Pourquoi certaines chansons restent dans la tête (et comment s'en débarrasser) ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Pourquoi certaines chansons restent dans la tête (et comment s'en débarrasser) ?
©

Au bal masqué, ohé, ohé !

Pourquoi certaines chansons restent dans la tête (et comment s'en débarrasser) ?

Une chanson n'a pas besoin d'être bonne pour s'incruster dans notre esprit. Les secrets pour résister.

Au bal masqué, ohé, ohé !
Elle danse, elle danse au bal masqué (bal masqué)
Elle ne peut pas s'arrêter, ohé, ohé
De danser, danser, danser, danser, danser

Voilà. Vous vous maudissez à présent d'avoir commencé à lire cet article : vous aurez cette chanson en tête toute la journée. Peut-être même pendant plusieurs jours.




Ce sera aussi très certainement le cas si vous écoutez cette chanson :




Ou bien celle là :




Énervant non ? Sans aucune explication apparente, on ne peut pas s'empêcher de fredonner l'air de certaines chansons. Pour notre malheur - et surtout pour celui de nos proches - ces musiques sont souvent un peu honteuses, comme celle-ci, ou celle-là. D'où viennent ces "mélodies chewing-gum" qui collent à la tête, s'interroge le site de la BBC ? Ces "mélodies fantômes" qui viennent hanter notre esprit intéressent particulièrement les psychologues, car elles font agir une partie de cerveau qui n'est pas contrôlée.

Selon une étude de la Goldsmiths University de Londres, les chansons qui restent le plus souvent dans la tête présentent une structure simple et répétitive. Dans la quasi totalité des cas, c'est un petit détail qui rend ces musiques différentes des autres. Il peut s'agir d'un accord auquel notre ouïe est particulièrement sensible ou d'un mot qui retient notre attention. 

 

Pour le neurologue Oliver Sacks, cité par la BBC, ces mélodies sont un signe clair "de la puissance de la sensibilité du cerveau à la musique". Il remarque aussi que ces airs musicaux tournent en quelque sorte en boucle : elles reproduisent un refrain ou une phrase plutôt qu'une chanson entière. C'est la raison pour laquelle certaines personnes affirment qu'il faut chanter en entier la chanson qui nous obsède pour la faire sortir de notre esprit.

Par ailleurs, des études menées sur la mémoire humaine montrent qu'il existe dans le cerveau humain des composants qui capturent des informations (visuelles ou sonores), et qui les conservent dans la mémoire. Au lieu de retenir nos rendez-vous de la journée, l'oreille interne reste focalisée sur quelques notes de musique ou une phrase de chanson. Une partie de nous, qui est censée faire ce que nous lui demandons de faire, ne nous obéit plus.

Pour libérer notre esprit de ces mélodies, le chercheur Tom Stafford propose une méthode, calquée sur le jeu de l'ours blanc proposé par Dostoïevski à son frère. Le célèbre écrivain russe lui avait demandé de ne pas penser à un ours polaire. Paradoxal, car en essayant ne pas penser à un ours polaire, on pense constamment à vérifier que l'on y pense pas. Ce qui fait qu'on y pense...  Pour éviter le piège, il faut en fait penser à tout à fait autre chose.

Pour ce débarrasser d'une chanson, Tom Stafford propose donc de chanter une chanson qui ressemble à celle qui est restée dans notre tête. Une stratégie qui pourrait permettre d'effacer le caractère unique de la musique dans notre mémoire. Mais qui pourrait aussi vous mettre un autre chanson en tête...

Il n'existe donc pas de recette miracle pour se débarrasser de ces "mélodies fantômes". Le temps en vient généralement à bout, même si un certain chanteur a prétendu que "le temps de fait rien à l'affaire heu", la la la laaa...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !