Scoop scientifique : des chercheurs ont créé “le plus simple de tous les organismes”, avec juste assez de gènes pour survivre (et pour nous révéler les origines de la vie ?) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Scoop scientifique : des chercheurs ont créé “le plus simple de tous les organismes”, avec juste assez de gènes pour survivre (et pour nous révéler les origines de la vie ?)
©

On a toujours besoin d’un plus petit que soi

Scoop scientifique : des chercheurs ont créé “le plus simple de tous les organismes”, avec juste assez de gènes pour survivre (et pour nous révéler les origines de la vie ?)

La création d'une nouvelle cellule synthétique humanisée permet de comprendre les origines de la vie sur terre, ce qui constitue un exploit dans le domaine de la recherche microbiologique.

Christopher Payan

Christopher Payan

Christopher Payan est virologue au CHU de Brest et professeur à la faculté de médecine de l'université de Bretagne Occidentale (Brest).

Il est l'un des auteurs de Mini manuel de microbiologie (Editions Dunod)

Voir la bio »

Atlantico : Des chercheurs en microbiologie ont réussi à créer une cellule synthétique. Pouvez-vous expliquer les tenants et les aboutissants de cette expérience ? 

Christopher Payan : La science est en train de se rendre compte que de plus en plus de maladies ont des origines génétiques Ces cellules dites "synthétiques" ou "humanisées" sont des modèles cellulaires test complètement fabriqués par l'homme, qui permettent de voir dans quelle mesure les modifications des gènes modifient le comportement de la cellule.

En quoi ce résultat constitue-t-il un exploit dans le domaine de la recherche microbiologique ?

Avant, on savait fabriquer des cellules synthétiques destinées à être étudiées toutes seules. Désormais, les chercheurs ont réussi à concevoir des cellules humanisées qui peuvent se combiner avec d'autres cellules, ce qui ouvrent de gigantesques possibilités de combinaisons test pour étudier la formation des organismes et des maladies génétiques.

Mais ce type de recherche a aussi ses limites. A l'échelle de la cellule, les scientifiques peuvent montrer que ce micro-organisme a une dysfonction, mais ils ne pourront jamais démontrer qu'il a une dysfonction qui joue au niveau de l'organe. Pour cela, il faut passer à l'expérimentation animale.

Peut-on dire que l'on a réussi pour la première fois à créer de la vie artificielle ? 

Oui, tout à fait. Les scientifiques ont fabriqué une cellule qui peut s'inclure dans un organisme vivant naturel et s'y développer toute seule. Le microplasme en lui-même devient alors un être vivant. C'est pour cela que l'on parle de "cellules humanisées".

En quoi cette découverte peut-elle faire la lumière sur l'apparition de la vie sur terre ?

Le fait d'avoir fabriqué des cellules artificielles qui peuvent se combiner, on peut observer comment se sont constituées les premières formes de vies primitives. La formation de la cellule Eucaryote, à l'origine de toutes les vies, s'est en effet faite pas symbioses successives. 

Ce résultat nécessite-t-il un encadrement législatif ? 

Oui, car ce type d'expérience peut être dangereuse si une cellule humanisée modifiée de manière à être malade dans le cadre d'une expérience s'échappe, elle peut alors contaminer la population par la maladie en question, qui peut être très grave. Il faut sécuriser ces essais scientifiques.

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Pourquoi l'autorisation de la modification génétique d'un embryon humain par la Grande-Bretagne n'est ni une première, ni le pire de ce qu'on pourrait faire (et qu'on fera très bientôt)Double peine génétique : pourquoi les migraineux ont aussi très souvent mal au ventre (et devraient se réjouir de cette découverte scientifique)Génétique : le Royaume-Uni autorise des manipulations sur des embryons humains

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !