Macron voulait terrasser l’opposition, le docteur Frankenstein a accouché d’un Monstre (NUPES). Histoire de la livraison de la France aux extrêmes. | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Tribunes
Macron voulait terrasser l’opposition, le docteur Frankenstein a accouché d’un Monstre (NUPES). Histoire de la livraison de la France aux extrêmes.
©LUDOVIC MARIN / POOL / AFP

Les entrepreneurs parlent aux Français

Macron voulait terrasser l’opposition, le docteur Frankenstein a accouché d’un Monstre (NUPES). Histoire de la livraison de la France aux extrêmes.

Il se croyait Docteur Jekyl, il finit en Mister Hyde, livrant la France aux extrêmes. A vouloir jouer avec l’ADN de la composition politique, il a généré un monstre, qui se retourne contre lui et surtout contre nous. A vouloir régner en maître, il a livré la France à un nouveau monstre, un monstre incohérent, antisémite, composé d’élus insoumis qui, je cite, « ne pleuraient pas pour ce qui s’est passé au Bataclan », un monstre imprévu qui va mordre la main de son maître et pratiquer l’obscurantisme et véroler la vie politique pour les 5 années à venir.

Denis Jacquet

Denis Jacquet

Denis Jacquet est fondateur du Day One Movement. Il a publié Covid: le début de la peur, la fin d'une démocratie aux éditions Eyrolles.  

Voir la bio »

Et ce n’est que le début du cauchemar, car en 2027, faute d’un candidat providentiel au centre, nous aurons Le Pen ou Mélenchon au pouvoir. Macron aura définitivement parachevé l’œuvre politique de Mitterrand, en la poussant à son paroxysme. Tuer la droite et la gauche pour régner en maître. Ce calcul aurait pu fonctionner sur Powerpoint, en mode start-up, en présentant des calculs qui ne marchent que dans une vie extra-terrestre, malheureusement, même le premier imbécile venu en aurait déduit, qu’au final, en cas d’échec, il resterait uniquement les extrêmes. L’arrogance du pouvoir Macronien, qui couvre d’une ombre terrible sa soi-disant intelligence, qui en prend un coup ce soir, lui a permis de feindre d’oublier qu’il avait déjà été élu sur une erreur et une minorité en 2017 et que personne ne le désirait pour une second mandat, à part les plus de 70 ans qu’il a prétendu sauver du Covid, et qui l’ont porté au pouvoir en Avril, et que dès lors, ce calcul était le plus dangereux qui soit. Macron a tué la France politique, et nous offre un avenir périlleux pour le moins, mortel en réalité, pour les échéances de 2027.

Alors, mes amis, entrepreneurs, que faire ?

Si vous attendiez des réformes, celle qui ont été abandonnées par ce pouvoir après l’épisode des Giles Jaunes, et dont l’avenir de la France dépend, vous ne les aurez pas. La retraite. Le numérique et les technologies. Le commerce extérieur. Les réformes institutionnelles indispensables. Les réformes nécessaires pour rendre l’État efficient et plus léger. Rien de cela n’arrivera. Dès lors, après une légère embellie liée au post-covid, tout ce qui aurait pu survenir pour soutenir la croissance et assurer l’avenir de la France sera tué dans l’œuf par des NUPES dont les théories économiques sont proches des théories soviétiques des mauvaises années, mais aussi par le RN, dont la politique (si tant est qu’il y en ait une) économique connue reste celle du national-socialisme des grandes années, en clair, une politique de gauche absurde et dépassée.

Si vous avez besoin d’une base politique stable, dotée d’une vision afin de prospérer au bénéfice des Français, ce n’est clairement pas en France qu’il faudra la chercher. Nous allons avoir une guerre de tranchée entre NUPES et RN, d’une part et LREM de l’autre, dont la finalité sera de tuer dans l’œuf toute réforme qui pourrait profiter à l’entreprise et aux entrepreneurs.

Si vous voulez investir sur le temps long, ce qui nécessite stabilité et visibilité, ce n’est plus en France qu’il faudra investir. A l’heure de la Présidence Européenne, et de la guerre en Ukraine, ce Président va faire l’objet des moqueries de ses interlocuteurs, qui vont tourner en dérisoire celui dont l’arrogance irritait la plupart des interlocuteurs Européens. Un Président sans base, ne pourra servir de fondement à la politique de l’Europe. Faute de crédibilité. A sa venue, chacun tournera le regard, et au final lui tournera le dos, tournant en ridicule notre pays, qui perd ce jour le moindre crédit international. 

Enfin, bien entendu, on peut imaginer que des mesures, prises à la faveur d’alliance anormales et invraisemblables, puissent aboutir à l’Assemblées, des mesures qui pourraient accroître les taxes, alourdir des charges des entreprises, tuer l’innovation sous prétexte de capitalisme rampant. A partir de ce jour, tout est possible, sauf l’espoir qui désormais doit disparaître du vocabulaire et des dictionnaires publiés en France. 

L’avenir est désormais interdit et l’imprévisibilité de principe. Pour preuve, tous ces instituts de sondage qui nous annonçaient une majorité quasi évidente pour le second tour, ce qui devrait définitivement marquer la fin de leur utilité et poser de légitimes questions sur leur présence dans l’environnement politique. Ces instituts à qui la presse donne une importance démesurée, et qui guident les votes à la Présidentielles, faisant penser à chacun que les dés sont jetés et les résultats prévus d’avance, alimentant à la fois le vote utile, qui est le contraire de l’intérêt donné au vote, qui devrait être un choix profond et personnel et non un calcul, et l’abstention, car faute de possibilité de changer le résultat, pourquoi aller voter ?

J’ai quitté la France, car je sentais le déclinisme Européen et la glissade autoritaire (période Covid notamment) actuelle, et l’estimait contraire à mes valeurs. J’ai préféré un État fédéral, où le pouvoir des Gouverneurs peut mettre en échec l’impéritie Présidentielle, et ainsi assurer un équilibre démocratique que nous avons foulé du pied, des 2 pieds, à pied joint, pendant le Covid, en refusant aux élus locaux et régionaux, le moindre pouvoir (pourtant élu). Je m’en félicite, car je préfère les Etats qui pratiquent la démocratie à ceux qui l’invoquent et s’en gargarisent. Je préfère la réalité au fantasme. Les preuves aux intentions. Les USA continuent à risquer pour s’offrir l’avenir, ont un équilibre réel des pouvoirs et que ce soit Biden ou Trump, ont la capacité de gérer leur avenir, État par État. Tous les commentateurs et les élus, ce soir, ont noté et cité, toutes tendances confondues, l’arrogance de ce qu’ils ont appelé depuis plusieurs années la « Macronie » dont les élus ont pris la France de haut, et fait du mépris de l’opposition une forme de pouvoir.

A mon sens, 2027 présente des risque tels, qu’il faudrait penser à quitter la France avant d’être spolié par les extrêmes, et que le plus sage est de se préparer. Ne pas avoir un plan B sépare le mauvais entrepreneur du bon, et je pense que nos entrepreneurs sont bons. Il faut donc se préparer activement. 5 années, cela passe vite. Très vite. Le 49.3, et le gouvernement par décret n’a qu’un temps et en tant qu’entrepreneur on ne vit qu’une fois, rarement deux, alors comptez bien vos valises disponibles et assurez-vous d’en avoir assez et de capacité suffisante ! 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !