« Maman  » de Samuel Benchetrit : à la recherche de la mère perdue, la maman est la putain | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Samuel Benchetrit propose sa nouvelle création, « Maman », au Théâtre Édouard VII.
Samuel Benchetrit propose sa nouvelle création, « Maman », au Théâtre Édouard VII.
©DR / JF Paga

Atlantico Litterati

« Maman  » de Samuel Benchetrit : à la recherche de la mère perdue, la maman est la putain

Ex compagnon de Marie Trintignant, morte sous les coups de Bertrand Cantat, l’écrivain cinéaste et dramaturge Samuel Benchetrit est aujourd’hui le mari de Vanessa Paradis, qu’il dirige dans sa nouvelle création : « Maman ! », au Théâtre Édouard VII.

Annick  Geille

Annick Geille

Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec Robert Doisneau, du magazine Femme.

Voir la bio »

Son dernier film "Asphalte", avec Isabelle Huppert et Valérie Bruni Tedeschi est une adaptation de son roman autobiographique "Chroniques de l'asphalte" -souvenirs - en plusieurs tomes -de son enfance en banlieue ( chez Pocket), car Samuel Benchetrit est  aussi romancier ( « Récit d’un branleur »,  « Chien », « Reviens »,  « La nuit avec ma femme » :« Ce qui chavire le coeur dans ce beau livre modeste et discret est la permanente tendresse pour la femme enfuie »/ TéléraMa)-en l’occurrence Marie Trintignant.

Pour ce qui est de  « Maman ! » - dont le texte est publié chez Grasset ces jours-ci – la pièce se  jouera à partir du 14 septembre  prochain au Théâtre Édouard VII (http://www.theatreedouard7.com), à Paris .

Il y a chez Samuel Benchetrit  un art poétique singulier. Sa veine créative le distingue des dramaturges de sa génération. Il est à la fois terriblement contemporain et postmoderne,  avec ses personnages ainsi définis : « la femme », « l’homme » « le gars », « le type » ; son sujet est quasi tabou,  et dépouillé de ses habituels ornements : la  tentatrice est la maman créée de toutes pièces par son fils désirant, etc. ). Les mots choisis par l’auteur sont dépouillés pour porter loin  et fort . Il le faut car il s’agit d’atteindre  l’universel :  la vision  qu’ont les femmes d’elles-mêmes et  cette même vision que  les hommes- en général  inconsciemment machistes ont d’elles dans l’amour et la maternité ( cf.  revoir le film de Jean Eustache )  En 2021, la masculinité semble toujours enfermée  dans des fictions sociétales et familiales qui rendent service à la libido des hommes, mais pas  à celle des femmes. On peut donc dire  que « Maman »  est un texte féministe.

Samuel Benchetrit est à la fois  un précurseur et  un  dramaturge classique .On peut aller voir sa pièce avec une cousine un peu coincée, dans le temps et l’espace, elle appréciera autant que vous, lecteur d’Atlantico, ce texte audacieux et créatif. Chez Benchetrit, particulièrement avec « Maman », l’esthétique du langage-   cette sémantique choisie  avec soin par un  amoureux de notre langue- semble d’une telle force que c’est à peine si le lecteur souffre de l’épure scénique. L’auteur décortique avec humour un cliché universel . Celui qui enferme les hommes  dans ce cliché  stipulant qu’il existe deux sortes de femmes : leur compagne -qui est forcément dans le camp du bien- la mère symbolique,  « maman » pour les intimes- et son contraire :la putain, cette femme de rien, certes désirable mais  à fuir, car incanrant la  tentatrice : le péché sur terre,  le vers dans le fruit : la  putain. Or,  les hommes sont toujours déçus car leur compagne n’est pas leur mère, et les femmes qui les attirent ne sont pas non plus des putains. Alors ?

Ce que Samuel Benchetrit nous dit dans cette dramaturgie c’est  que  l’homme crée sa femme-mère et méprise  son désir en désirant la putain, alors qu’en fait les femmes sont  et des mamans et des putains. Benchetrit  est à la recherche de la mère perdue  et retrouvée : il réconcilie les hommes avec  leur libido par ce métissage  symbolique .La putain est sainte, la mère devient sexy.  Matrice et objet de désir  sont réconciliés. On note au passage une esthétique textuelle aussi importante que l’action, car Samuel Benchetrit est doté d’un imaginaire d’une grande richesse. Avec « Maman » !   l’auteur nous secoue les méninges, le cœur, le corps et nous recevons ses mots – toujours au second degré -  en plein cœur .Dans  « Maman » !  règne une vérité poétique qui protège  le lecteur et le spectateur  des bons sentiments, des clichés et de tout esprit de démonstration militant.

Samuel  Benchetrit « prend soin d'intégrer une part de rêve, de fantaisie et de magie  en se focalisant sur  ses  lecteurs et spectateurs».C’est vrai.

Annick GEILLE

Extrait de « Maman ! » pour Atlantico

LE TYPE

Écoutez, je suis désolé́ d’avoir pris votre femme pour une pute... Je rentrais chez moi, je me sentais seul, je l’ai vue, là, dans la pénombre, et je me suis dit : bon, pourquoi pas, c’est comme une fleur qu’on peut cueillir... et puis c’est mieux que de rien faire... c’est toujours mieux de faire l’amour après tout... Je me suis planté, ça arrive... Mais ça prouve que vous avez une belle femme, qui déclenche des mystères aux inconnus solitaires... Je suis désolé́, Monsieur !

L’HOMME

Il y a pas de mal !

LA FEMME

(À l’homme)
Il est mignon, tu trouves pas ?

L’HOMME

Sûrement... mais j’hésite encore à lui foutre un pain dans la gueule.

(À l’homme)

LA FEMME
Je trouve même qu’il te ressemble.

L’HOMME

Je vais pas aux putes moi !

LA FEMME

C’est comme ça que tu t’es dépucelé, janvier 78 !

L’HOMME

Pourquoi je t’ai tout raconté !

LE TYPE

Bon, ben, bonne nuit.

LA FEMME

Attendez !

Le type s’en va.

Il s’arrête. La femme avance vers le type.

LA FEMME

On est venus en famille... C’est pas une grande famille... Juste deux personnes... Il manque des morceaux...

LE TYPE

 Vous n’avez pas de parents ?

LA FEMME

Décédés.

L’HOMME
Il reste ma mère mais... Alzheimer.

LE TYPE

Des frères et sœurs ?

LA FEMME

Fille unique...

L’HOMME

J’ai un frère à Créteil que je vois jamais... On se verrait plus s’il était au Brésil... Parce qu’il y aurait le Brésil.

Il la regarde.

LA FEMME

C’est pas une grande famille... Mais c’est une belle famille... solidaire... On s’oublie un peu parfois, mais on arrive toujours à se rattraper... On ressemble à̀ ces oiseaux perchés sur les fils, qui s’envolent à l’opposé quand on leur tire dessus, mais qui reviennent toujours se poser l’un à côté́ de l’autre... Tu voudrais pas en faire partie ?

LE TYPE

De quoi ?

page87image5827072

LA FEMME

De cette famille.

LE TYPE
C’est que... j’y connais rien en famille moi.

L’homme avance vers le type.

L’HOMME

C’est assez simple : tu donnes, tu donnes, tu donnes, tu reçois... tu donnes, tu donnes, tu donnes, tu reçois... et plus ça avance, plus tu la fermes... les autres font pareil, tu fais les calculs et t’as le résultat.

LE TYPE

C’est intéressant... mais pourquoi moi... je vous ai quand même prise pour une pute !

L’HOMME

Il a raison !

LA FEMME

C’est pas bien grave... Il y a toujours des moments ambigus avec sa mère, on a beaucoup écrit là-dessus.

Copyright Samuel Benchetrit « Maman » Grasset-Fasquelle/171 pages/ 14 euros

Réservations Théâtre Edouard VII - 10, place Edouard VII - 75009 Paris

T : 01 47 42 59 92

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !