N’ayez pas peur de dépenser (mais pas n’importe comment ) : ce que le Covid 19 nous a appris de l’extraordinaire puissance de l’arme fiscale des États | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Dès le début de la pandémie, les Etats et banques centrales ont injecté des centaines de milliards d'euros pour soutenir l'économie.
Dès le début de la pandémie, les Etats et banques centrales ont injecté des centaines de milliards d'euros pour soutenir l'économie.
©Daniel ROLAND / AFP

Quoi qu'il en coûte

N’ayez pas peur de dépenser (mais pas n’importe comment ) : ce que le Covid 19 nous a appris de l’extraordinaire puissance de l’arme fiscale des États

La réponse rapide et massives des Etats à la crise économique liée à la pandémie de Covid-19 montre l'intérêt de l'activisme fiscal, qui a habituellement mauvaise presse en Europe.

Adam Posen

Adam Posen

Adam S. Posen est président du Peterson Institute for International Economics, un organisme de recherche indépendant, à but non lucratif et non partisan, qui se consacre au renforcement de la prospérité et du bien-être humain dans l'économie mondiale par le biais d'analyses d'experts et de solutions politiques pratiques.

Voir la bio »

Atlantico : Votre récent article "le succès des politiques fiscales en réponse au Covid-19 montre qu'il faut croire aux bonnes nouvelles" (à lire ici, traduit par Atlantico) met en évidence la réponse rapide à la crise économique créée par la pandémie de Covid et la puissance de l'arme fiscale de l'Etat. Pourquoi est-ce une si bonne nouvelle selon vous ? 

Adem Posen : L'activisme fiscal a eu une mauvaise réputation, en particulier en Europe. Cependant, comme je l'affirme depuis mon livre de 1998 sur la reprise possible du Japon, la politique fiscale fonctionne lorsqu'elle est tentée.  Les efforts récents le prouvent. Si un activisme fiscal correctement discipliné en réponse aux récessions et aux chocs sévères peut être adopté par défaut, nous sauverons beaucoup de gens d'un chômage inutile et améliorerons réellement les finances publiques à long terme.

Le risque majeur de disposer d'une telle "marge de manœuvre budgétaire", d'une capacité à dépenser de l'argent lorsque cela est nécessaire, n'est-il pas de le faire au mauvais moment, pour les mauvaises raisons ou dans la mauvaise direction ? Comment éviter cela ?

Le risque majeur de la marge de manœuvre budgétaire n'est pas qu'elle soit dépensée au mauvais moment ou pour les mauvaises raisons.  En général, nous avons trop peu d'investissements publics et trop peu de stabilisation du cycle économique.  Même une politique budgétaire mal motivée présente souvent des avantages et le gaspillage est limité, tant que l'État n'est pas véritablement corrompu (ce qui n'est pas le cas des membres actuels de la zone euro).  Le risque d'une mauvaise orientation est une réelle préoccupation, qu'il s'agisse de dépenser trop tard dans un boom ou de contracter une position budgétaire aggravant une crise.  La réponse à la crise du Covid-19 démontre que même les législatures et les gouvernements démocratiques sont capables d'être opportuns dans le lancement et la limitation des dépenses. Les stabilisateurs automatiques peuvent être renforcés.

À Lire Aussi

Économie : le moral des chefs d’entreprise est au plus haut. Les Cassandre reculent. Tout va bien ou presque...

Dans le cas spécifique de la crise actuelle, comment jugez-vous la réponse économique de l'UE et des Etats-Unis ? Et laquelle est la meilleure selon vous ?

Au niveau de base le plus important, l'UE et les États-Unis ont tous deux bien réagi sur le plan fiscal aux aspects économiques de la réponse à la pandémie.  Les mesures fiscales ont été suffisamment importantes, rapides et axées sur l'aide aux personnes qui ont perdu leur emploi, sur le soutien de la santé publique et sur la création d'entreprises et d'emplois vulnérables jusqu'à l'arrivée des vaccins.  Je pense que la réponse de l'UE a été meilleure que celle des États-Unis sur deux points plus fins mais néanmoins importants. Tout d'abord, les pays de l'UE ont lié une plus grande partie de l'aide au maintien des personnes dans les emplois qu'elles occupaient déjà, que ce soit par le biais de chômage partiel, de congés ou d'aides aux employeurs, alors qu'aux États-Unis, les travailleurs devaient se retrouver au chômage pour bénéficier de l'aide.  Il en résulte davantage de chômage frictionnel et peut-être davantage de destruction inutile d'emplois aux États-Unis.  Deuxièmement, les économies de l'UE pouvaient simplement étendre ou développer l'appareil d'État-providence déjà existant de diverses manières, tandis que les États-Unis devaient mettre en place de nouveaux programmes pour obtenir l'aide nécessaire. Bien que les États-Unis aient réussi à le faire, ces programmes pourraient disparaître avant la prochaine crise.

À Lire Aussi

Plan de relance : ce bon sens qui manque à la France pour sauver (vraiment) son industrie

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !