Nouvelles recommandations des pédiatres : pourquoi il est très important de savoir à partir de quel âge son enfant peut (ou pas) visionner des écrans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Nouvelles recommandations des pédiatres : pourquoi il est très important de savoir à partir de quel âge son enfant peut (ou pas) visionner des écrans
©NadineDoerle / Pixabay

Majorité numérique

Nouvelles recommandations des pédiatres : pourquoi il est très important de savoir à partir de quel âge son enfant peut (ou pas) visionner des écrans

De nombreux parents laissent trop souvent leurs jeunes enfants devant des écrans de toutes sortes malgré les recommandations de nombreux organismes et pédiatres Ces derniers, comme l'AFPA (association française de pédiatrie ambulatoire), affirment que l'utilisation des tablettes ou écrans par les enfants doit être courte et bien surveillée.

Alain Sotto

Alain Sotto

Alain Sotto est psychopédagogue. II s'est spécialisé dans les stratégies d'apprentissage pour enfants et adultes. Il a co-écrit, avec Varinia Oberto, "Le beau métier de parent" aux éditions Hugo Doc.

 

Voir la bio »

Atlantico : Selon une étude de l'association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA), 44% des parents prêtent leur téléphone à leurs enfants de moins de 3 ans. A quel âge doit-on commencer à exposer son enfant aux écrans ? Faut-il appliquer "la règle des 3 - 6 - 9 - 12" ?

Alain Sotto : La communauté d’experts sur le sujet s’est accordée sur le point suivant : pas d’écran avant 3 ans. Cela laisse un peu de temps aux parents pour qu’ils imaginent la stratégie à mettre en place à partir de cet âge. Ils devront considérer tous les écrans, passifs ou interactifs.

D’autre part, on ne prête pas son téléphone portable ou sa tablette, même si on cherche à s’émerveiller de l’étonnante habilité du tout petit à manipuler l’écran. Il sera peut-être frustré mais il sait déjà, qu’un jour, il fera comme les grands avec son mobile. On peut lui dire que cet objet est aussi personnel qu'une brosse à dent...

Eduquer un enfant, c’est un ajustement permanent, donc il n’y a pas de règle établie concernant l'âge auquel les enfants peuvent être exposés à des écrans (rien avant 3 ans, évidemment). Les parents ont accès, aujourd’hui, à des recherches abondantes sur le sujet qu’il faut prendre le temps d’explorer. Cela fait partie de leur "métier" de parent.

Quels peuvent-être les risques d'une exposition trop rapide, trop longue ou encore inappropriée de son enfant aux écrans ? 

Les inconvénients sont majeurs, quand on place trop précocement et sans discernement, un enfant devant un écran. Le petit, sans en avoir conscience, s’extrait de son environnement réel pour être absorbé par le virtuel. Pendant tout le temps de cette exposition, ses cinq sens qui le relient au monde extérieur, seront déconnectés. Seule la perception visuelle est sollicitée. Il ingurgite les paquets d’images sans l’action de la pensée.

L’enfant, qui est avant tout un multi-sensoriel en action, coupe toute relation sensitive et émotionnelle avec les personnes présentes. Il n’est plus là. Il en ressortira avec quoi ? Avec quel bénéfice pour nourrir sa curiosité du monde ? Avec quel vécu émotionnel ? S’il s’agit de partager en famille une vidéo amusante qui va déclencher des rires et de la joie, il ne faudra évidemment pas s’en priver. 

On estime que la télévision réduit de plus de 30% les échanges verbaux au sein de la famille.

Avec les autres écrans, l’offre d’images est si abondante et si séduisante que l’enfant et l’ado peuvent rapidement rentrer dans un processus addictif. Il faut savoir qu’en soixante secondes, sur You Tube, plus de 3 millions de vidéos sont regardées. Ce n’est pas étonnant qu’il soit devenu le média favori des jeunes.

Les jeux vidéos, malgré les dégâts constatés chez certains enfants, peuvent mobiliser des qualités cognitives (attention, concentration, compréhension et imagination). Si on apprend aux enfants à transférer ces qualités dans la vie réelle et dans leurs apprentissages, on y trouvera un réel bénéfice. Jouer avec son enfant (à faible dose, bien sûr) permettra aux parents d’en prendre conscience.

Plus globalement, que conseilleriez-vous personnellement aux parents vis-à-vis du rapport à l'écran de leur enfant ?

Les parents sont les meilleurs experts de leurs enfants. Les conseils trop abondants et parfois contradictoires ont tendance à plus les culpabiliser qu’à les informer. Il s’agit d’observer et d’être en empathie avec l’enfant qui est si attiré par ce monde virtuel. Il ne s’agit pas de donner librement accès à tout sous le prétexte de favoriser une pseudo autonomie. L’enfant autonome n’est pas un enfant devant un écran mais un enfant qui explore, découvre le monde, sécurisé par la présence affective de ses parents et partageant avec eux, un présent de qualité. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !