Le petit prince qui n’avait pas encore de prénom... mais pas non plus de nom de famille (ou les délices des bizarreries de l’aristocratie british) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Il n’existe aucune règle stricte concernant le nom de famille des membres de la famille royale.
Il n’existe aucune règle stricte concernant le nom de famille des membres de la famille royale.
©Reuters

Bébé royal X

Le petit prince qui n’avait pas encore de prénom... mais pas non plus de nom de famille (ou les délices des bizarreries de l’aristocratie british)

Alors que Kate Middleton a donné naissance au "Royal baby", tout le monde meurt d'impatience de connaître son prénom. Sans se soucier cependant du nom de famille qu'il pourrait porter et qui relève pourtant d'un choix cornélien.

Alors que tout le monde attend impatiemment le prénom du petit garçon de Kate et William, peu de gens en revanche trépignent à l’idée de connaître son nom de famille. Alors que les paris relatifs au futur enfant du duc et de la duchesse de Cambridge ont porté sur tout ce qui était possible, le nom de famille fut pourtant l’un des grands oubliés. Un détail qu’aura remarqué une petite frange du commun des mortels, mais qui est loin d’être le souci principal des membres de la famille royale, ni même de la plupart des parieurs bien avisés.

En effet, il n’existe aucune règle stricte concernant le nom de famille des membres de la famille royale. Ainsi, les rois et autres princes et princesses de la monarchie britannique ne sont pas obligés de porter un nom de famille : les parents peuvent néanmoins en choisir un selon leur convenance. A cet égard, plusieurs options sont possibles pour ce cher "Royal Baby" : de Galles (Wales), Windsor, Mountbatten-Windsor, ou bien encore Cambridge. Chacun des noms a sa propre signification et permet de mettre en avant les principaux choix qui s’offrent à Kate et William.

Parmi les différentes possibilités quant à ce nom de famille, les membres de la famille royale peuvent opter pour celui de la maison à laquelle ils appartiennent, à l’instar des Stuarts ou des Tudors. L’actuelle famille royale appartient à la maison de Saxe-Cobourg-Gotha, qui est devenue à partir de 1917 le nom de famille officiel des membres de la monarchie britannique. Soulignant leurs origines germaniques, le roi George V, grand-père de l’actuelle reine Élisabeth, décida de changer le nom de la maison à laquelle ils appartenaient, dans le contexte de la Première Guerre mondiale qui opposa l’Empire britannique à l’Empire allemand. Le choix du roi d’Angleterre s’est alors arrêté sur le plus grand et le plus vieux des châteaux habités au monde, Windsor, un nom qu’ont porté par la suite tous ses descendants.

Un changement est néanmoins survenu en 1960, à l’initiative de la reine Élisabeth II et de son mari, le prince d’Édimbourg. Tous deux ont alors décidé de réserver le nom de famille de Windsor à leurs quatre enfants, afin de les distinguer des autres membres de la grande famille royale. Pour renforcer cette distinction, ils l’ont combiné à celui de la mère du prince Philippe, Mountbatten.

Bien que n’étant pas obligatoire pour les membres de la famille royale, le nom de famille trouve tout de même son utilité pour ce qui est de certaines formalités administratives, comme la demande de passeport, les inscriptions à l’école et à l’université. La princesse Anne, fille d'Élisabeth II, est d’ailleurs la première à avoir porté le nom Windsor-Mountbatten en tant que nom de famille, comme le précise l’un de ses documents de mariage qui scellait son union avec le capitaine Mark Philipps. En l’absence de règles formelles concernant le nom de famille, Anne a finalement décidé d’adopter le nom de son mari, et de prénommer ses enfants Peter Phillips et Zara Phillips Tindall.

Les membres de la famille royale peuvent également opter pour l’un de leurs titres princiers, en qualité de nom de famille. C’est ainsi que Charles, prince de Galles, titre qu’il porte depuis 1958, a choisi d’appeler ses enfants William de Galles et Harry de Galles ; son épouse Diana, quant à elle, revêtait le titre de princesse de Galles.

William pourrait donc faire comme son père, et donner ainsi son titre de duc de Cambridge à son enfant en guise de nom de famille. Ce titre, comme cela est souvent le cas, lui a été accordé automatiquement lors de son mariage avec Kate Middleton, devenue elle-même duchesse de Cambridge. Ce choix ne semble pourtant pas le plus évident, dans la mesure où le futur prince de Cambridge pourrait aller faire ses études universitaires à... Cambridge.

William n’est pas le seul des petits-enfants de la reine à avoir (désormais) des enfants : en effet, son cousin, Peter Philipps, est le père de Savannah et Isla, âgées respectivement de trois ans et un an. Néanmoins, William est le seul à posséder des titres princiers, ce qui accroît donc les possibilités quant au futur nom de famille de l’enfant.Cette absence de règles formelles concernant le nom de famille des membres de la famille royale d’Angleterre fait néanmoins régner la plus grande confusion : c’est ainsi que les deux filles du prince Andrew, le plus jeune frère de Charles, s’appellent Béatrice et Eugénie York, tandis que les enfants du comte de Wessex, autre frère de Charles, se prénomment Louise et James Windsor, et non pas Louise et James Windsor-Mountbatten, selon la tradition instituée par ses parents.

Pour ceux qui se seraient soudainement épris d’intérêt pour le nom de famille du bébé de Kate et de William, rappelez-vous qu’ils avaient mis trois semaines pour donner un prénom à leur chien : le choix s’était alors porté sur Lupo. Sans nom de famille.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !