Insécurité : la réponse parfaite de Mila à Assa Traoré | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
La militante Assa Traoré.
La militante Assa Traoré.
©Sameer Al-DOUMY / AFP

Punchline

Insécurité : la réponse parfaite de Mila à Assa Traoré

La militante Assa Traoré a déclaré que "les hommes noirs et arabes ne sont pas en sécurité en France".

Assa Traoré s'en est de nouveau pris à la France, dans un entretien intitulé "Les hommes noirs et arabes ne sont pas en sécurité en France" accordé le jeudi 4 février à Jeune Afrique. Elle y dénonce de prétendues "conséquences de l’esclavagisme et du colonialisme" qui seraient toujours visibles en France et déclare "cc’est important que la population française le sache, ce pays des Droits de l’Homme, qui dit dans le monde entier qu’il est démocratique, qui met en avant Liberté, Égalité Fraternité… Il faut que le monde entier le sache, aujourd’hui toute la population issue de l’immigration n’est même pas considérée comme pouvant participer à la construction de cette France".

Elle poursuit en dénonçant une nouvelle fois les violences policières : "Oui, nous sommes en danger, oui les noirs sont en danger, oui les Arabes sont en danger, les personnes issues de l’immigration sont en danger. Ils meurent sous les violences et les coups de cette police", assure-t-elle.

Ce discours victimaire a suscité beaucoup de réaction. Ainsi de Mila, adolescente menacée de mort pour avoir critiqué l'islam et placée sous protection policière. A la phrase "Les hommes noirs et arabes ne sont pas en sécurité en France", elle a répondu : "Les jeunes filles blanches non plus (je sais de quoi je parle)". 

Autre personne a avoir dénoncé les propos d'Assa Traoré, la violoniste Zhang Zhang. "C’est gentil à elle de se souvenir de la communauté asiatique de France, qui comme elle l’a dit, ne se sent pas en sécurité en raison de la criminalité croissante qui les vise, mais cette violence anti-asiatique ne vient pas de la police », a-t-elle écrit.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !