Mammouths, dinosaures, dodos : sommes-nous en voie de faire réapparaître les espèces disparues ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Et si les hommes pouvaient un jour ramener à la vie ces grosses bébêtes, dinosaures, mammouths et autres espèces disparues il y a bien longtemps ?
Et si les hommes pouvaient un jour ramener à la vie ces grosses bébêtes, dinosaures, mammouths et autres espèces disparues il y a bien longtemps ?
©DR

Science-fiction

Mammouths, dinosaures, dodos : sommes-nous en voie de faire réapparaître les espèces disparues ?

Les avancées technologiques et la connaissance du génome des mammouths pourraient bien rendre possible leur clonage. C'est en tout cas ce que pensent plusieurs scientifiques, qui restent néanmoins plus sceptiques sur le cas des dinosaures. Voici le premier volet de notre série consacrée au clonage des espèces disparues.

Souvenez-vous, c'était en 1993. John Parker Hammond, PDG d'une grande société, lançait un parc d'attractions comme personne n'en avait jamais vu. Le vieil homme, qui avait réussi à cloner des dinosaures, proposait en effet aux futurs visiteurs de se promener au milieu de tyrannosaures, dilophosaures, et autres vélociraptors. Le nom du parc : Jurassic Park, le lieu : partout dans les salles de cinéma, dans un film adapté du roman de Michael Crichton paru en 1990 ! La fiction a ressuscité à plusieurs reprises ces vertébrés disparus il y a 65 millions d'années. Mais avec les avancées technologiques, une question demeure : et si les hommes pouvaient un jour ramener à la vie ces grosses bébêtes, dinosaures, mammouths et autres espèces disparues il y a bien longtemps ? La réponse pourrait bien vous surprendre…

Le choix ne manque pas, puisqu'on estime que 90% des espèces qui ont existé dans le passé se sont depuis éteintes, il n'en reste donc que 10%... Car en l'espace de 3 milliards d'années, la Terre a été plutôt féconde. Ce sont des milliards et des milliards d’espèces différentes qui sont venues au monde, peut-être même 50 milliards. Mais leur extinction semble toujours plus rapide. Changement climatique aidant, certains scientifiques estiment qu'au cours du siècle qui vient, ce ne sont pas moins de la moitié des espèces terrestres qui pourraient s'éteindre.

Dans une interview donnée au site Internet BigThink, le physicien théoricien américain Michio Kaku rappelle en effet que les hommes ont "pris les cellules de carcasses d'animaux disparus il y a des décennies et les ont ramenées à la vie. Il est donc possible aujourd'hui d'utiliser la technologie moderne pour prendre des carcasses d'animaux disparus il y a longtemps et les ressusciter sous la forme de clones".

Et les premières espèces disparues qui devraient bénéficier de ce traitement de retour à la vie pourraient bien être les mammouths. Michio Kaku estime en effet que "nous allons peut-être être capables de ramener à la vie les mammouths, ces créatures qui ont foulé le sol de la Terre il y a des dizaines de milliers d'années. Nous sommes en possession de leur génome !". Un article publié dans la revue National Geographic révélait en effet que des scientifiques avaient réussi dès 2009 à séquencer 70% du génome d'un mammouth. Aujourd'hui les chercheurs sont encore plus avancés.

Retour en 2012, au mois de mars plus exactement. Deux scientifiques, le Russe Vasily Vasiliev et le Sud-Coréen Hwang Woo-Suf, déjà à l'origine du premier chien cloné, annoncent qu'ils s'apprêtent à lancer des recherches pour cloner des mammouths.  L'idée est que transférer le noyau, qui contient le génome complet de l'individu, de cellules somatiques du mammouth dans des ovules non-fécondés et énucléés d'un éléphant pourrait produire des embryons pourvus d'un ADN de mammouth. Ces embryons seraient par la suite placés dans l'utérus d'une éléphante. Et Michio Kaku de confirmer : "Placer un œuf fertilisé dans l'utérus d'un éléphant, puis voir cet éléphant donner naissance à un mammouth ne relève donc plus du tout de la proposition stupide".

Et les dinosaures alors ? Verront-nous prochainement des T-Rex et des diplodocus se balader dans les rues ? Une majorité de scientifique s'accorde à dire que ce n'est pas prêt d'arriver, même avec tous les deniers de Clive Palmer, ce milliardaire qui a annoncé vouloir cloner des dinosaures ! Pour arriver à cloner un de ces gigantesques vertébrés, comme pour les mammouths, il faudrait en effet obtenir le génome complet du dinosaure. Le problème est que la vie d'un brin d'ADN ne dépasse pas un million d'années. Or les dinosaures ont disparu il y a 65 millions d'années. Mais certains chercheurs ne sont pas aussi sceptiques et proposent d'autres solutions. Ils estiment en effet que comparer les descendants des dinosaures, les oiseaux et certains mammifères, pourraient aider les scientifiques à mieux cerner les développements génétiques et donc créer le génome d'un dinosaure.

Michio Kaku fait partie de ces scientifiques "optimistes". S'il estime qu'"il n'est pas encore possible aujourd'hui [de cloner un dinosaure], ça reste une idée à laquelle il faut réfléchir. On pourrait se servir d'un ordinateur qui utiliserait l'ADN de plusieurs lézards et les protéines trouvées dans les tissus mous du dinosaures, obtenir la meilleure approximation mathématique d'un dinosaure, le placer dans l'utérus d'un alligator ou un autre animal et ça pourrait donner un oeuf qui ressemblerait à un dinosaure". Pour beaucoup un projet idéaliste, irréaliste. Mais certains pensaient bien qu'on ne trouverait jamais de tissus mous de dinosaures, et pourtant, c'est bien arrivé.

Une question demeure : que ferions-nous de ces animaux s'ils revenaient en effet à la vie ? La chaîne alimentaire s'en trouverait à coup sûr bouleversée.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !