Quand les idéologues trans font un hold up sur la liberté d’expression… et la réalité biologique : l’exemple de la Norvège | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Tribunes
Une manifestation pour les droits LGBTQ aux Etats-Unis.
Une manifestation pour les droits LGBTQ aux Etats-Unis.
©©Hans Lucas / AFP

Hold up

Quand les idéologues trans font un hold up sur la liberté d’expression… et la réalité biologique : l’exemple de la Norvège

Christina Ellingsen, spécialiste en biotechnologie et ingénierie, s’est vue convoquée par la police pour incitation à la haine

Christina Ellingsen

Christina Ellingsen

Christina Ellingsen est spécialiste en biotechnologie et en ingénierie

Voir la bio »

Je m'appelle Christina. Je ne crois pas que les hommes qui prétendent être des femmes, des filles, des lesbiennes ou des mères soient ce qu'ils prétendent être. Au mois de mai, la police norvégienne m'a informée que je faisais l'objet d'une enquête pour discours haineux fondé sur l'identité sexuelle. La loi promulguée contre moi est celle pour laquelle j'ai été auditionné en 2020, où j'ai averti que l'inclusion du concept d'"identité de genre" dans le droit pénal norvégien permettrait aux croyances subjectives de devenir la base de ce qui est considéré comme punissable par la loi. J'ai également averti que l'abus de cette loi contre les femmes serait inévitable car pour certains groupes, avoir une compréhension objective du sexe biologique est considéré comme haineux, et des femmes étaient déjà dénoncées à la police par des activistes pour avoir une telle compréhension objective du sexe biologique. Il s'est avéré que la chose même contre laquelle je mettais en garde la commission de la justice m'arrivait à moi.

L'homme qui m'a dénoncé à la police est un employé de la principale organisation queer de Norvège, Foreningen FRI. Il prétend être une mère lesbienne. Son travail consiste à être conseiller en matière de genre et de sexualité, ce que je trouve incroyablement ironique. L'organisation de lobbying pour laquelle il travaille a plusieurs objectifs à son programme politique qui dépendent directement de l'exploitation sexuelle et reproductive des femmes : la légalisation de la maternité de substitution, la légalisation de la procuration et des maisons closes, le renversement du modèle nordique. Ils travaillent également à l'extension de la loi sur la discrimination pour y inclure les fétiches et le BDSM.

Déjà, avant d'aborder la nécessité de pouvoir faire la différence entre le sexe et l'identité de genre - dans une démocratie qui fonctionne, les points de vue opposés de la militante des droits des femmes que je suis et de cette organisation de lobbying pour le patriarcat queer devraient se rencontrer. Et lorsque cet homme ne m'a pas bloqué sur Twitter, nos points de vue opposés se sont en fait rencontrés. Le résultat est qu'il a signalé chacune de nos interactions au cours de l'année qui a suivi l'entrée en vigueur de la loi sur les crimes haineux. Les déclarations qu'il a rapportées ont ensuite été étendues pour inclure une audience et un débat télévisé. Ces déclarations comprennent toutes mes affirmations sur les points suivants : les hommes ne peuvent pas être des femmes, des filles, des mères ou des lesbiennes, parce que les hommes sont des mâles, qu'il est impossible de changer de sexe, et que les femmes sont des humains adultes de sexe féminin. J'ai été interrogé par la police deux fois, pendant un total de 9 heures. La police n'est pas encore parvenue à une conclusion - abandonner ou non l'affaire ou m'inculper pour crime haineux. En cas d'inculpation, je risque jusqu'à trois ans de prison.

Les femmes et les filles ne sont pas un taux d'hormones, un sentiment, un sentiment intérieur de féminité. Les femmes ne sont pas des hommes petits et castrés. Le sexe est un mécanisme biologique de reproduction, défini par le potentiel d'un organisme à produire l'un des deux types de gamètes : ovules ou spermatozoïdes. Rien de plus et rien de moins. Les ovules sont caractérisés par leur capacité à transmettre les deux types d'ADN nécessaires à la vie, à savoir l'ADN chromosomique et l'ADN mitochondrial. Le sperme se caractérise par le fait qu'il a le potentiel de transmettre un seul type d'ADN, à savoir l'ADN chromosomique. En conséquence de la nature du sexe biologique, le sexe producteur d'ovules d'une espèce - la femelle - est le seul à faire face aux risques de la reproduction. Pour les humains, ces risques comprennent des risques sociaux, financiers, juridiques et culturels, en plus des risques physiques de la grossesse, de la naissance et de la maternité. Les femmes sont des êtres humains adultes de sexe féminin. Les droits des femmes sont développés pour aborder et atténuer ces risques afin d'éviter que le sexe biologique ne soit une source de discrimination envers les femmes et les filles.

Il est aussi impossible de changer de sexe biologique que de changer d'espèce. Il n'existe aucune combinaison de schémas de pensée, de manières, de passe-temps, de préférences ou d'esthétique qui puisse disqualifier un homme du sexe masculin et le qualifier pour le sexe féminin. Les hommes qui prétendent être des femmes font essentiellement du womanface, et réussissent aussi bien à défier le sexisme que le blackface à défier le racisme. Nier la réalité objective du sexe biologique et remplacer les protections juridiques contre la discrimination fondée sur le sexe à l'égard des femmes par le concept subjectif d'"identité sexuée" revient à effacer les droits des femmes. Les femmes ont le droit de rejeter les convictions personnelles des hommes, surtout lorsque ces convictions concernent les femmes, et surtout lorsque ces convictions remplacent une compréhension objective du sexe biologique par le concept subjectif d'identité sexuée.

J'ai le droit de rejeter les convictions personnelles de quiconque si ces convictions ne me convainquent pas. La raison pour laquelle les hommes qui prétendent être des femmes sont motivés à le faire n'a pas d'importance - si c'est parce qu'ils ont un trouble mental, ou parce qu'ils n'ont pas de trouble mental, ou parce qu'ils ont un fétiche, ou parce qu'ils n'ont pas de fétiche. Les motivations ne font aucune différence : il n'existe aucune motivation liée au commerce équitable, à l'approvisionnement éthique ou au respect du climat qui rende vraie l'affirmation selon laquelle un homme est une femme, une fille, une mère ou une lesbienne. Nous avons des choses importantes à dire, et nous avons besoin de la marge de manœuvre nécessaire pour parler librement.

L'enquête menée à mon encontre est particulièrement ironique, car la loi qui est promulguée à mon encontre exclut les femmes et la caractéristique "sexe". Ce qui signifie que s'il a raison, et qu'il est réellement une femme, la loi ne s'appliquerait théoriquement pas à lui. Toutefois, s'il est ce que je dis qu'il est, c'est-à-dire un homme qui prétend être une femme, il bénéficierait de la protection de la loi, mais alors, bien sûr, j'aurais raison, ce qui soulève la question suivante : "La loi ne s'applique pas aux femmes".

Est-ce là l'objectif de la loi ? Pour que les hommes employés dans les organisations de lobbying du patriarcat queer puissent persécuter les femmes qui ne sont pas d'accord avec eux en revendiquant un niveau de protection juridique qui n'est même pas accordé aux personnes qu'ils imitent ? Nous avons beaucoup de choses à dire sur la sécurité et la dignité des femmes et des filles.

Nous devons être en mesure de parler de lois qui s'appliquent précisément à la protection des femmes contre l'exploitation sexuelle et reproductive, en particulier à la lumière des développements dans le domaine de la biotechnologie, ainsi que des industries florissantes mais nuisibles qui permettent l'exploitation sexuelle. Pour ce faire, nous devons être en mesure de parler de ce qu'est une femme sans risquer d'être persécutés. N'obéissez pas à l'avance et utilisez vos voix tant que vous le pouvez.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !