Le Parlement européen valide le budget européen malgré les fraudes commises par des membres de la Cour des comptes européenne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Parlement européen
Parlement européen
©FREDERICK FLORIN / AFP

Europe

Le Parlement européen valide le budget européen malgré les fraudes commises par des membres de la Cour des comptes européenne

La commission du contrôle budgétaire avait pourtant recommandé il y a deux mois de rejeter cette "décharge budgétaire"

Le Parlement européen estime que les fraudes et les malversations commises par les membres de la Cour des comptes européenne (CCE) et révélées par Libération n’ont pas à être sanctionnées : par 333 voix contre 291, le Parlement européen a accordé aujourd’hui sa “décharge budgétaire” explique Jean Quatremer (correspondant de Libération à Bruxelles) sur son compte Twitter.

"Sa Commission du contrôle budgétaire avait recommandé il y a deux mois de rejeter cette décharge. Si elle avait été suivie, cela n’aurait pas contraint les membres impliquées dans ces scandales à démissionner, mais cela aurait été une claque politique" ajoute Quatremer.

"Le Parlement se contente des promesses de la CCE, la “conscience financière de l’Union”, de modifier ses règles pour que les fraudes ne puissent se reproduire. Mais l’argent détourné restera détourné et les coupables resteront en place, ce qui est proprement sidérant" s'étonne Quatremer.

Selon le Parlement européen : "Au fil des années, le Parlement européen a refusé d'accorder la décharge budgétaire de plusieurs agences et organes de l'Union européenne, dont deux fois pour la Commission européenne, en 1984 (pour l'année financière de 1982) et en 1998 (pour l'année financière de 1996, ce qui engendra la démission de la Commission Santer)." "Pour les années 2016 et 2017, le Parlement a refusé d’accorder la décharge au Bureau européen d’appui en matière d’asile basé à Malte, ce qui a finalement conduit à des changements dans sa gestion et dans sa structure organisationnelle."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !