Les proches de Jeremy Cohen, un jeune homme tué par un tramway à Bobigny accusent : il a été agressé par des jeunes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Pas de photo
Pas de photo
©

Agression

Les proches de Jeremy Cohen, un jeune homme tué par un tramway à Bobigny accusent : il a été agressé par des jeunes

Le drame s'est produit le 16 février et revient dans l'actualité suite, semble-t-il, à un tweet d'Eric Zemmour

"Le 16 février, Jeremy Cohen, un jeune homme de 19 ans se fait tabasser à Bobigny par une bande de voyous. Il tente de s’échapper, court, traverse la rue et se fait percuter par un tramway. Depuis le 16 février, personne ne parle de sa mort. Pourquoi ?" a écrit Eric Zemmour ce lundi sur Twitter.

En fait, le drame a fait l'objet d'un article dans Le Parisien du 17 février dernier, mais sans mentionner que le jeune homme était handicapé, qu'il portait une kippa, et qu'il semblait avoir été agressé, et semblait fuir ses poursuivants sans avoir vu un tramway arriver. Ce qui pourrait permettre d'estimer que le drame a un caractère antisémite.

"Sans rien retirer des critiques que j’ai contre lui, si Éric Zemmour n’avait pas tweeté sur #JeremyCohen ce matin, nous serions encore nombreux (moi y compris) à ne pas avoir entendu parler de ce drame." écrit sur Twitter, Julien Bahiou qui se présente comme un franco-israélien.

Une journaliste médicale Martine Weill-Raynal accuse sur Twitter : "C'est la famille qui a fait l'enquête et qui retrouvé la vidéo de l'agression. Où est la police? Où est l'Etat de droit. Pauvre France"

Les réactions sur les réseaux sociaux ont conduit le procureur de Bobigny a publier un communiqué faisant le point sur l'enquête :

"A la suite du décès d'un jeune homme renversé par un tramway à Bobigny le 17 février 2022 une enquête était ouverte au commissariat de Bobigny, dans un premier temps pour homicide involontaire. Rapidement, les éléments recueillis permettaient de comprendre que, quelques instants avant l'accident, la victime avait subi des violences. Une seconde enquête était ouverte pour violences volontaires en réunion Les deux enquêtes étaient menées parallèlement. L'hypothèse que la victime ait traversé les voies du tramway pour échapper à ses agresseurs était naturellement prise en compte. À la suite de différents contacts et d'un rendez-vous avec les avocats de la famille de la victime, de plusieurs comptes rendus d'enquête et d'échanges avec les enquêteurs, il était décidé pour mettre tous les moyens utiles au service de la manifestation de la vérité - de regrouper les deux procédures dans un seul dossier judiciaire, - d'ouvrir le 29 mars 2022 une information judiciaire visant la qualification la plus haute envisageable à ce stade des investigations : violences volontaires en réunion ayant entraîné la mort sans intention de la donner. L'enquête se poursuit désormais sous l'autorité d'un juge d'instruction et sur commission rogatoire confiée au service départemental de police judiciaire de Seine-Saint-Denis."

Par ailleurs la vidéo retrouvée par la famille montrant la scène a été diffusée sur les réseaux sociaux. Ce que regrette la famille du défunt si l'on en croit Noémie Halloua, correspondante à Paris de la chaîne d'information i24News qui écrit sur Twitter : "Nous avons pu nous entretenir avec le père de #JeremyCohen, très choqué par la diffusion de la vidéo à laquelle la famille était opposée. Il juge la diffusion des images de la mort de son fils d'une violence inouïe et regrette que sa dignité n'ait pas été respectée."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !