Emmanuel Macron regrette de faire face à "une nation de 66 millions de procureurs" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Macron
Macron
©Reuters

Contestation

Emmanuel Macron regrette de faire face à "une nation de 66 millions de procureurs"

Le président regrette l'attitude des Français et la défiance dont fait l'objet le gouvernement

Jeudi, lors d’un discours à l’université Paris-Saclay, Emmanuel Macron a regretté l'attitude des Français : « Nous sommes devenus une nation de 66 millions de procureurs », en déplorant la « traque incessante de l’erreur »  qui alimente selon lui, la « défiance » des citoyens envers leurs gouvernants. 

« Ce n’est pas comme ça qu’on fait face à la crise ou qu’on avance (...) Celui qui ne fait pas d’erreur, c’est celui qui ne cherche pas, qui ne fait rien ou qui mécaniquement fait la même chose que la veille. »

Le Monde note que ce sont "Des propos dans la lignée de ceux qu’il avait tenus contre les « Gaulois réfractaires », en août 2018. « Dès que quelque chose ne va pas, on le reproche à l’Etat », avait-il déjà déploré fin décembre 2020, dans L’Express."

La réaction ne s'est pas fait attendre : "De part et d'autre de l'échiquier politique, de nombreux élus reprochent au président de ne pas supporter les «critiques» des citoyens" souligne Le Figaro.

Éric Ciotti, a estimé qu'Emmanuel Macron avait «un problème avec le peuple» et que «La critique de son action par les Français n'est pas celle de procureurs mais de citoyens éclairés et libres ! Accepter la critique populaire c'est aussi cela l'esprit républicain»

«La démocratie c'est rendre des comptes», a déclaré Bruno Retailleau.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !