SpaceX est le chouchou des lanceurs spatiaux privés mais il y a une nouvelle tendance, les mini-fusées | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
SpaceX est le chouchou des lanceurs spatiaux privés mais il y a une nouvelle tendance, les mini-fusées
©

Small is beautiful

SpaceX est le chouchou des lanceurs spatiaux privés mais il y a une nouvelle tendance, les mini-fusées

La miniaturisation de l'électronique mène à la création de mini-satellites. Et pour des mini-satellites, quoi de mieux que des mini-fusées ?

Une petite entreprise, Vector Space Systems, vient de tester le prototype d'une toute petite fusée de seulement quatre mètres de haut. La fusée n'a volé que quelques milliers de mètres, mais c'était assez pour montrer la viabilité de son moteur, qui viendra alimenter une fusée un peu plus grande, 12 mètres, appelée Vector 1.  

Pourquoi est-ce intéressant ?

La miniaturisation des batteries, des processeurs et de l'électronique a aussi un impact sur les satellites. Cela permet d'envisager de faire faire à des petits satellites en orbite basse beaucoup de choses qu'on ne pouvait pas réaliser avant. Selon les analystes du secteur, il pourrait y avoir des centaines de nouveaux petits satellites lancés en orbite basse par an, contrairement à quelques dizaines aujourd'hui, rapporte le site Quartz.

Et les principaux lanceurs privés actuels ne sont pas forcément équipés pour cela. La plupart du temps, les petits satellites sont lancés en grappes par des gros lanceurs comme ceux vendus par Arianespace, United Launch Alliance ou SpaceX. Les places sont limitées étant donné que chaque entreprise ne fait que quelques sorties par an, et cela pose des problèmes logistiques. Par exemple, il faut souvent customiser son mini satellite pour qu'il tienne dans l'espace que laissent les grands satellites des clients principaux des gros lanceurs.

A l'heure actuelle, il n'est pas possible de concevoir un petit satellite puis de le lancer en quelques mois. Et des entrepreneurs de l'espace pensent qu'il y a une vraie opportunité à concevoir des mini-fusées qui permettent de le faire.

C'est là qu'arrivent des entreprises comme Vector Space. Mais il n'y a pas qu'eux. Il y a également Rocket Lab, basé à San Francisco et en Nouvelle-Zélande, et Firefly, du Texas.

D'autres entreprises veulent, elles, lancer des fusées qui décollent d'un avion, comme Vulcan Aerospace, fondée par Paul Allen, co-fondateur de Microsoft, qui est en train de créer un avion, le Stratolaunch, qui aurait les ailes les plus grandes au monde, rapporte Space.com.

Et Virgin Galactic, l'entreprise de conquête de l'espace de Richard Branson, prévoit des petites fusées qui seraient lancées depuis un Boeing 747.

Et où en est SpaceX, d'Elon Musk, qui a lancé le marché des lanceurs privés de fusées ? Ses fusées entrent principalement en concurrence avec les gros du marché. Jim Cantrell, fondateur de Vector Space, fut un des premiers employés de SpaceX, et a quitté l'entreprise car elle délaissait ce marché. La préoccupation principale de SpaceX est de créer des grosses fusées réutilisables. Sa stratégie repose sur l'idée que le fait que ces fusées soient réutilisables fera tellement baisser les coûts de transport que l'entreprise gagnera ainsi le marché des petits satellites dans la foulée.

Mais pour l'instant, même dans l'espace, small is beautiful.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !