La mouvance islamiste remet en cause le principe de laïcité à l'école selon le Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Ecole
Ecole
©XAVIER LEOTY / AFP

Education

La mouvance islamiste remet en cause le principe de laïcité à l'école selon le Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR)

Selon une note du CIPDR datant du 17 août

"A l'approche de la rentrée scolaire, plusieurs messages, sur les réseaux sociaux, de comptes gravitant autour de la mouvance islamiste remettent en cause le principe de laïcité à l'école." Une note du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR), datée du 27 août et que L'Express a pu consulter, évoque une offensive menée sur le Web visant à déstabiliser l'institution scolaire."

"Le document énumère, avec force détails, les différentes stratégies en cours : encouragement à porter des vêtements marquant une appartenance religieuse à l'école, incitation à la prière au sein de l'école, chantage à la photo de jeunes femmes musulmanes dévoilées, conflictualisation entre personnels éducatifs et élèves.... Ces messages sont émis dans leur grande majorité, signale la note, par des comptes anonymes créés sur les plateformes TikTok et Twitter." écrit l'Express.

"Les auteurs du texte citent le cas d'un parent d'élève. Dans une lettre vindicative, adressée à la direction du collège de sa fille, en Haute-Loire, ce père dénonçait l'interdiction faite à sa fille de porter une tenue "de type burkini" en cours de natation. Une façon, selon lui, "de participer à l'oppression et à l''islamophobie' systémique dont seraient victimes les musulmans en France". La vidéo accusatoire de quinze minutes, publiée sur YouTube, a été depuis retirée. "Cette agitation numérique rappelle le mécanisme ayant mené à l'assassinat de Samuel Paty", conclut la note citée par l'Express. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !