Crise et incidents à l'aéroport d'Amsterdam : trop de voyageurs, pas assez de personnel de sécurité pour les contrôler | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Amsterdam
Amsterdam
©Robin van Lonkhuijsen / ANP / AFP

Surcharge

Crise et incidents à l'aéroport d'Amsterdam : trop de voyageurs, pas assez de personnel de sécurité pour les contrôler

L'un des plus grands aéroports d'Europe manque aussi de bagagistes

Situation confuse à l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol, où un afflux de voyageurs conjugué à un manque de personnels créé une situation chaotique depuis fin avril raconte le correspondant du Monde à Bruxelles.

Ce week-end, les services de sécurité ont été totalement débordés et, dans la soirée du dimanche 22 mai, des bagarres ont éclaté, entraînant un arrêt de travail des employés chargés de la surveillance.

Un responsable de la société CTSN, en charge de la sécurité de l’aéroport, a détaillé, lundi 23 mai, une situation « très dangereuse », qui a totalement dégénéré et mettait en danger, selon lui, les employés et le public qui était massé devant les postes de contrôle et inquiet de rater le décollage. Constatant la fermeture de plusieurs files, des passagers se sont énervés et en sont venus aux mains entre eux, puis avec la police. Il semble que certains voyageurs ont pu échapper aux contrôles avant d’embarquer selon Le Monde

Il y a un mois, le 23 avril,  150 bagagistes étaient parvenus à bloquer toute l’activité, ce qui avait entraîné une vague d’annulations de vols : une centaine pour KLM, une quarantaine pour d’autres compagnies. La police avait dû fermer les accès routiers menant à l’aéroport.

Fin avril les voyageurs étaient priés d’arriver quatre heures avant le décollage et des files immenses se sont formées aux portes de l’aéroport au cours du week-end des 30 avril et 1er mai.

Pour les syndicalistes, seule une diminution du nombre de vols permettrait d’éviter une répétition des incidents et une attente de plusieurs heures avant un embarquement. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !