Violée en plein Paris par un Algérien : mais il ne faut pas dire qu’il était algérien... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Le parquet n'a pas confirmé l'identité de l'accusé
Le parquet n'a pas confirmé l'identité de l'accusé
©Flickr/Su morais

Chut !

Violée en plein Paris par un Algérien : mais il ne faut pas dire qu’il était algérien...

… Ce serait stigmatisant.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Les faits se sont déroulés à Paris au bas du Pont Louis-Philippe. Un homme a suivi une touriste américaine dans les toilettes publiques puis il l’a violé. Le petit ami de la jeune américaine est venu à son secours et l’a arraché aux griffes du violeur qui a été immobilisé. La police l’a arrêté et identifié comme un Algérien sans domicile fixe et passablement éméché. Nul doute que la presse américaine va s’emparer de cette affaire, ce qui découragera certainement les Américains de se rendre à Paris pour les JO 2024.

Le plus surprenant, le plus scandaleux, c’est la réaction du parquet qui s’est refusé à identifier le violeur. Très certainement, les magistrats ont estimé que dire la vérité sur le prédateur et sur ses origines aurait jeté l’opprobre sur la communauté algérienne dont on sait qu’elle est pacifique et bien intégrée...

Nous ne pouvons ignorer que de nombreux juges sont affiliés au syndicat de la magistrature. Ce syndicat met un point d’honneur à cibler des criminels français de souche (il y en a certes). Il y a une phrase de Camus qui a déjà beaucoup servi mais qui a toute sa place ici : “mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde”...

À Lire Aussi

Les rodéos sauvages tuent !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !