Aymeric Caron, candidat NUPES aux législatives, est rattrapé par ses propos polémiques sur "le permis de voter" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Aymeric Caron, candidat aux élections législatives, est rattrapé par ses propos polémiques sur "le permis de voter" lors de l'émission C à vous en 2017.
Aymeric Caron, candidat aux élections législatives, est rattrapé par ses propos polémiques sur "le permis de voter" lors de l'émission C à vous en 2017.
©JOEL SAGET / AFP

Démocratie

Aymeric Caron, candidat NUPES aux législatives, est rattrapé par ses propos polémiques sur "le permis de voter"

Aymeric Caron a annoncé mardi sa candidature aux élections législatives dans le cadre de la nouvelle coalition NUPES proposée par La France insoumise. Il est revenu, ce mercredi, sur ses propos, tenus en 2017, sur le "permis de voter".

A l'occasion de l'annonce de la candidature d'Aymeric Caron pour les élections législatives de juin prochain, une vidéo vieille de cinq ans a refait surface. En novembre 2017, Aymeric Caron avait été invité à l'émission de France 5, C à Vous, pour présenter son ouvrage "Utopia XXI".

Sur ce plateau de télévision, Aymeric Caron avait qualifié de "gênant" le fait "que dans une démocratie, puissent participer des personnes qui n'ont aucune connaissance des enjeux du vote en question". L'ancien journaliste Aymeric Caron est aujourd'hui officiellement candidat aux élections législatives sous la bannière de la Nouvelle union populaire écologie et sociale à Paris.

La présentatrice de l'émission, Anne-Elisabeth Lemoine, avait alors interrogé l'auteur sur un extrait en particulier dans lequel Aymeric Caron écrivait "Le citoyen inculte et irresponsable n’aura plus voix au chapitre. Personne ne pourra plus participer à la vie de la communauté sans avoir apporté les preuves qu’il en est digne. À cet effet, un permis de voter sera instauré".

Aymeric Caron avait justifié cette décision en déclarant que c'est bien notre société aujourd'hui qui décide "qui peut être médecin ou avocat" : 

"Nous avons nous-mêmes créé des instances qui, avec des sages, avec les personnes plus avisées de chacun de ces domaines, donnent des diplômes aux uns et aux autres".

Il avait proposé l'instauration d'un "permis de voter, comme il existe un permis de conduire" : 

"A chaque élection, on s'assure que les connaissances liées aux enjeux du moment sont bien maîtrisées des électeurs". 

Une vérification qu'Aymeric Caron avait imaginée sous la forme d'un QCM.

Aymeric Caron a décidé de rejoindre la Nouvelle Union populaire et a annoncé qu’il serait candidat à Paris pour les législatives, selon Le Parisien.

Il sera dans la circonscription du 18e arrondissement à Paris, selon Le Parisien. “La REV (Révolution éclogiste pour le vivant), le mouvement d'écologie radicale que j'ai créé il y a quatre ans et que je préside, a conclu un accord avec l'Union populaire il y a plusieurs mois. Il y aura d'autres candidats REV en France”, selon Aymeric Caron. 

Aymeric Caron s'est expliqué depuis sur Twitter en évoquant ”20 secondes tirées d'une vidéo hors contexte” et en promettant à la personne qui a exhumé ce passage que, s'il est élu député, elle pourra “toujours voter”.

Ce mercredi 4 mai, Aymeric Caron, candidat NUPES pour les législatives, a donc tenu à clarifier sa position sur le "permis de voter".

Invité de Sud Radio ce mercredi 4 mai, Aymeric Caron assure que ce "permis de voter" n’est "pas du tout une mesure [qu’il] porte dans le cadre de l’alliance que j’ai rejointe".

"Le permis de voter est une mesure présentée dans mon livre Utopia 21qui était le préquel du Utopia de Thomas More. (...) J’y faisais un certain nombre de propositions parmi les plus iconoclastes pour proposer des nouveaux modèles de sociétés".

"Cette proposition de permis de voter n’était jamais que le constat que ce permis existe déjà". Selon lui, l’âge est en effet le "seul critère" mis en place par la législation pour le vote. Aymeric Caron ne le remet pas en cause. Mais il estime que ce critère "est trop limitatif" et "qu’il faudrait un jour revoir" les modalités d’accès au vote.

Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !