Savez-vous ce que les initiales PAR veulent dire ? « Préparation au retour » ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Tribunes
L’État a en effet décidé de loger à Saint-Lys une centaine de demandeurs d’asile dégoûtés.
L’État a en effet décidé de loger à Saint-Lys une centaine de demandeurs d’asile dégoûtés.
©LUCAS BARIOULET / AFP

Des mots cache-sexe …

Savez-vous ce que les initiales PAR veulent dire ? « Préparation au retour » !

Préparation au départ (le plus rapide possible) serait mieux non ?

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Saint-Lys est une petite commune sans histoire de Haute-Garonne. Mais soudainement, il lui arrive des histoires non souhaitables. À cause de l’État. 

L’État a en effet décidé de loger à Saint-Lys une centaine de demandeurs d’asile dégoûtés. Pour ce faire, il a acheté à prix d’or (deux millions d’euros) un bâtiment de la commune. 

Il sera transformé en une PAR (préparation au retour). Un mot tout nouveau tout beau. Nous, on croyait que les centres de rétention suffisaient … 

Ainsi Macron tient sa promesse d’installer des migrants à la campagne. Car, paraît-il et selon lui, on manque là-bas de main d'œuvre. Le maire PS de Saint-Lys ne veut pas de ces migrants. Et il est soutenu en cela par tous ses administrés. Il est de gauche mais ça ne l’empêche pas d’avoir les yeux ouverts. 

On ne voit pas pourquoi ni comment les demandeurs d’asile dégoûtés devraient être préparés au retour. Peut-être les enverra-t-on chez eux pour quelques jours, pour voir si ils s’y plaisent toujours ? Peut-être leur expliquera-t-on que là-bas, les abayas et les qamis sont moins chers qu’en France ? Et peut-être leur expliquera-t-on que leurs femmes et filles pourront se baigner librement là-bas en burkinis ? Il s’agit quand même de les renvoyer chez eux en terre inconnue. Mais PAR ça sonne tellement bien … 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !