Covid-19 : Gabriel Attal a appelé les "plus de 65 ans et les plus fragiles" à effectuer leur 3ème dose du vaccin  | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, lors d'une conférence de presse à l'issue du Conseil des ministres.
Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, lors d'une conférence de presse à l'issue du Conseil des ministres.
©LUDOVIC MARIN / AFP

Campagne vaccinale

Covid-19 : Gabriel Attal a appelé les "plus de 65 ans et les plus fragiles" à effectuer leur 3ème dose du vaccin 

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, s’est exprimé ce mercredi 20 octobre à l’issue du Conseil des ministres. Il a notamment évoqué l’adaptation du passe sanitaire et la question de la troisième dose du vaccin contre la Covid-19. 

A l'issue du Conseil des ministres, Gabriel Attal s'est exprimé sur de nombreux sujets et sur l'évolution de la crise sanitaire ainsi que sur les mesures déployées par le gouvernement. 
Sur la question du passe sanitaire, Gabriel Attal "ne voit pas comment" il pourrait être allégé le 15 novembre. 
"Je ne vois pas comment une adaptation du passe sanitaire pourrait intervenir au 15 novembre. Il y a une reprise de l’épidémie. (...) J’aimerais pouvoir vous dire que dans X semaines ou X mois, la situation sera suffisamment adaptée" pour renoncer au passe sanitaire, a indiqué Gabriel Attal.
Gabriel Attal a également appelé les "plus de 65 ans et les plus fragiles" à effectuer leur troisième dose de vaccin pour "maintenir très haut la protection conférée par la vaccination". 
Selon le porte-parole du gouvernement, "près de 4 millions de personnes éligibles n’ont pas encore reçu leur rappel" sur environ 6 millions de Français concernés.
Gabriel Attal a également précisé que "la campagne de vaccination grippale démarrera ce vendredi" 22 octobre.
Selon le porte-parole du gouvernement, "la très large protection vaccinale que nous avons atteinte, qui a créé cette décrue de l’épidémie, permet de contenir, à l’hôpital, le risque de vague hospitalière. Néanmoins, sans poursuite de notre mobilisation collective, l’hôpital pourrait connaître un hiver rude. L’épidémie de Covid, conjuguée à l’épidémie de grippe, à celle de la bronchiolite, pourrait mettre notre système hospitalier sous très haute tension. Nous devons donc tout faire pour éviter un troisième hiver très difficile à nos soignants".
Ouest-France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !