Recherche d’emploi : ces petits conseils utiles pour rédiger un e-mail à un employeur potentiel | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Pour répondre à un message d'un recruteur - c'est du bon sens -, le plus simple est toujours le mieux. Essayer de convaincre par écrit, au fil d'un trop long mail ou d'un monologue essoufflé, donne la pire des premières impressions.
Pour répondre à un message d'un recruteur - c'est du bon sens -, le plus simple est toujours le mieux. Essayer de convaincre par écrit, au fil d'un trop long mail ou d'un monologue essoufflé, donne la pire des premières impressions.
©YouTube

La gueule de l'emploi

Recherche d’emploi : ces petits conseils utiles pour rédiger un e-mail à un employeur potentiel

Dans un échange de mails avec un recruteur, il est capital de savoir adapter sa réponse à la demande communiquée. Pas un exercice facile lorsque qu'on le fait pour la première fois. Entre autres codes à respecter, citons notamment la politesse et la brièveté d'un propos clairement énoncé mais sans en faire trop. Tout un art.

Xavier  Camby

Xavier Camby

Xavier Camby est l’auteur de 48 clés pour un management durable - Bien-être et performance, publié aux éditions Yves Briend Ed. Il dirige à Genève la société Essentiel Management qui intervient en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Il anime également le site Essentiel Management .

Voir la bio »

Atlantico : La recherche d'emploi est un moment stressant pour un candidat. En réalisant ses démarches, il reçoit souvent des réponses de recruteurs. Selon vous, comment devrions-nous répondre à un mail de recruteur ? Avec quel ton ? Quelles sont les erreurs à éviter ?

Xavier CambyOui, chaque recherche d'un nouvel emploi est en effet un grand moment de stress pour celui qui se positionne en tant que candidat. La première cause de ce stress est l'importance de l'enjeu. Rares sont les salariés sans emprunt, sans famille, sans personnes qui dépendent d'eux pour leur subsistance ou leur éducation. La seconde cause, moins immédiate mais tout aussi générale, consiste en la peur de l'échec. Qui entraîne de facto l'échec, car cette peur - qui habite un niveau non conscient de notre cerveau - peut consommer toute notre énergie psychique, tout notre entrain, toute notre motivation. Et cette énergie nous fera défaut le jour J...

Pour répondre à un message d'un recruteur - c'est du bon sens -, le plus simple est toujours le mieux. Essayer de convaincre par écrit, au fil d'un trop long mail ou d'un monologue essoufflé, donne la pire des premières impressions. C'est en face à face que vous pourrez prendre le temps de vous présenter et d'écouter son éventuelle proposition. Le bon objectif, dès le premier message, est donc d'obtenir une rencontre, même courte. Si le recruteur s'y refuse, passez votre chemin : votre candidature ne l'intéresse pas vraiment, il a déjà quelques bons candidats et il "sonde" seulement le marché...

Soyez donc dans vos réponses bref, libre, naturel - non demandeur -, positif et enjoué.

Quelles sont les subtilités que peuvent cacher les mails de recruteurs ? Comment repérer certains mots-clés révélateurs ?

Vous prêtez à nos amis RH ou chasseurs de têtes des subtilités qu'ils n'ont pas tous ou des intentions qu'ils ne peuvent avoir ! Peut-être certains essaient-ils de faire les malins, mais l'objectif premier de celui qui cherche une ressource est de trouver la meilleure personne possible, tant sur le plan de l'expérience professionnelle, du potentiel relationnel, que des talents particuliers. Pas de crypter son texte de PNL ou de messages subliminaux ! S'ils agissent pour le compte de clients internes ou externes, leur priorité est de satisfaire rapidement leur client, avec parfois une tendance excessivement sécuritaire. Plutôt donc que de s'égarer dans d'hasardeuses tentatives d'interprétations et/ou de décryptages - une tendance un peu paranoïaque -, attachez-vous au sens premier des mots et à l'impression générale que vous ressentez. La rédaction du message vous donne-t-elle envie ou pas de rencontrer son auteur ? Si oui, foncez. Sinon, abstenez-vous en accusant réception du message et déclinant courtoisement l'offre.

Quelles sont les astuces pour se faire remarquer d'un recruteur ?

Les filtres qu'utilisent les RH ou les chasseurs de têtes pour opérer une pré-sélection de candidats sont souvent terriblement ennuyeux, inspirés de l'angoisse sécuritaire de leur client. Ils ont donc des consignes assez étroites, inventoriées dans une définition de fonction rigoureuse. Cet excès sécuritaire constitue l'enfer du chasseur, contraint à trouver l'agneau à 18 pattes ou le tigre végétarien ! Recherchez le contrôleur financier agile, le commercial aimant le reporting, l'ingénieur extraverti ultra-communiquant, le créatif rationnel... n'est pas une sinécure, en plus d'être une gageure.

Encore une fois, celui qui veut se démarquer aura intérêt à se montrer simple, concis, direct, enjoué et ... original ! J'ai pu remarquer que seules les rubriques loisirs, divers, hobbies... retenaient l'attention des sélectionneurs, faisant objectivement la différence. Celui qui y inscrit : voyages, lecture, cinéma n'a aucune chance de se démarquer. Osons donc affirmer nos passions, nos engagements privés, nos marottes, nos sports... qui peuvent suscitent l'intérêt et embellir la norme lecture de milliers de CV ou de courriels. La pratique du golf n'est pas indispensable, si vous préférez élever des bonzaïs !

A quel point les emails que nous envoyons et recevons sont importants dans le processus d'embauche ? 

A l'exception de nos amis québécois qui pratiquent un français parlé très différent de celui de l'écrit - très très académique -, les échanges de messages avec un recruteur permettent de connaître votre réactivité mais surtout votre niveau d'expression, la clarté de vos propos, l'agilité de vos tournures, la simplicité ou l'élégance de vos arguments, sans parler de votre maîtrise de l'orthographe et/ou de la grammaire. Si les germanophones, par exemple, sont très coulants sur ce point, les francophones demeurent - et demeureront - très exigeants sur les qualités rédactionnelles et l'aisance d'un raisonnement. Soigner ses courriels, en faire des notes courtes et précises, sans errances justificatives ou explicatives - ce qu'on appelait autrefois des brèves - est le meilleur impact possible que vous puissiez avoir !

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !