Nicolas Bay explique pourquoi il a décidé de s’engager aux côtés d’Éric Zemmour | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Bay
Nicolas Bay
©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Divorce

Nicolas Bay explique pourquoi il a décidé de s’engager aux côtés d’Éric Zemmour

Il confirme son intention de porter plainte pour diffamation après avoir été accusé d'avoir renseigné l'équipe d'Eric Zemmour

Accusé d'infidélité parce qu'il rallie Eric Zemmour, Nicolas Bay répond dans Le Figaro : "C’est une conception dévoyée de la fidélité. Je suis un militant politique, pas un boutiquier. Je me suis engagé à 14 ans pour des idées et des valeurs, et c’est là que se situe ma fidélité: un parti politique n’est qu’un outil. Renoncer à dénoncer le carcan de la Cour européenne des droits de l’homme, à la sortie de Schengen, à la fin de la binationalité, accepter la PMA sans père: ces multiples revirements et reculades ont contribué à démobiliser nos électeurs et constituent, pour le coup, une vraie infidélité à leur égard."

Accusé d’avoir transmis des informations confidentielles aux équipes d’Éric Zemmour. Nicolas Bay répond : 

"Quand on veut noyer son chien, on l’accuse d’avoir la rage» - vous connaissez l’expression populaire. Ce sont des accusations mensongères, et j’ai déposé plainte en diffamation. Je n’avais même pas accès à la moindre information de ce type… En réalité, j’ai demandé à avoir une discussion franche, devant le bureau exécutif et en présence de Marine Le Pen, et pour toute réponse on m’en a suspendu!"

Quand on lui parle de la radicalité d'Eric Zemmour qui lui barrerait la route vers la victoire, Nicolas Bay rétorque : "Elle fait une confusion entre extrémisme et radicalité. Quand notre pays est au bord du gouffre, les mesures à mettre en œuvre sont forcément radicales." 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !