Myriam El Khomri : "le ministère du Travail est celui du progrès social, pas des statistiques, ni des commentaires" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Myriam El Khomri : "le ministère du Travail est celui du progrès social, pas des statistiques, ni des commentaires"
©Reuters

Petite nouvelle

Myriam El Khomri : "le ministère du Travail est celui du progrès social, pas des statistiques, ni des commentaires"

La nouvelle ministre du Travail était l'invitée de RTL ce jeudi matin. Elle a indiqué ses objectifs jusqu'à la fin du quinquennat.

La montée du FN

"J'ai été élue à Paris avec mon nom de jeune fille donc je l'ai gardé. Mais ce n'est pas ça l'important. (...) Pour moi, il faut combattre le FN par des actions. Je suis allée dans des villes gérées par le FN. Il convient d'aller sur le terrain et entendre les gens qui vivent dans ces municipalités. Le FN progresse car il y a une crise politique, nous n'arrivons pas à apporter des réponses concrètes. Il faut montrer que nos actions peuvent changer le quotidien".

Son action au ministère

"Je suis tendance Bertrand Delanoë (Rires). C'est mon école, elle est faite de travail et d'actions concrètes. Je me rends compte que beaucoup de Français connaisent le chômage et la précarité. Il faut améliorer le quotidien de l'emploi. Je compte bien avoir des résultats. Pour moi, ce ministère est celui du progrès social, pas des statistiques, ni des commentaires".

Pourquoi elle a été nommée

"Je pense que j'ai une légitimité qui vient du terrain; Dans certains quartiers, il y a beaucoup de chômage. Je connais cette réalité. J'ai une feuille de routre fixée. Je veux réformer tout en trouvant les moyens d'une efficacité économique. Il y a plein de tabous mais je compte bien agir. Je veux jouer à part entière mon rôle de ministre. Il faut de l'écoute auprès des syndicats mais il faut une volonté ferme de réformer. Je n'ai pas de date butoir pour réformer le droit du Travail". 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !