Affaire Cahuzac : la presse se demande où est la "République irréprochable" de François Hollande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jérôme Cahuzac a été mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale
Jérôme Cahuzac a été mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale
©Reuters

C'est un cas...

Affaire Cahuzac : la presse se demande où est la "République irréprochable" de François Hollande

Comme Patrick Le Hyaric dans L'Humanité qui réclame un "grand nettoyage", les éditorialistes sont nombreux à vouloir la fin d'une certaine politique.

La "morale". Le mot revient dans bon nombre d'édito ce jeudi. La presse française exprime sa rage, son désespoir et même parfois son dégoût de voir qu'il existe encore plus qu'on ne le croit une certaine caste d'hommes politiques sans scrupule et sans "morale". Et les éditorialistes réclament donc un "un grand nettoyage" dans la classe politique. Le scandale Cahuzac doit servir à cela selon eux.

"Notre république a besoin d'un grand nettoyage!", estime Patrick Le Hyaric dans L'Humanité. " Pourquoi la France n'est-elle pas capable de s'aligner éthiquement sur les démocraties scandinaves qui ont, depuis longtemps, un degré zéro de tolérance à l'égard des dérapages des élus ? " se demande Jean-Marcel Bouguereau (La République des Pyrénées).

Paul-Henri du Limbert du Figaro ne croit pas au renforcement de la "République exemplaire" ? "Depuis trente ans, quel président ne leur a pas promis cette perspective radieuse, qui n'a nullement empêché, comme on l'a vu, qu'un ministre du Budget fraude le fisc ?", regrette-t-il. Dominique Quinio de La Croix juge que tout sera insuffisant si ceux qui "accèdent aux responsabilités politiques" (...) "n'exercent pas leur mission, leur mandat, avec droiture et rigueur morale. Oui, morale." "M. Hollande avait fait campagne pour rétablir une "République exemplaire". La voilà, aujourd'hui, en faillite. Et lui sèchement interpellé par une droite qui n'a pourtant guère de leçons à donner sur ce terrain." écrit l'éditorialiste du Monde.

Dans La Charente Libre, Dominique Garraud n'en pense pas moins: "Serpent de mer du quinquennat de Nicolas Sarkozy, la promotion par la loi d'une "République irréprochable" devient pour François Hollande aussi urgente que la bataille de l'emploi.", affirme-t-il. Nicolas Demorand de Libération fait partie de ceux qui se demandent "pourquoi (...)les moyens d'investigation d'un Etat moderne se révèlent-ils moins efficaces que ceux déployés par un média d'information numérique, qui n'a pouvoir ni de police ni de justice?"

Philippe Reinhard de L'Eclair des Pyrénées va plus loin et "imagine mal que les plus hautes autorités de la République en aient moins su que les journalistes de Mediapart." "Ou bien ils ont fait preuve d'une incroyable naïveté. Les deux dirigeants ont été soit menteurs, soit incompétents" écrit-il.

Daniel Muraz du Courrier Picard est de ceux qui constatent que "Les réactions rapides du PS et de l'Élysée ne peuvent empêcher le procès en amateurisme ou en duplicité qui s'esquisse." Hubert Coudurier du Télégramme rappelle que "de telles affaires font le jeu des populistes de tous bords". "Cela devrait inciter les principaux responsables politiques, stimulés par les médias, à ne pas en faire des tonnes.", prévient-il."

De son côté, Pascal Coquis (Les Dernières Nouvelles d'Alsace) trouve que l'opposition "a entonné à pleins poumons le choeur des vierges effarouchées - en feignant d'oublier qu'il y a quelques semaines encore elle offrait au pays un spectacle pitoyable et que le plus illustre de ses représentants est actuellement mis en examen pour abus de faiblesse".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !