Les médias sociaux ont-ils un sexe ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les médias sociaux ont-ils un sexe ?
©

Monsieur ou Madame Facebook ?

Les médias sociaux ont-ils un sexe ?

Si l'on en croit les récentes études sorties sur le sujet, les femmes seraient plus adeptes des réseaux-sociaux que les hommes. Une typologie aussi assez nette de la fréquentation de ces sites par sexe émerge.

François Jeanne-Beylot

François Jeanne-Beylot

François JEANNE-BEYLOT est spécialiste de la recherche d'information, l'intelligence économique, la veille et l'influence. Dès 2000, il créé la société Troover qui accompagne toujours aujourd'hui ses clients et France et Europe et en Afrique dans la recherche d'information structurée, l'intelligence économique et la veille sur Internet (www.troover.com). En parallèle, il a créé en 2007 la société InMédiatic (www.inmediatic.net), dédiée à la gestion de notoriété et d'influence sur Internet. Longtemps associée à différentes agences de RP puis de communication, InMédiatic est aujourd'hui une filiale à 100 % de Troover en faisant un des rares cabinets à proposer des prestations conjointes et coordonnées de veille et d'influence en ligne, allant de la formation à l'externalisation en passant par toutes les étapes de l'accompagnement.

Il a rédigé ou participé à la rédaction de plusieurs ouvrages, il est professeur associé à l'École de Guerre Économique de Paris, intervenant fondateur de l'École Panafricaine d'Intelligence Économique et stratégique de Dakar et intervenant régulier de plusieurs autres écoles, conférences et colloques en tant que spécialiste d'Internet, de l'intelligence économique digitale et de l'influence.

Très présent en Afrique, il est l'initiateur et le coordinateur des Assises Africaines de l'Intelligence Économique qui sont devenues, depuis 2016, le rendez-vous incontournables des professionnels de l'IE en Afrique. Il est également Rédacteur en chef du Portail Africain de l'Intelligence Économique qui publie notamment plusieurs lettres de veille en France et en Afrique.

Voir la bio »

Plusieurs études réalisées l’année dernière présentent les femmes comme grandes consommatrices de réseaux sociaux. En février 2011, une étude menée par Netpop Research montre que les femmes utiliseraient les réseaux sociaux à plus de 70%, contre 60% pour les hommes. Une autre étude de Deloitte, Women State of Media Democracy, montrait en octobre dernier que l’adhésion des femmes aux réseaux sociaux était massive et plus importante que pour les hommes. Alors les réseaux sociaux sont-ils des lieux féminins ? Pas tous … Pour la Journée de la Femme, les différents experts La Fabrique Digitale que j'anime chez Ligaris ont voulu en savoir plus sur les internautes, sur les habitudes des femmes en ligne, leurs outils de prédilections, etc.

Nous sommes donc partis scruter le Net à la recherche d'informations, et plus particulièrement sur les médias sociaux. Nous avons ici compilé plusieurs sources, dont les éditeurs eux-mêmes, pour mesurer la répartition des femmes dans les utilisateurs des réseaux sociaux.

En effet tous les médias sociaux ne comptent pas plus de femmes que d’hommes. Certains sont en revanche clairement féminins : Groupon, le site de commerce électronique basé sur l'achat groupé rassemble 77% de femmes contre 23% d’hommes parmi ses utilisateurs. Sans trop de surprises là non plus, Pinterest a toujours été présenté depuis son lancement comme le « réseau social féminin ». Très graphique, il est construit sur le partage et l’échange d’images et a été très vite adopté par les sites de e-commerce et enseignes de mode. En revanche, l’autre blog-image du panel, Tumblr, c’est un peu plus masculin ; C’est peut-être à cause de son coté moins graphique et plus « plate-forme de blogs ».

Les femmes ont également pris d’assaut Facebook. Sur ce réseau, elles semblent aussi plus actives en changeant par exemple plus souvent leur photo de profil toutes les 2 semaines, que les hommes qui ne changent cette image que toutes les 3 semaines. L’échange d’états, d’avis ou de commentaires de façon courte trouve toute sa justification sur Twitter ce qui expliquerait le plus grand nombre de femmes sur ce site de micro-blogging. C’est peut-être l’adoption plus massive de Facebook par les femmes qui explique leur présence plus modérée sur Google+ et sur Viadeo, les hommes ayant peut-être plus souvent une multiplicité de profils et de comptes sur des services différents.

Les autres sites plus masculins sont, sans étonnant Meetic, surtout lorsque des sites de rencontres réservés aux femmes existent sur la Toile. Et le service de géolocalisation, Foursquare qui ne séduit pas encore les femmes ne semblant pas forcément souhaiter partager l'endroit où elles se trouvent avec leur communauté.

Enfin, l’échange et le partage de vidéos ne semblent pas attirer plus l’un ou l’autre des sexes : le nombre de d’hommes et de femmes inscrits sur Youtube est identique.

Il est donc encore une fois assez évident que les habitudes de navigation et d’utilisation d’Internet par les hommes et les femmes diffèrent.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !