Médecine : le ministère de la Santé envisage une année d’internat dans les déserts médicaux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Le ministre de la Santé, François Braun.
Le ministre de la Santé, François Braun.
©Michal Cizek / AFP

Médecine : le ministère de la Santé envisage une année d’internat dans les déserts médicaux

Le gouvernement veut prolonger l'internat des étudiants en médecine générale d'un an. Cette quatrième année aurait lieu dans les déserts médicaux.

François Braun, le ministre de la Santé, va proposer, dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2023 qui sera présenté lundi en conseil des ministres l’ajout d’une quatrième année d’études pour les internes de médecine générale, selon des informations du Figaro, confirmées par le JDD et FranceInfo. Cette mesure, qui portera à dix ans la durée de la formation d’un généraliste (six ans avant le concours de l’internat et quatre ans ensuite) vise à les envoyer dans les déserts médicaux.

Cette année supplémentaire sera réalisée en ambulatoire, sous la supervision de médecins libéraux formés, précise le Figaro. Elle n'aura pas obligatoirement lieu dans un désert médical, mais cela sera encouragée à avoir lieu dans des déserts médicaux. Pour cela, le gouvernement envisage notamment de leur proposer un logement sur place afin de les inciter à rester dans ces zones à l’issue de leur cursus.

Cette mesure s’appliquerait à la rentrée universitaire 2023, soit pour la promotion qui passera le concours en juin 2023 et débutera l’internat cinq mois plus tard. 

La mesure est d'ores et déjà rejetée par des syndicats d'étudiants en médecine, qui refusent d'être réquisitionnés pour remédier à la pénurie de médecins. "C'est une année de formation, ce n'est pas une année où on va les envoyer au front tout seul", a répondu le ministre de la santé sur France Info. 

À Lire Aussi

Comment sauver le soldat médecin libéral ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !