Pourquoi la variole du singe (monkeypox aux USA) n'est pas comme le Covid-19 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Singe
Singe
©Flickr/Derek Keats

Santé

Pourquoi la variole du singe (monkeypox aux USA) n'est pas comme le Covid-19

Face à la variole du singe, le grand public est mieux armé que lors des débuts du Covid-19

Aux Etats-Unis, mercredi, le CDC d'Atlanta a confirmé un cas de variole du singe (appelée monkeypox aux Etats-Unis) chez un homme du Massachusetts qui avait récemment voyagé au Canada explique le site américain Vox.

Ce n'était pas la première fois que les États-Unis voyaient un cas de monkeypox, un virus lié à la variole qui provoque des symptômes pseudo-grippaux plus une éruption cutanée, et peut parfois être mortel. Parfois, les autorités de santé publique identifient des cas isolés chez des personnes récemment rentrées d'Afrique de l'Ouest ou d'Afrique centrale, où la maladie est plus fréquente.

Ce qui est différent – ​​et préoccupant – dans ce cas du Massachusetts, c'est qu'il se produit alors que des grappes d'infections à la variole du singe apparaissent dans d'autres pays où le virus est également rare.

Avec la variole du singe, le monde fait face à une situation très différente de celle des premiers jours de Covid-19. Nous avons plus d'outils pour la prévenir et y faire face - bien plus que nous n'en avions pour le Covid-19 au début de la pandémie -. Et le système de santé publique comme le grand public se sont habitués à prendre des mesures pour empêcher la propagation des infections. Pourtant, la trajectoire de l'épidémie est encore incertaine et les experts en santé publique restent vigilants.

C'est en partie parce que la variole du singe est liée au virus de la variole et que l'immunité contre la variole protège contre la variole du singe. Mais à partir de 1980 , la variole a été éradiquée chez l'homme et les vaccinations contre la variole sont devenues rares - et les cas humains de variole du singe ont augmenté. Le Nigeria a signalé 450 cas depuis 2017, lorsque les autorités de santé publique ont commencé à voir plus de cas chez l'homme.

Différence importante, contrairement au Covid-19, où les personnes infectées peuvent propager la maladie avant de tomber malades, la variole du singe n'est pas considérée comme contagieuse avant que les personnes ne développent des symptômes. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !