Présidentielle : ex-conseiller de Sarkozy, Patrick Buisson pense que le 2e tour sera un duel de marchands de peur | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Patrick Buisson
Patrick Buisson
©Capture d'écran Europe 1

Avenir sombre

Présidentielle : ex-conseiller de Sarkozy, Patrick Buisson pense que le 2e tour sera un duel de marchands de peur

Pour le politologue un soutien de Sarkozy à Macron ouvrirait un boulevard à Marine Le Pen

La droite des Républicains est dans une impasse selon le politologue Patrick Buisson invité d'Europe 1 mercredi matin.

Les Républicains sont mal partis selonl'ex-conseiller de Nicolas Sarkozy, parce que pour la 1ere fois dans une élection presidentielle elle n'aura vraisemblamement pas un candidat susceptible de se qualifier au second tour.

Selon Patrick Buisson, la pire des choses serait un ralliement  ou un soutien de Nicolas Sarkozy envers Emmanuel Macron. C'est une hypothèse plausible selon Buisson, et cet éventuel soutien ouvrirait un boulevard à Marine Le Pen, en décourageant un éventuel front républicain.

Et finalement, Patrick Buisson pense que "celui qui ralliera le parti de l'ordre gagnera" Face au terrorisme, à l'inésécurité, pour Buisson le deuxième tour de l'élection présidentielle sera un duel de "marchands de peur".

Le politologue, souligne Europe 1, ne ménage pas Emmanuel Macron. Il reproche au chef de l'Etat son manque d'intérêt pour son pays, pointant ainsi du doigt un manque de patriotisme. "Quand on a fait une carrière au service de la finance internationale et que l'on a été le premier collaborateur de François Hollande, la France n'est pas la préoccupation", a-t-il estimé. "Il avait d'ailleurs dit lors de sa campagne qu'il n'y a pas de culture française. Et bien moi je considère qu'il y a une culture française, et fort heureusement".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !