Non, Zemmour ne parle pas que d’immigration ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Tribunes
Eric Zemmour, potentiel candidat à la présidentielle
Eric Zemmour, potentiel candidat à la présidentielle
©Christophe SIMON / AFP

Tribune

Non, Zemmour ne parle pas que d’immigration !

Une tribune de 105 entrepreneurs, qui signent un appel à sa candidature.

Il n’est ni économiste, ni haut fonctionnaire, ni même homme politique et pourtant il pourrait être le meilleur atout pour donner à nos entreprises les moyens de leurs ambitions.

Éric Zemmour peut-il donner un nouveau souffle à l’économie française ? Nous pensons que oui. Alors que l’écrivain ne s’est pas encore officiellement prononcé sur ses ambitions présidentielles, nous l’enjoignons à dissiper cette ambiguïté et à se lancer dans cette bataille électorale décisive.

Nous sommes entrepreneurs et chefs d’entreprise : malgré des parcours, des profils et des secteurs d’activités différents, nous partageons tous une conviction commune, celle d’un long déclin de l’économie française. Ce lent déclassement subi par nos entreprises et nos salariés nous inquiète pour notre avenir et celui de nos enfants.
La situation est grave. Les indicateurs économiques le démontrent sans équivoque. Nous sommes le seul pays européen à être massivement et structurellement en déficit commercial. Notre dette et le capital de nos entreprises sont de plus en plus détenus par des intérêts étrangers. Nous nous sommes laissé bercer et endormir par les mirages de la “mondialisation heureuse”, de la France sans usine et de la réduction du temps de travail.
Afin de renouer avec la prospérité, les accommodements à la marge ne suffisent plus : il faut changer les règles, ou plutôt, oser jouer avec les mêmes règles que nos concurrents.

Eric Zemmour propose une vision alternative inédite pour nos entreprises : lucide sur les contraintes fiscales et réglementaires subies par tous les acteurs de l’économie, et conscient que le retour de la France parmi les premières puissances industrielles et commerciales passera par un État qui assume le rapport de force inhérent à la mondialisation. La fin de trente ans d’angélisme et de naïveté auprès de nos différents partenaires commerciaux européens, chinois ou américains, dont nos entreprises ont été les premières victimes. Les turpitudes de Naval Group en Australie viennent nous le rappeler cruellement : dans la mondialisation, les entreprises sont les porte-étendards des États et, sans soutien politique, nos groupes ne jouent pas à armes égales avec nos concurrents.

À Lire Aussi

Eric Zemmour est-il gaulliste ?

Un Etat visionnaire qui, sans interventionnisme excessif, soutient nos start-ups, nos TPE-PME nos ETI et nos grands groupes dans la conquête des marchés à l’intérieur et à l’extérieur de nos frontières : moins de prélèvements obligatoires, et un environnement dans lequel l’Etat sait orchestrer les filières, les entreprises et la recherche fondamentale appliquée. La recette paraît simple, c’est celle de toutes les nations qui ont su tirer parti de la mondialisation. Pourtant, par idéologie, clientélisme et naïveté, c’est précisément l’inverse qui a été mis en œuvre en France depuis plusieurs décennies. Sans état stratège, la Corée du Sud n’aurait pas Samsung, les Etats-Unis n’auraient pas les GAFAM et la Chine les BATX.

En vingt ans de présence médiatique, nous avons vu les analyses économiques d’Éric Zemmour évoluer, se nuancer, se préciser. Aujourd’hui, nous partageons son constat et, mieux encore, nous retrouvons sous sa plume et dans ses prises de parole les solutions que nous réclamons depuis des années : réduction des prélèvements obligatoires, meilleure transmission des entreprises, priorité donnée à l’industrie, défense de notre souveraineté économique, soutien à la filière de l’énergie nucléaire, réforme de l’éducation nationale pour mieux répondre aux besoins du marché de l’emploi.

Nul dogmatisme ou militantisme aveugle de notre part : nous portons sur ce candidat potentiel un regard lucide, nuancé, parfois critique. Nous sommes toutefois convaincus qu’il est le seul à avoir le courage et la volonté nécessaires pour porter cette nouvelle orientation que nous attendons depuis trop longtemps.

C’est la raison pour laquelle nous appelons de toutes nos forces Éric Zemmour à se lancer dans la bataille des élections présidentielles, afin de défendre nos entreprises et refaire de la France une terre d’avenir et de prospérité pour nos enfants.

À Lire Aussi

Le risque Covid et le succès de Zemmour obligent Macron à dévoiler les premiers axes de sa campagne...

105 Entrepreneurs et Chefs d’entreprises

Signataires :

Arnaud Le Guiffant ; Philippe Izraelewicz ; Gérault Verny ; Pierre-Marie Giet ; Noël Di Giovanni ; Thibault Verny ; Vincent Metivier ; Serge Zébourian ; Hugues Deloche ; Yann Duchesne ; Christian Montagnard ; Guillaume Bardon de Moÿ ; Damien Cantin ; David Quintela ; Tristan Cuminal ; Loetitia Seitz ; Didier Pailleux ; Pierre Robesson ; Edouard Bazin ; Henri Jusot ; Franck Chatin de Chastaing ; Denis Paul ; Augustin Jusot ; Côme de Gail ; Yoann Naccache ; Gerault Verny ; Frederic Saint Romain ; Eric Gimenez ; Jerôme Milo ; David Hornus ; Philippe Burgain ; Alexandre Elami ; Geoffrey Marlier ; Eric Malassinet ; William Bereault ; Yann Foret ; Franck Asperian ; Guilhem Giraudet ; Jean-Baptiste de Guébriant ; Christian Richaud ; Severine Sarton ; Rémi Lebreton ; Jean-Marc Orseilli ; Bernard Rineau ; Cyrille de Lambert ; Philippe Cabassud ; Emmanuel Leseur ; Lionel Ortola ; Louis Marie Renard ; Jacques Giroguy ; Christophe De la Rousserie ; Cyrille Arnaud ; Laurent Missolin ; Louis-Marie Stollsteiner ; Guillaume Stollsteiner ; Pascal Merivier ; Pierre Peycelon ; Frederic Gonnet ; Emmanuel Pene ; Benoît D’Hau ; Hervé Morice ; Ghislain Hery ; Julien Correas ; Cedric Le Bel ; Etienne Sévillia ; Franck Bonnefous ; Geoffroy Millet ; Aymeric Dussez ; Rémi Lallement ; Olivier Bachellerie ; Agnes Marion ; Serge Geneix ; Eric Pelet ; Vincent Vincent ; Emilie Graux ; Laurent Masson ; Jérôme De la Buissonnière ; Arnaud Humbert ; Cyril Lorne ; Gabriel Mailhebiau ; Henri Bonnet ; Inès Di Giovanni ; Joséphine Di Giovanni ; Pierre-Eliott Rimaud ; Sophie Di Giovanni ; Marc Tirel ; David Catarro ; Thibaut Monnier ; Jacques Madi ; Isabelle Fiquet ; Emmanuel Seban ; Jean-Pierre Montagne ; Benoît Marion ; Bruno Chalret ; Christophe Amande ; Christophe Saint Romain ; Eric Mauvoisin-Delavaud ; Noël Atlani ; Bernard Helly ; Gilbert Mengual ; Philippe Rignot ; Serge Zaini

À Lire Aussi

A Macron l’UE et la mondialisation heureuses, à Zemmour l’identité malheureuse : quel récit pour les LR ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !