Du jamais vu : la Nasa repère une éruption 10 000 fois plus puissante que toutes les explosions solaires déjà observées | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Du jamais vu : la Nasa repère une éruption 10 000 fois plus puissante que toutes les explosions solaires déjà observées
©Nasa/Weissinger

Record

Du jamais vu : la Nasa repère une éruption 10 000 fois plus puissante que toutes les explosions solaires déjà observées

L'éruption qui s'est produite au mois d'avril sur une étoile naine rouge a même surpris les scientifiques.

L'univers a encore de nombreux secrets. Pour preuve, qui a déjà entendu parler de DG Canum Venaticorum, un système stellaire binaire situé à 60 années-lumière de la Terre ? Et pourtant les chercheurs de la Nasa ont observé l'éruption la plus puissante, la plus chaude et la plus longue jamais observée. Même le soleil n'a pas fait mieux !

Le 23 avril, le satellite Swift de la Nasa a repéré une étoile, une petite naine rouge vieille de 30 millions d'années, qui a libéré une série d'éruptions. "Nous pensions que cette série allait durer une journée, mais Swift a détecté au moins sept éruptions sur une durée de deux semaines", commente Stephen Drake, astrophysicien à la Nasa. Un "super flare" qu'il qualifie "d'évènement complexe".

Complexe voir exceptionnel. Normalement le satellite Swift ne détecte pas les éruptions qui ont lieu sur les étoiles voisines. Pour se faire une idée, le record pour une éruption solaire est 10 000 fois inférieur : en novembre 2003, les spécialistes recensaient un phénomène classé X 45. "L'éruption (qui s'est produite en avril), si elle avait été libérée par une planète située à la même distance que celle entre la Terre et le Soleil aurait été de classe X 100 000", poursuit l'astrophysicien.

Une aubaine que l'éruption se soit produite à 60 années-lumière. Au plus fort de l'épisode, la chaleur a atteint 200 millions degrés Celsius, soit douze fois plus qu'au centre du soleil. Toutefois Swift n'a pas pu déterminer de quelle étoile du système DG Canum Venaticorum provenait les explosions : les deux étoiles composant le système stellaire binaire étant trop proches en distance.

Cet épisode a surpris même chez les scientifiques de la Nasa. "Ce système ne faisait pas partie de notre liste d'étoiles capables de produire un phénomène pareil", détaille Rachel Osten, astronome au Space Telescope Science Institute. Ces éruptions résultent d'une libération soudaine d'énergie provoquée par des mouvements intenses de gaz à l'intérieur de l'étoile.

Lu sur le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !