Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
©KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Chaos

Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi

Les "gilets jaunes" fêtent ce samedi le premier anniversaire de leur mouvement. Des violences ont eu lieu à Paris avant même le début de la manifestation.

En ce premier anniversaire du mouvement des Gilets jaunes, dont l'acte 1 avait eu lieu le 17 novembre 2018 pour protester contre une taxe sur les carburants, plusieurs milliers de personnes étaient attendues à Paris pour une manifestation - l'une des nombreuses prévues dans toute la France. Mais la préfecture de police a annoncé à 14h son interdiction des raisons des violences dans la capitale. 

Place d'Italie, d'où devait partir le cortège et où 3000 personnes sont rassemblées, des black blocs s'en sont pris à des véhicules et à du mobilier urbain. Plusieurs vitres de magasins et d'une banque ont aussi été brisés. Des scooters, voitures, poubelles et une pelleteuse ont été incendiés. Les pompiers sont intervenus à plusieurs reprises pour éteindre des feux de palettes ou de poubelles mais ont dû se retirer en raison de la pression des casseurs.

La préfecture de police a annoncé qu'à 14 heures, 46 personnes ont été interpellées dans la capitale. Près de 1500 contrôles préventifs ont eu lieu.

Sur l’ensemble du territoire, les autorités s’attendent à une mobilisation importante, mais pas de l'ampleur de ce qui a pu être enregistré en décembre et janvier dernier.Les dernières manifestations de Gilets jaunes n’ont jamais rassemblé plus de quelques milliers de personnes.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !