Élections régionales : en Bretagne, Le Drian ne veut pas d'écologistes sur sa liste | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Avec 34,9 % des suffrages - soit le meilleur score du PS -, Jean-Yves Le Drian n'est pas tributaire de la liste Europe Écologie-Les Verts.
Avec 34,9 % des suffrages - soit le meilleur score du PS -, Jean-Yves Le Drian n'est pas tributaire de la liste Europe Écologie-Les Verts.
©REUTERS/Philippe Wojazer

Pressions

Élections régionales : en Bretagne, Le Drian ne veut pas d'écologistes sur sa liste

"Si on m'impose de prendre six écolos, je démissionne du gouvernement", aurait lancé Jean-Yves le Drian à François Hollande, selon le Canard enchaîné.

Selon les indiscrétions du Canard enchaîné, Jean-Yves Le Drian et François Hollande ont entretenu un échange téléphonique houleux au lendemain du premier tour des élections régionales. Le ministre de la Défense rejette toute idée de fusion avec Europe Écologie-Les Verts pour le second tour, et aurait même lancé : "Si on m'impose de prendre six écolos, je démissionne du gouvernement".

Mardi matin, Manuel Valls aurait à son tour tenté de faire pression sur Jean-Yves le Drian : "Tu sais que ton attitude menace l'accord national conclu avec EELV. Tu peux faire perdre Barto en Ile-de-France". Ce à quoi le ministre aurait répondu : "Je m'en fous !".

Avec 34,9 % des suffrages en Bretagne - soit le meilleur score du PS -, Jean-Yves Le Drian n'est pas tributaire de la liste Europe Écologie-Les Verts de René Louail. Mais comme le note l'hebdomadaire Le Point, c'est pourtant lui qui est allé à la rencontre du ministre dès le dimanche soir. "Il faut qu'on discute", aurait-il proposé au directeur de campagne socialiste Loïg Chesnais-Girard. Vers minuit, dans la nuit de dimanche à lundi, il aurait même été reçu dans le QG socialiste de Rennes. 

Ces discussions auraient notamment porté sur l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, la centrale à gaz de Landivisiau et les lignes ferroviaires secondaires de la région, mais René Louail aurait en fin de compte exigé 6 sièges au conseil régional. "On n'a pas compris le jeu des écolos. Les débats sur le programme ont très vite laissé place aux négociations sur les sièges voulus par René Louail", comment un cadre de la campagne de Le Drian, cité par Le Point.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !