Macron, un mauvais président et un candidat encore pire … | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Macron, un mauvais président et un candidat encore pire …
©LUDOVIC MARIN / AFP

Il ne veut pas débattre !

Macron, un mauvais président et un candidat encore pire …

Il préfère rester douillettement sur son Olympe

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Le cause est entendue et les dés sont jetés : le chef de l’État ne débattra pas pour le premier tour avec les autres candidats à la fonction présidentielle. Il est Président et refuse, en arguant de ses responsabilités, de se confronter avec ses rivaux. La loi du genre, ainsi que la démocratie, veulent qu’ils débattent tous ensemble à la télévision. Avec le même temps de parole, scrupuleusement mesuré, montre en main, par les journalistes arbitres. 

Or avec Macron, ils sont douze à concourir ! Ça laisse combien de minutes au chef de l’État ? De quoi le dégoûter de descendre dans l’arène ! Cela ne se peut … Cela aurait pour effet de ramener son auguste personne au niveau de postulants qui ne sont rien pour lui …

Si un tel débat avait lieu, on aurait assisté à un spectacle effroyable. Zemmour lui faisant un doigt d’honneur. Mélenchon l’accusant d’être un mondialiste à la solde du grand capital. Philippe Poutou et Nathalie Arthaud entonnant en chœur « Macron salaud, le peuple aura ta peau ! ». Lassalle se mettant à chanter « Macron con, con ».

Oui, merci monsieur le Président de nous avoir épargné cette insupportable foire d’empoigne. Merci d’être élégamment resté au dessus de la mêlée. 

Des mauvaises langues diront que Macron a une singulière définition de la démocratie. Tel n’est pas notre avis. Car Macron veut bien débattre mais avec un homme de son rang. Nous avons nommé Vladimir Poutine. Malheureusement pour lui et pour le spectacle, le chef du Kremlin n’est pas candidat en France.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !