Les livres électroniques pour enfants soulèvent des questions quant à leurs conséquences | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Education
Un enfant au Salon du livre et de la presse jeunesse, à Montreuil, en 2017.
Un enfant au Salon du livre et de la presse jeunesse, à Montreuil, en 2017.
©JACQUES DEMARTHON / AFP

Les livres électroniques pour enfants soulèvent des questions quant à leurs conséquences

L'évolution de la littérature pour enfants vers la haute technologie peut présenter des avantages, mais aussi des inconvénients.

Cypress Hansen

Cypress Hansen

Cypress Hansen est une rédactrice stagiaire chez Knowable Magazine.

Voir la bio »

Cet article a été publié initialement sur le site de la revue Knowable Magazine from Annual Reviews et traduit avec leur aimable autorisation.

Les livres d'images de grand-mère avaient de l'encre de couleur. Ceux de papa avaient des pop-outs et des textures amusantes.

Aujourd'hui, les livres pour enfants peuvent comporter des vidéos à la place des illustrations, donner une définition des mots à voix haute et avoir des personnages qui se déplacent sur la page.

Alors que les livres traditionnels évoluent et se mêlent à la technologie des appareils portables, les parents, les éducateurs et les psychologues du développement veulent savoir quelles peuvent en être les conséquences. Le nombre de gadgets et de fonctionnalités dans les livres pour enfants est-il utile, bénin ou peut-être même nuisible ?

Les partisans des livres d'histoires numériques affirment que les fonctions interactives augmentent l'engagement des enfants et des parents, accélérant ainsi l'apprentissage de la lecture et du langage chez les enfants. Les détracteurs affirment que le format est distrayant et empêche la concentration et la compréhension du contenu. "Des deux côtés, il y a des études qui disent que les livres électroniques sont nuisibles et d'autres qui disent qu'il n'y a pas de différence", explique Brenna Hassinger-Das, chercheuse en éducation et en apprentissage à l'université Pace de New York, qui a coécrit une étude sur les jeunes enfants et les médias numériques dans la revue Annual Review of Developmental Psychology en 2020. "Les livres électroniques changent constamment, aussi... et nous essayons de suivre toutes les évolutions."

À Lire Aussi

Lire un livre imprimé ne produit pas du tout le même effet qu’en version digitale

Les réponses sont importantes, ajoute Hassinger-Das, car les livres électroniques deviennent de plus en plus interactifs et populaires. Depuis les années 2010, alors que l'utilisation de produits comme les smartphones et l'iPad se généralisait, les appareils compatibles avec les livres électroniques sont devenus plus courants dans les foyers ; les bibliothèques continuent d'élargir leurs collections de livres électroniques ; et les écoles les intègrent de plus en plus dans leurs programmes. Le temps de lecture et le temps passé devant un écran se confondant, les parents de jeunes enfants ont plus de mal à distinguer le temps bien employé du temps perdu.

Bien que la science soit loin d'être établie, des thèmes se dégagent : moins de fonctionnalités, c'est mieux, et l'implication des parents est essentielle - dans la plupart des cas, du moins. Alors que l'intelligence artificielle et les applications de lecture interactive continuent de se développer, certains éducateurs et chercheurs voient un potentiel d'égalisation pour les situations où les parents, pour une raison ou une autre, ne veulent ou ne peuvent pas faire la lecture à leurs jeunes enfants.

Les aventures de l'alphabétisation des enfants 

Les outils d'alphabétisation des enfants étaient utilisés bien avant que les sociétés ne considèrent la lecture comme un élément nécessaire au développement de chaque enfant. "Les livres pour enfants ont toujours voulu contribuer à faire le meilleur enfant possible, l'enfant le plus heureux, l'enfant qui sait des choses, qui comprend le monde, qui se comprend lui-même", explique Kim Reynolds, historienne de la littérature pour enfants à l'université de Newcastle, au Royaume-Uni.

À Lire Aussi

Les astuces génétiques des animaux qui vivent le plus longtemps

Dans la Rome antique, les enfants des nobles lisaient des histoires écrites à la main sur des parchemins, mais ce n'est qu'à partir des années 1400, après l'invention de la presse à imprimer, que les supports de lecture pour enfants (et l'alphabétisation) se sont généralisés. Les livres à cornes - généralement des pagaies en bois avec une seule feuille de vélin ou de papier recouverte d'une corne transparente protectrice - sont devenus populaires, bien qu'ils ne soient guère des livres au sens moderne du terme. Ils ne contenaient que ce que les adultes considéraient comme essentiel : l'alphabet, les chiffres et le Notre Père. "L'idée de ce qu'est le meilleur enfant possible a beaucoup changé", dit Reynolds.

En 1744, John Newbery a publié A Little Pretty Pocket Book, largement considéré comme le premier livre pour enfants créé dans un but purement ludique, avec des jeux, des histoires drôles et des illustrations. Au XIXe siècle, les auteurs ont commencé à reconnaître que les enfants, comme les adultes, avaient leurs propres conflits internes, leurs penchants et leurs fantasmes. Les contes de fées et les histoires fantastiques comme The King of the Golden River et Les Aventures d'Alice au pays des merveilles gagnent en popularité.

Avec l'avènement de la radio, du cinéma, de la télévision et des jeux vidéo, la littérature pour enfants a interagi avec chaque nouveau média, fournissant d'une part du matériel pour les scénarios et, d'autre part, adoptant les personnages populaires de la télévision. Au début des années 1990, les livres imprimés ont commencé à offrir des boutons pour déclencher des sons. Et en 1999, les livres pour enfants ont fait un grand bond vers le numérique lorsque la société de jouets LeapFrog a lancé le LeapPad, un support électronique en plastique pour les livres à reliure spirale qui réagissait par des effets sonores, des définitions de mots et des histoires lorsque l'enfant appuyait sur la page avec son "stylo".

À Lire Aussi

Wikipédia aussi ? Son co-fondateur alerte sur la prise de contrôle de l’encyclopédie en ligne par des militants néo-progressistes et décoloniaux

La technologie et les options du livre électronique se sont considérablement développées depuis le lancement du Kindle par Amazon en 2007, suivi par le développement de la tablette et du smartphone ; leur utilisation dans les foyers, les écoles et les bibliothèques est florissante. Certes, les livres traditionnels restent prédominants, mais l'utilisation des livres électroniques est en hausse, surtout dans certains groupes démographiques. Une enquête nationale représentative sur les enfants âgés de zéro à huit ans, menée par l'organisation à but non lucratif Common Sense Media, a révélé que les familles noires et les familles à faible revenu utilisent les livres électroniques dans une plus grande proportion de leur temps de lecture que les familles blanches ou aisées.

Cela pourrait être important. Les psychologues du développement, les éducateurs et les défenseurs de l'alphabétisation savent depuis longtemps que lire aux jeunes enfants peut améliorer leurs compétences ultérieures en lecture et promouvoir des aptitudes cognitives telles que l'écoute attentive, la pensée créative et la concentration pendant une période prolongée. Et les avantages s'accumulent tôt, selon une étude portant sur 250 paires de nourrissons de 6 mois et leurs mères, présentée lors d'une réunion 2017 des Pediatric Academic Societies. Tant la quantité de lecture partagée de livres (nombre de livres à la maison et de jours passés à lire) que sa qualité (quantité et nature de l'interaction parent-enfant) prédisaient de meilleures compétences en vocabulaire, en langage et en lecture quatre ans plus tard.

À Lire Aussi

Qui écrivait et qui lisait au Moyen Âge ?

Une autre étude a estimé qu'un enfant à qui l'on fait la lecture quotidiennement entendra en moyenne 1,4 million de mots de plus avant l'âge de 5 ans qu'un enfant qui ne le fait pas, sur la base d'une analyse de 60 livres pour enfants couramment lus aux États-Unis.

La co-lecture de livres traditionnels consiste à interpréter ensemble les illustrations, à tourner les pages ou à utiliser le doigt pour suivre le texte. Pour les livres électroniques, les possibilités d'interaction sont beaucoup plus nombreuses. Secouez la tablette pour faire bouger la tête des personnages animés. Touchez l'écran et vous entendrez la vache dire "Meuh". Aidez un personnage à trouver son jouet en faisant glisser les illustrations. Comment ces attractions (ou distractions) peuvent-elles affecter la nature et les avantages de la co-lecture ?

Pour tenter de démêler cette question, des chercheurs de l'université Temple de Philadelphie et leurs collègues ont filmé 92 paires de parents et d'enfants âgés de 3 ou 5 ans en train de lire ensemble des livres traditionnels ou des livres électroniques pendant cinq minutes, puis ont codé les paroles et les comportements. L'étude de 2013 a révélé que lorsque les paires parents-enfants lisaient des histoires sur une console tactile à reliure spirale, il leur fallait souvent plus que le temps imparti pour terminer les livres. C'est parce que "les enfants voulaient activer tous les effets sonores possibles sur chaque page avant de passer à la page suivante", ont écrit les auteurs. Les discussions portaient davantage sur le comportement ("Arrête d'appuyer sur le bouton") et moins sur le lien entre l'histoire et la vie de l'enfant ("Tu te souviens quand nous sommes allés chez le médecin, comme Caillou ?").

À Lire Aussi

Qui écrivait et qui lisait au Moyen Âge?

Dans une étude de suivi, les enfants de 3 ans soumis aux deux conditions étaient aussi doués l'un que l'autre pour des choses faciles comme l'identification des personnages et des événements. Mais le groupe ayant reçu le livre traditionnel a obtenu des résultats supérieurs de 15 points de pourcentage, en moyenne, aux questions qui leur demandaient de se souvenir d'aspects plus complexes d'une histoire, comme la séquence des événements. Ces résultats suggèrent que les caractéristiques interactives peuvent distraire les jeunes lecteurs et réduire leur apprentissage et leur compréhension globale.

Une étude réalisée en 2016 par Hassinger-Das et ses collègues a pourtant abouti à des conclusions différentes. Dans ce cas, 86 paires parent-enfant (à nouveau des enfants de 3 ou 5 ans) ont été assignées au hasard pour lire ou écouter l'un des quatre types de livres : un livre électronique ordinaire et non interactif, un livre électronique "lu pour moi" avec audio, un livre électronique avec des points chauds - comme un bouton qui lit une vidéo liée à l'histoire - ou un livre traditionnel. Les participants ont reçu pour instruction de lire "comme vous le feriez normalement" et leurs mots et comportements ont été codés. Les chercheurs ont ensuite posé aux enfants une série de questions sur la compréhension de l'histoire. 

Ils n'ont constaté aucune différence de compréhension en fonction du type de livre. Mais ils ont constaté une différence en fonction de la façon dont les parents lisaient avec les enfants. Les enfants réussissaient mieux, quel que soit le type de livre qu'ils lisaient, si les parents utilisaient un style connu sous le nom de lecture dialogique, dans lequel l'adulte pose des questions et incite l'enfant à faire le lien entre l'histoire et sa propre vie.

À Lire Aussi

« Grande cause nationale », la lecture est « un voyage permanent », selon Emmanuel Macron

"Montrer quelque chose sur la page, comme un ours ou un autre animal, et dire : "Oh, tu te souviens quand nous sommes allés au zoo et que nous avons vu un ours, que tu l'as aimé et que tu as appris des choses sur lui ?". Ce genre de lien permet de donner plus de sens à l'information pour les enfants", explique Mme Hassinger-Das. "Ils se souviendront de l'information s'ils la relient à leur vie réelle." 

Au-delà, dit-elle, "si vous avez un livre papier et un livre électronique et que vous les lisez de la même manière, il n'y aura pas de différence, à mon avis."

Évaluer l'interactivité

Des études suggèrent néanmoins que les livres électroniques interactifs pourraient faciliter l'apprentissage dans les situations où un parent n'est pas disponible. Dans une étude menée en 2020 sur 36 enfants d'un an à Tokyo, les bébés ont pu apprendre l'association entre un objet à l'écran et un mot inventé - mesurée par leur regard - lorsque, pendant la phase d'apprentissage, un personnage animé faisait des gestes vers les objets et répondait au regard des enfants par un "contact visuel" et un sourire. Dans les essais où le personnage ne répondait pas de manière humaine, les enfants n'ont pas appris ces nouvelles associations mot-objet.

Si les livres électroniques peuvent fournir une interaction sociale significative, bien qu'artificielle, qui aide les enfants à absorber et à retenir les informations, "je pense que certains enfants en tireraient vraiment profit", déclare Hassinger-Das. "Les enfants qui apprennent une deuxième langue, par exemple, et qui n'ont pas de parent capable de lire avec eux dans cette langue."

Les livres électroniques peuvent également s'avérer particulièrement utiles pour les enfants ayant des difficultés d'apprentissage, comme la dyslexie, ou pour ceux qui n'ont pas accès à l'école ou à d'autres supports éducatifs, explique Maryanne Wolf, neuroscientifique cognitive à l'UCLA et cofondatrice de l'association à but non lucratif Curious Learning, qui s'efforce d'apporter des livres électroniques et des applications de lecture aux enfants du monde entier se trouvant dans de telles situations. "Il existe de bonnes utilisations des livres électroniques - ce n'est pas une situation binaire où il faut choisir entre les deux", dit-elle.

En 2012, par exemple, les chercheurs de Curious Learning ont mené une étude pilote dans laquelle ils ont donné des tablettes préchargées avec des applications d'alphabétisation précoce et des livres électroniques à 40 enfants éthiopiens âgés de 4 à 11 ans qui n'avaient pas accès à l'école et dont les parents ne savaient pas lire. Alors qu'aucune instruction n'avait été donnée pour l'utilisation des appareils, neuf mois plus tard, les enfants avaient acquis eux-mêmes des compétences de base en lecture. Certains d'entre eux ont obtenu d'aussi bons résultats que des élèves de maternelle américains dans des tests de vocabulaire anglais, de lettres et de lecture. Selon Curious Learning, quatre ans plus tard, une poignée d'enfants qui avaient continué à utiliser les tablettes lisaient en Oromo, leur langue maternelle, à un niveau équivalent à celui d'une classe de première ou de deuxième année aux États-Unis. 

Google a mené une étude pilote similaire avant de lancer une application gratuite appelée Read Along, qui utilise l'IA et la technologie de reconnaissance vocale pour aider les enfants à développer leurs compétences en lecture. Le programme, qui ne comporte pas de publicité, est accompagné de quelque 500 histoires et d'un "compagnon de lecture" nommé Diya, qui reconnaît et réagit par des signaux visuels et auditifs lorsqu'un enfant a du mal à lire à haute voix ou à prononcer des mots.

Diya donne également des commentaires positifs, "tout comme le ferait un parent ou un enseignant", précisent les développeurs de Google. Dans un résumé de 2019 décrivant les compétences en lecture après trois mois chez quelque 1 500 enfants de villages ruraux en Inde, Google indique que 64 % des enfants qui ont utilisé Read Along ont amélioré leur niveau de lecture, contre seulement 40 % des enfants qui n'ont pas reçu l'application.

Si elle est bien utilisée, cette technologie pourrait servir d'égalisateur de chances, selon Mme Wolf, en offrant aux enfants défavorisés une grande partie des avantages de la co-lecture. Mais elle hésite à se tourner vers les livres électroniques comme outil de lecture pour tous les jeunes lecteurs. Les jeunes enfants, dit-elle, sont trop distraits. Ils ne peuvent pas encore passer outre le réflexe de nouveauté ou d'orientation, une réponse évolutive qui nous pousse à prêter automatiquement attention aux nouveaux stimuli.

"Toutes les gadgets et tous les effets que le matériel numérique apporte à l'enfant submergent en fait le système attentionnel", explique Mme Wolf. "L'attention de l'enfant va être constamment, continuellement distraite par toutes ces choses supplémentaires que les fabricants ont pensé être très créatives et excitantes."

Wolf préconise plutôt une utilisation parallèle des médias imprimés et numériques. Les enfants pourraient apprendre à lire principalement à partir de documents imprimés pendant leurs cinq à dix premières années, mais être engagés avec les médias numériques pour le développement d'autres compétences, comme l'apprentissage de l'utilisation des claviers ou de l'internet. "Je crois, sans aucun doute, que ce concept d'un monde imprégné des deux médias est la voie à suivre, mais nous devons y aller avec prudence", dit-elle.

D'autres chercheurs ont des préoccupations plus profondes concernant les impacts physiologiques de l'apprentissage à partir d'écrans. "Il y a ce mythe selon lequel nous allons inventer une technologie meilleure que l'expérience humaine", déclare le neuroscientifique et pédiatre John Hutton de l'hôpital pour enfants de Cincinnati, qui étudie le développement précoce du cerveau. "Nous prenons essentiellement toutes ces nouvelles technologies et les donnons à des enfants de plus en plus jeunes en nous attendant à ce que rien de mauvais n'arrive".

En 2019, Hutton et ses collègues ont publié une étude dans laquelle ils ont utilisé l'imagerie par résonance magnétique pour mesurer la connectivité neuronale dans le cerveau de 47 enfants d'âge préscolaire issus pour la plupart de familles de classes moyennes et supérieures. L'équipe a examiné la matière blanche, les faisceaux de fibres nerveuses qui relient diverses régions du cerveau et leur permettent de travailler de concert. Dans les cerveaux en croissance, dit Hutton, les connexions neuronales qui sont exercées souvent sont physiquement renforcées, tandis que celles qui sont rarement utilisées s'affaiblissent ou finissent par disparaître. D'un point de vue général, les connexions plus fortes sont synonymes de signaux plus efficaces, ce qui peut se traduire par une réflexion plus rapide et une meilleure mémoire.

L'étude de Hutton a examiné les connexions neuronales entre plusieurs régions du cerveau, notamment les aires de Broca et de Wernicke, qui sont associées au langage, à la parole et aux premières capacités de lecture et d'écriture, et d'autres régions liées aux fonctions exécutives, comme la capacité à rester concentré sur une tâche et à stocker des informations. L'étude a comparé les scans d'enfants dont l'utilisation des médias numériques (telle que déclarée par les parents) dépassait ou non les limites conseillées par l'Académie américaine de pédiatrie, notamment la limitation du temps d'écran non éducatif à une heure par jour.

En tant que groupe, les enfants dépassant ces limites avaient des connexions plus faibles entre certaines de ces régions que les enfants dont le temps d'utilisation des écrans était inférieur, selon l'étude. Ils avaient également des compétences plus faibles en lecture et en langage, bien que le niveau de revenu du ménage semble être un facteur dans ces résultats.

"Lorsque nous avons publié cette étude, la première chose que beaucoup de chaînes d'information ont demandée, c'est : "Vous dites que le temps d'écran cause des dommages au cerveau, qu'il est toxique ?". dit Hutton. "Et il n'y a vraiment pas beaucoup de preuves que ce soit le cas". Le problème, dit-il, concerne davantage les activités que le temps d'écran supplante - comme l'interaction sociale avec la famille. M. Hutton se dit particulièrement préoccupé par les effets possibles du temps d'écran sur le développement précoce du langage, car la maîtrise du langage nécessite de nombreux allers-retours entre les adultes et les enfants.

M. Hutton pense que les livres électroniques peuvent avoir un grand potentiel en tant qu'outils d'apprentissage, mais il estime qu'il faut procéder avec prudence pour les jeunes apprenants. Le cerveau en développement, dit-il, a des périodes sensibles pour l'apprentissage de certaines compétences, et si un enfant n'acquiert pas correctement une compétence comme le langage pendant la période critique qui lui est associée, il risque de ne jamais acquérir une compétence complète. Si l'utilisation excessive du livre électronique à un âge précoce signifie que les enfants ne bénéficient pas des avantages de la co-lecture avec les parents, il pourrait y avoir des conséquences, dit-il.

"En tant que société, nous faisons attendre les enfants pour faire toutes sortes de choses", ajoute-t-il. "Nous les faisons attendre pour conduire une voiture, pour posséder une arme à feu ou pour cuisiner sur une cuisinière. Nous faisons cela parce que nous pensons qu'ils ne sont pas tout à fait prêts, et je dirais que les très jeunes enfants ne sont probablement pas encore tout à fait prêts sur le plan du développement à utiliser cette technologie."

Au début de la vie d'un enfant, il existe des périodes critiques pour le développement du cerveau et l'apprentissage de certaines compétences. En dehors de ces périodes sensibles, l'apprentissage des compétences devient moins efficace, et il se peut que l'enfant ne parvienne jamais à les maîtriser complètement. En ce qui concerne l'apprentissage de la langue, la période sensible se situe bien avant que les enfants ne commencent l'école maternelle. 

Procéder avec prudence

De nombreux parents semblent faire preuve de prudence. Selon une enquête menée en 2014 auprès de plus de 1 500 familles américaines, la moitié des parents d'enfants âgés de 2 à 10 ans qui possédaient des livres électroniques ont déclaré que leurs enfants n'étaient pas autorisés à les utiliser. Environ 45 % ont déclaré qu'ils préféraient que leur enfant ait l'expérience du livre traditionnel. Environ 30 % ont déclaré qu'ils ne voulaient pas que les livres électroniques viennent s'ajouter au temps d'écran quotidien des enfants, et 27 % qu'ils pensaient que les livres imprimés étaient meilleurs pour les capacités de lecture des enfants.

Une enquête similaire, menée auprès de 1 500 parents au Royaume-Uni, a révélé en 2016 que 35 % des parents résistaient aux livres électroniques interactifs par crainte que leurs enfants ne perdent l'intérêt pour la lecture de livres imprimés. Près de deux sur trois ont dit qu'ils voulaient plus de conseils sur l'utilisation des livres électroniques d'une manière qui aidera leurs enfants à apprendre, et près d'un sur trois a dit qu'ils se sentaient perdus pour faire les bons choix concernant l'utilisation des livres électroniques par leurs enfants.

Les parents qui utilisent des livres électroniques veulent certainement faire les bons choix. Un conseil, selon les chercheurs, est de se tourner vers les critiques et les recommandations de Common Sense Media, qui évalue le contenu des livres électroniques et d'autres médias en fonction de leur valeur éducative et des compétences à enseigner comme l'intégrité, l'autodirection et le développement émotionnel.

Il est également possible de prendre en compte quatre principes ou piliers d'apprentissage que les psychologues du développement et les spécialistes de l'éducation précoce utilisent pour évaluer la qualité des livres électroniques et autres médias destinés aux enfants : le contenu doit favoriser la participation active, susciter l'intérêt de l'enfant et être significatif et socialement interactif. 

Jennifer Zosh, chercheuse en développement humain à Penn State Brandywine, explique que le pilier de l'engagement est particulièrement difficile à perfectionner dans les médias pour enfants, car il est facile pour les développeurs de se laisser emporter par les effets sonores, les petits jeux et les graphiques sympas. "Les enfants aiment ça, c'est amusant", dit-elle. "Je pense que beaucoup de développeurs d'applications le font pour rendre l'application divertissante, mais cela perturbe en fait l'apprentissage."

La qualité est un élément crucial, selon les défenseurs de l'apprentissage des enfants et les chercheurs. Ils s'inquiètent du fait que les enfants les plus pauvres sont plus susceptibles de consommer du contenu gratuit qui contient souvent des publicités distrayantes ou qui est conçu pour être divertissant plutôt qu'éducatif. "C'est un travail difficile de déterminer dans quelle mesure quelque chose est réellement éducatif", déclare Zosh, qui a coécrit une analyse documentaire de 2015 sur les applications éducatives. "C'est tellement triste quand on voit des enfants jouer avec une application d'apprentissage de l'alphabet et que, tout à coup, arrive une publicité pour Candy Crush." 

Et bien que de nombreux livres électroniques puissent se vanter d'être "éducatifs", il n'existe pas de normes universelles autour de ce terme. "Il existe des produits et des plates-formes d'e-books très bien conçus et bien étudiés, mais aussi des produits de piètre qualité conçus dans le but de faire de l'argent sur le dos des parents", explique Lisa Guernsey, auteur et défenseur de l'alphabétisation des enfants, qui dirige le programme Teaching, Learning and Tech du groupe de réflexion New America.

Selon Mme Guernsey, les livres électroniques bien conçus donnent la priorité à un apprentissage adapté à l'âge des enfants. D'autres - souvent ceux qui attirent le plus de clients - en font trop. "Il y a des livres électroniques qui se veulent très simples", dit-elle. "Ce qui est triste, c'est que je ne pense pas qu'ils aient très bien réussi sur le marché".

Alors que les livres continuent à se développer et à se métamorphoser en des formes que nous aurions eu du mal à reconnaître quand nous étions plus jeunes, les parents inquiets peuvent trouver un certain réconfort en considérant le passé, dit Reynolds, l'historien. "Il y avait une hostilité à l'égard de la lecture lorsque celle-ci a fait son apparition", nous rappelle-t-elle. "Aujourd'hui, nous apprécions la lecture et nous sommes hostiles à d'autres choses qui, selon nous, pourraient éloigner les enfants des valeurs de la culture telle que nous la connaissons. 

"Je ne pense pas qu'il faille avoir peur des nouveaux médias. Il suffit d'attendre et de voir comment les choses se fécondent mutuellement - et de nouvelles choses, de nouvelles histoires et de nouvelles possibilités en découleront."

Traduit et publié avec l'aimable autorisation de Knowable Magazine. L'article original est à retrouver ICI.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !