Deux études confirment que la protection immunitaire diminue progressivement après la vaccination contre le Covid-19 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Vaccination
Vaccination
©Jeff J Mitchell / POOL / AFP

Coronavirus

Deux études confirment que la protection immunitaire diminue progressivement après la vaccination contre le Covid-19

Ce qui confirme que même les personnes complètement vaccinées doivent maintenir des précautions contre tout risque d'infection

Deux études publiées hier dans le New England Journal of Medicine confirment que la protection immunitaire offerte par deux doses du vaccin Covid-19 de Pfizer diminue au bout d'environ deux mois, bien que la protection contre une infection grave, l'hospitalisation et la mort reste forte signale CNN.

Une étude israélienne a porté sur 4 800 agents de santé et a montré que les niveaux d'anticorps diminuaient rapidement après deux doses de vaccin "en particulier chez les hommes, chez les personnes de 65 ans ou plus et chez les personnes immunodéprimées" ajoute CNN.

Une deuxième étude réalisée au Qatar montre que la protection contre l'infection induite par le vaccin Pfizer, atteint son maximum le premier mois après la deuxième dose, puis diminue progressivement au cours des mois suivants", ont écrit Laith Abu-Raddad de Weill Cornell Medicine-Qatar et ses collègues. "Le déclin semble s'accélérer après le quatrième mois." précise CNN.

"Les personnes vaccinées ont vraisemblablement un taux de contact social plus élevé que les personnes non vaccinées et peuvent également avoir une adhésion moindre aux mesures de sécurité", ont-ils écrit. "Ce comportement pourrait réduire l'efficacité réelle du vaccin par rapport à son efficacité biologique, expliquant peut-être le déclin de la protection."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !