Le député ex-LREM M'jid El Guerrab condamné à trois ans de prison, dont un ferme, et deux ans d’inéligibilité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
M'jid El Guerrab prend la parole lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris. 3 juillet 2018
M'jid El Guerrab prend la parole lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris. 3 juillet 2018
©ERIC FEFERBERG / AFP

Le député ex-LREM M'jid El Guerrab condamné à trois ans de prison, dont un ferme, et deux ans d’inéligibilité

M'jid El Guerrab avait agressé à coups de casque de l'ancien responsable socialiste Boris Faure en 2017

Le député ex-LREM de la 9e circonscription des Français établis hors de France (Maghreb et l'Afrique de l'Ouest), a été condamné ce jeudi à trois ans de prison et à deux ans d'inéligibilité pour l'agression à coups de casque de l'ancien responsable socialiste Boris Faure en 2017. Condamné à un an de prison ferme, M’jid El Guerrab ne passera pas par la case prison : sa peine sera aménagée en détention à domicile avec un bracelet électronique, a précisé le tribunal judiciaire de Paris. 

L’affaire remonte au 30 août 2017. M'jid El Guerrab et Boris Faure s’étaient croisés par hasard, rue Broca à Paris. Une conversation s’envenime avant de virer à l’altercation, le responsable socialiste reprochant au député LREM son départ du PS pour la République en Marche. M'jid El Guerrab assène alors à Boris Faure deux coups de casque sur le crâne. Atteint d'un traumatisme crânien et d'une hémorragie cérébrale, le socialiste est opéré en urgence, passe trois jours en réanimation, avant d'être hospitalisé à nouveau quelques jours plus tard. Pour sa défense, l’ex député LREM affirme avoir été victime d'injures racistes.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !