François Hollande : "chaque fois que j’ai à prendre une décision, je la prends" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
François Hollande : "chaque fois que j’ai à prendre une décision, je la prends"
©

Fermeté

François Hollande : "chaque fois que j’ai à prendre une décision, je la prends"

C’est ce qu’a affirmé ce lundi le président de la République dans une interview à BFMTV.

François Hollande est actuellement en déplacement en Israël. Au cours de sa première visite officielle, le chef de l’Etat a notamment appelé devant le Parlement israélien à un partage de Jérusalem, entre deux Etats, israélien et palestinien. Mais au cours de son périple, le président de la République a accordé une interview à BFM TV en compagnie de son homologue israélien Shimon Peres. Interrogé sur les relations franco-israéliennes, François Hollande n’a cependant pas pu échapper à des questions portant sur sa propre situation.

Affaibli par des sondages toujours plus en berne et mis en difficulté par des critiques venant même de son propre camp, le chef de l’Etat a été questionné sur son supposé manque d’autorité. Ce qui n’a pas manqué de l’agacer."Qu’est-ce que j’ai fait depuis des mois en France si ce n’est prendre des décisions ? Réduire les déficits, soutenir la compétitivité des entreprises, le mariage pour tous je l’ai fait" a-t-il certifié.

Alors que les Français se montrent toujours aussi méfiant sur sa capacité à redresser la France, il a déclaré : "C’est toujours plus facile de laisser filer les déficits ; c’est ce qu’ont fait mes prédécesseurs. Moi, je ne l’ai pas admis". Et de conclure : "Chaque fois que j’ai à prendre une décision qui me parait nécessaire pour mon pays – je ne dis pas qu’elle plait, je ne dis pas qu’elle convainc – je la prends".

Lu sur BFM TV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !