Le variant brésilien ne représente que 0.3% des détections en France mais il y a un risque d'extension cet été selon le Conseil Scientifique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Hôpital au Brésil
Hôpital au Brésil
©MICHAEL DANTAS / AFP

Coronavirus

Le variant brésilien ne représente que 0.3% des détections en France mais il y a un risque d'extension cet été selon le Conseil Scientifique

La France métropolitaine est probablement en partie protégée actuellement par la présence du variant britannique

Le variant brésilien (BR-P1) est largement dominant en Amérique du Sud et est responsable d’une crise sanitaire majeure au Brésil. Il a un niveau de transmission élevé, un peu moins élevé que le variant UK. On ne sait pas encore s’il est plus létal" écrit le Conseil Scientfique dans son avis daté du 16 avril.

"Les vaccins à ARNmessager ont une efficacité conservée mais diminuée vis-à-vis du variant BRP1 (supérieure par rapport à la réponse vis-à-vis du variant SA sud-africain). La France métropolitaine est probablement en partie protégée actuellement (mi-avril 2021) par la présence du variant UK. Le niveau de circulation du variant BR-P1 reste très bas." ajoute le Conseil.

"L’incidence augmente fortement en Guyane depuis 4 semaines avec une présence très majoritaire du variant BR-P1, un variant anglais minoritaire et une transmission locale avérée. Un risque d’extension du variant BR-P1 doit être pris en compte durant l’été 2021, si on observe une baisse du variant UK et une couverture vaccinale avec les vaccins à ARNm en hausse, mais à un niveau encore insuffisant." précise le Conseil.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !