Pourquoi la Banque centrale européenne devrait verser une prime mensuelle à chaque citoyen européen (et non, ça n’est absolument pas de la planche à billets) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Pourquoi la Banque centrale européenne devrait verser une prime mensuelle à chaque citoyen européen (et non, ça n’est absolument pas de la planche à billets)
©Reuters

Dette et création monétaire

Pourquoi la Banque centrale européenne devrait verser une prime mensuelle à chaque citoyen européen (et non, ça n’est absolument pas de la planche à billets)

Pour remplacer les niveaux très élevés de dette émise, la BCE pourrait envisager de mettre en place un système de dividende monétaire, plus stable et plus pérenne.

François-Xavier Oliveau

François-Xavier Oliveau

Associé d'Initiative & Finance, François-Xavier Oliveau accompagne les entreprises dans leur transition écologique, à la fois en capital et sur le plan opérationnel. Il vient de publier La crise de l'abondance aux Editions de l'Observatoire. Il y interroge l'invraisemblable paradoxe d'une société plus riche que jamais mais traversée de crises majeures. Après avoir décrit le mécanisme d'innovation et de baisse permanente des prix qui nous donne accès à l'abondance, il propose des solutions concrètes pour maîtriser cette abondance. Son premier essai, Microcapitalisme (PUF, 2017, collection Génération Libre) a obtenu le prix du jury du comité Turgot. Il a enfin publié en avril 2019 une étude avec l'Institut Sapiens sur les impacts entre technologie, prix et monnaie, Pour la Création d'un dividende monétaire.

Voir la bio »

Atlantico : Vous proposez dans une étude publiée avec l'Institut Sapiens de donner entre 50 et 100 euros à chaque citoyen européen tous les mois. Qu’est-ce qui motive cette proposition ?

François-Xavier Oliveau : L'idée est de remplacer une partie de la dette que l'on émet aujourd'hui. Actuellement nous équilibrons le niveau des prix en émettant 500 milliards de dette tous les ans en zone euro. C’est beaucoup trop, à titre de comparaison la croissance totale l’année dernière s’est élevée à 200 milliards. Je propose donc de remplacer une partie de cette dette par ce que j'appelle le dividende monétaire, qui est une distribution inconditionnelle et non-remboursable à tous les citoyens de la zone euro. Cela permettrait de rééquilibrer la politique monétaire et d'avoir des taux d'intérêt qui sont à des niveaux de marché.

L'objectif est d'avoir un système économique plus stable et plus pérenne. J’estime qu’on remplacerait de 200 à 400 milliards d’euros de dette par an. La conséquence en serait la distribution d'un montant que j'estime entre 50 et 100 € tous les mois pour chaque Français. Ça n'est donc pas un montant discrétionnaire, c'est le montant nécessaire pour stabiliser le niveau des prix en gardant les taux d'intérêt à un niveau normal.

Concrètement, la BCE remonterait les taux d’intérêt à un niveau qui resterait bas mais serait supérieur à l’inflation, 2 à 3% par exemple. Ensuite, le niveau des prix serait maintenu autour de 1% en émettant plus ou moins de dividende monétaire. Le montant varierait donc d’un pays à l’autre, en fonction de l’économie de chaque pays.

Quand vous dites que l’inflation est une invention, qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

Une économie qui fonctionne bien est une économie dont les prix baissent. On l'a oublié mais c'est très visible au 19ème siècle. Les prix baissaient sous le régime de l'étalon-or. Jean Fourastié a également étudié 1400 produits et montré que les prix baissaient dans des proportions massives grâce aux progrès techniques.

Le prix du blé a par exemple été divisé par 400 depuis Louis XV, le prix du miroir par 4000 depuis Louis XIV. Tous les prix baissent, notamment ceux des produits manufacturés mais aussi ceux des produits agricoles, et le phénomène s’accélère aujourd’hui avec les nouvelles technologies. La seule raison pour laquelle les prix tels qu'on les voit augmentent c'est parce que l'on créé de la monnaie. Milton Friedman expliquait que l'inflation était un pur phénomène monétaire, c'est vrai.

Les banques centrales provoquent ce phénomène en facilitant la création monétaire. Piketty la qualifie d'ailleurs d'invention du XXème siècle. Avant nous étions sous le régime de l'étalon-or, le seul exemple d'inflation durable historique est entre 1520 et 1650 : les prix ont augmenté de façon considérable en Europe parce que les conquistadors ramenaient de l'or et de l'argent des Amériques. Cela a fait augmenter la quantité de monnaie et donc les prix.

Cette création monétaire capte donc la baisse de prix liée au progrès technologique. Le dividende monétaire, finalement, ne fait que rendre aux consommateurs un pouvoir d’achat dont ils auraient dû bénéficier suite à la baisse des prix, mais qui a été neutralisé par la création monétaire.

L’action de la BCE est d’un côté considérée comme ce qui a sauvé la zone euro après 2008, mais de l'autre comme un perversion du système monétaire avec le "Quantitative Easing". Comment jugez-vous son action ?

En 2009, il ont certainement fait ce qu'il fallait, c’est-à-dire baisser les taux d'intérêt pour sauver le système. Mais la BCE n’a pas réussi ensuite à installer un système pérenne de création monétaire. Le "Quantitative Easing", qui a eu lieu pendant 4 ans n'a pas réussi à relancer l'inflation malgré une injection massive de monnaie.

La BCE ne crée de la monnaie qu'en incitant à l’émission de dette, et elle le fait en cassant les prix, c’est-à-dire les taux d’intérêts. Mais la dette est bien trop importante à l'économie pour servir à stabiliser l'inflation, c'est en effet une perversion de l'utiliser pour cela. La dette doit financer les projets en facturant le bon niveau de risque, pas servir à gérer l’inflation.

Ce que vous reprochez à la BCE peut s'adapter à toutes les Banques Centrales…

Je ne reproche rien la BCE, ils ont réagi avec les outils qu'ils avaient et du mieux qu'ils ont pu. Mais la BCE, comme toutes les autres banques centrales en effet, est aujourd'hui à court d'outils. Toutes les Banques Centrales doivent comprendre que la dette n'est plus le bon moyen pour stabiliser les prix. L’excédent de dette considérable induit des effets pervers sur le niveau des prix des actifs, crée des bulles, fragilise les banques, bref déstabilise l'ensemble du système.

On ne peut pas gérer un phénomène de déflation permanente par l’émission d’une monnaie temporaire, qui est détruite quand elle est remboursée. Mécaniquement, ça ne peut qu’aboutir à une croissance infinie de la dette. Il faut donc créer une monnaie permanente, non remboursable – d’où la proposition du dividende monétaire.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !