté

Afin d'obtenir un nouveau suffixe pour leur adresse Internet, les candidats devront attendre.

L'Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (Icann), a stoppé son programme de nouvelles extensions Internet jeudi dernier. L'organe américain de gestion des noms de domaines explique ce report par un problème technique.

Il existe aujourd’hui seulement une vingtaine de noms de domaines génériques (.com, .org, .net…), et environ 250 extensions correspondant à un pays (.fr, .de...). La réforme doit permettre l’arrivée de  plusieurs centaines de nouveaux suffixes pour les sites Internet. Les adresses web pourront se terminer par le nom d'une entreprise ou d'une institution.

Lancé officiellement le 12 janvier, le programme de nouvelles extensions avait provoqué beaucoup d’intérêt, et comptait déjà 839 postulants fin mars. Les postulants auront finalement jusqu'au 20 avril pour demander de nouveaux suffixes.

Le nom des marques candidates à une nouvelle extension va toutefois rester secret, jusqu'au 1er mai. L'Icann, dévoilera alors le nom des candidats, et pour quels suffixes ils postulent. Un système d'enchères pourrait alors être mis en place, afin de départager les candidats à une même extension.

Le programme a provoqué une polémique, à cause de son prix élevé. Une fédération d'associations et d'entreprises américaines s’est élevée contre ce système qui ferait "pression sur les détenteurs de marques, à tous les niveaux, incluant les petites entreprises, les consommateurs, les organisations non gouvernementales, les associations caritatives, qui seront obligés d'acheter de nouveaux noms de domaines de premier niveau".

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !