Qui sont les lauréats du prix Ig Nobel 2016, cette cérémonie parodique du prix Nobel ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Le Britannique Thomas Thwaites, qui a passé trois jours dans la peau d'une chèvre est vainqueur du prix Ig Nobel de biologie, ce designer de formation avait obtenu une bourse du Wellcome Trust, un fonds de recherche en biologie, pour financer son projet.
Le Britannique Thomas Thwaites, qui a passé trois jours dans la peau d'une chèvre est vainqueur du prix Ig Nobel de biologie, ce designer de formation avait obtenu une bourse du Wellcome Trust, un fonds de recherche en biologie, pour financer son projet.
©Reuters

Absurde

Qui sont les lauréats du prix Ig Nobel 2016, cette cérémonie parodique du prix Nobel ?

La cérémonie s'est tenue jeudi 22 septembre 2016 dans les locaux de la prestigieuse Université d'Harvard. Dix chercheurs ont été récompensés pour leurs découvertes insolites, amenant à rire, puis à réfléchir. Voici les lauréats.

Vous connaissez déjà la cérémonie des prix Nobel, qui récompensent chaque année les hommes et femmes qui se sont distingués pour les avancées qu'ils ont amenées dans leur corps de métier (littérature, physique, médecine, etc.). Tout cela était un peu trop sérieux pour ne pas voir émerger en 1991 la cérémonie parodique de l'évènement, remettant quant à elle les prix Ig Nobel, dont le jeu de mots renvoie à l'adjectif "ignoble". Son objectif : récompenser les chercheurs qui ont accouché des études et découvertes les plus insolites, qui selon la formule associée à l'évènement "amènent à rire, puis à réfléchir". Les résultats ont été publiés dans Annals of Improbable Research, le magazine qui couvre traditionnellement l'événement. Et cette année encore, on n'a pas été déçus. Jetez donc un œil.

Homme-chèvre et rats en pantalon

Le lauréat qui s'est le plus distingué durant cette cérémonie est sans l'ombre d'un doute le Britannique Thomas Thwaites, qui a passé trois jours dans la peau d'une chèvre. Vainqueur du prix de biologie, ce designer de formation avait obtenu une bourse du Wellcome Trust, un fonds de recherche en biologie, pour financer son projet, rapporteLe Nouvelliste. Le jeune homme s'est ainsi nourri exclusivement d'herbe cuite à la cocotte-minute et a mis au point des prothèses lui permettant de se déplacer comme une chèvre, à quatre pattes, y compris en descente – l'expérience a été menée dans les Alpes suisses. Les honneurs ont été partagés avec un autre homme devenu animal, son compatriote Charles Foster, qui a quant à lui imité le style de vie d'un blaireau, d'un renard, d'une loutre, d'un cerf et d'un oiseau. Apparemment, ils ne faisaient pas que la manger, l'herbe.

Le prix Ig Nobel de reproduction a également attiré une attention particulière. Ahmed Shafik, un chercheur de l'Université du Caire (Égypte), a reçu son prix à titre posthume – il est décédé en 2007 – suite à ses découvertes de la plus haute importance publiées en 1992 sur la sexualité des rats : un rat portant un pantalon en polyester a une actualité sexuelle moins intense que ses congénères habillés d'un pantalon en laine ou en coton. Maintenant, nous savons comment lutter contre l'invasion des rats : mettez-leur des pantalons en polyester.

(Suite en page 2)

Psychologie des pierres, chevaux et Volkswagen

Également, nous avons maintenant la preuve, grâce aux recherches du Suisse Hansruedi Wildermuth récompensées du prix Ig Nobel de physique, que les taons s'en prennent davantage aux chevaux noirs qu'aux chevaux blancs, et que les libellules sont très attirées par les pierres tombales noires. Une information à connaître au moment d'enfourcher votre monture, ou à celui de choisir votre dernier lieu de résidence. Le Néo-Zélandais Mark Avis et ses deux collaborateurs ont décroché le prix Ig Nobel d'économie pour leurs travaux sur la psychologie des pierres et autres cailloux destinés à être vendus. Se sont également illustrés Christoph Helmchen et son équipe dans la catégorie médecine, en remarquant dans une étude, à la force d'une jugeote des plus impressionnantes, que lorsque quelque chose nous démange sur la partie gauche de notre corps, il suffit de se placer devant un miroir et de se gratter du côté opposé pour que la démangeaison cesse.

Le prix Ig Nobel de psychologie a été décerné à Bruno Verschuere et ses collègues pour son sondage mené auprès de mille menteurs, dont la question est : "mentez-vous régulièrement ?". Les scientifiques ont ensuite tenté de savoir s'ils avaient menti ou non. Les travaux de Gordon Pennycook et son équipe sur "la réception et la détection de conneries pseudo-profondes" ont également été félicitées par le prix Ig Nobel de la paix. L'autobiographie en trois tomes de Fredrik Sjöberg sur le plaisir de collectionner des mouches mortes, ou des mouches qui ne le sont pas encore, s'est vue décerner le prix Ig Nobel de littérature. Celui de perception est allé à Atsuki Higashiyama qui s'est questionné dans une étude sur la perception du monde lorsqu'on le regarde la tête à l'envers. Enfin, et celui-ci est très ironique : le prix Ig Nobel de chimie a été remis à Volkswagen, la marque d'automobile ayant réussi à réduire la consommation de carburant de ses voitures, en faussant les tests, tout simplement. Il fallait y penser.

Ces vainqueurs sont venus chercher leurs prix en forme d'horloge – peut-être pas Volkswagen – et ont pu empocher l'énorme somme de dix mille milliards de dollars zimbabwéens, d'une valeur inférieure à un centime d'euro.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !