Une nouvelle théorie sur le capitalisme : «  Ce système repose sur la prédation du corps des Noirs, des femmes, et de la nature »… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Une nouvelle théorie sur le capitalisme : «  Ce système repose sur la prédation du corps des Noirs, des femmes, et de la nature »…
©PHILIPPE DESMAZES / AFP

Génial non ?

Une nouvelle théorie sur le capitalisme : «  Ce système repose sur la prédation du corps des Noirs, des femmes, et de la nature »…

Devinez à qui nous devons cette lumineuse découverte ?

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Il y eut au XIXe siècle un barbu prétendument savant du nom de Karl Marx. Le capitalisme faisait l’objet de ses travaux et de son animosité. Il écrivit Le Capital et plein d’autres livres pour le dire. C’était long et passablement ennuyeux.Vint Sandrine Rousseau, qui décida de le faire chuter de son piédestal. Et, contrairement à ce graphomane, elle fit très court. Certes c’était con mais pas ennuyeux.

D’après elle, le capitalisme repose sur trois piliers : « La prédation du corps des Noirs, des femmes, et de la nature ». Voilà qui est simple, et propre à séduire les militants écologistes, qui sont également très simples.La candidate à l’investiture EELV pour la présidentielle ne dispose évidemment d’aucune donnée scientifique à l’appui de ses délires. Mais la science n’est-elle pas la fille du capitalisme ?

Un ami particulièrement malveillant, a tenu à me rappeler ce qui s’était passé au Congo, pendant l’horrible guerre tribale qui a ensanglanté ce pays. Des prédateurs furent à l’œuvre : ils n’étaient ni blancs, ni capitalistes ! Des centaines de milliers de femmes furent violées et mutilées, avec pour conséquence le SIDA. Ainsi, certains hommes noirs, libres de toute oppression capitaliste, entrèrent dans l’Histoire. Il est vrai qu’ils étaient respectueux de l’environnement. Ce qui leur vaut certainement les sympathies de Sandrine Rousseau.

À Lire Aussi

Cette erreur anthropologique fondamentale qui plombe la pensée EELV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !