La radio FM, ce sera fini en 2017 en Norvège... et d'ici quelques années en France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
La radio FM, ce sera fini en 2017 en Norvège...
La radio FM, ce sera fini en 2017 en Norvège...
©DR

A vos postes !

La radio FM, ce sera fini en 2017 en Norvège... et d'ici quelques années en France

En Norvège, le monde des médias traditionnels vient d'être bouleversé : la radio FM n'existera plus d'ici 2017. En cause : la modernisation du réseau, c'est-à-dire le passage à la radio digitale.

Emery Doligé

Emery Doligé

Emery Doligé est conseiller en communication.

Voir la bio »

Atlantico : Pour quelles raisons le Ministère de la culture norvégien a-t-il pris la décision de fermer les radios FM ? Est-ce principalement dans un souhait d’économies ?

Emery Doligé : Les raisons qui ont poussé le ministère de la culture norvégien à décider de la fermeture du réseau FM d'ici 2017 sont très simples. En Norvège, les usages sont beaucoup plus développés sur le numérique que par les voies traditionnelles. Ceci est dû en partie à une population très jeune qui ne passe plus que par le numérique. Donc, plutôt que de vivre avec deux systèmes, le gouvernement a décidé de basculer vers le moderne. Il aurait fallu le faire un jour ou l’autre de toute façon.

D’autre part, il faut aller vers le numérique, puisque le numérique n’ira pas vers "l’ancien monde". Si nous n’allons pas vers "le nouveau monde", il y aura une distance phénoménale entre ceux qui porteront l’avenir et ceux qui porteront le passé.

Il faut également ajouter, que le monde numérique est mécaniquement moins coûteux et permet une productivité plus importante que tout autre système, qu’il s’agisse de la presse, des radios ou de la télévision sur internet. Par exemple, le coût de production d’une minute de vidéo a presque été divisé par 100 en 10 ans grâce au numérique.

Qu’est-ce que la radio digitale ? Comment fonctionne-t-elle ?

Une web radio est une radio qui utilise les canaux du numérique qui arrivent soit sur ordinateur, tablette mobile ou directement sur une application de smartphone. En France ce système n’est pas encore extrêmement développé. En revanche, si l’on s’intéresse uniquement à la jeune génération, elle n’écoute plus la radio que sur mobile (2/3 de toutes les opérations web confondues se font aujourd’hui sur smartphone), tablette ou ordinateur. 2/3 des opérations web se font sur mobiles aujourd’hui.

Pour fonctionner la radio digitale utilise les canaux de la voix IP (internet protocole) plutôt que les canaux usuels. Tout l’art consiste en la compression des datas pour que celles-ci puissent passer par tous types de tuyaux (exemple : aujourd’hui un africain possédant un téléphone première génération peut aller sur Facebook, bien que ces mobiles ne soient pas prévu pour à l’origine). La radio est l’expression même de la compression numérique. Aujourd’hui il y a deux types de radio : la radio classique et  la radio télévisée et son contenu enrichi sur application mobile (à côté de la vidéo, on peut voir les coulisses de l’émission par exemple).

En Norvège, grâce à la radio digitale, le contenu classique de la radio ainsi que son contenu enrichi pourront tous deux être diffusés.

Quelles sont les mesures à prendre pour pouvoir réussir la transition d’un réseau FM à un réseau digital ? Quel est l’intérêt de passer à un réseau digital ?

Pour passer de la FM à un réseau digital, il suffit de le décider. C’est au chef d’entreprise qu’incombe la décision. Il faut le décider, c’est un choix d’entreprise. De ce fait, si les auditeurs sont plus nombreux sur le web, la radio basculera vers le digital. Il reste un problème, cette transition est plus complexe pour une radio privée en raison de l’importance de la publicité pour son financement. Il faut être sûr à 100% que le revenu de la publicité numérique sera égal ou supérieur au revenu publicitaire de la radio d’autrefois. La transition du FM au digital est donc sûrement plus simple pour une radio d’Etat.

Les intérêts à passer au digital sont nombreux : la réduction du coût, les hausses de la productivité et de la souplesse (l’auditeur peut réécouter ses programme comme il veut, avancer ou reculer dans l’émission, accéder aux podcast, au replay..).

Pour une radio les innovations possibles sont multiples, grâce à la compression de la data (vitesse du numérique). La radio numérique a tout son sens grâce à cette compression, on sait compresser la donnée, la rendre fluide et faire en sorte que le contenu arrive à bon port. Par exemple, si je dirige une radio je peux non seulement rajouter les vidéos de mes animateurs en pleine émission, les coulisses de l’émission, mais si en plus c'est une radio musicale, on pourra, par exemple, montrer les coulisses d’un live. Tout ceci pourra être partagé sur Periscope, l’application qui permet de partager des vidéos, encore un progrès rendu possible par la 4G et donc par l’augmentation de la vitesse des données.  

Le reste de l’Europe et l’Asie de l’Est pourraient opérer la même transition. Ceci signe-t-il la fin de la radio telle qu’on la connaît ?

Prenez la télévision d’il y a 20 ans, elle n’est plus la même que celle d’aujourd’hui (apparition du replay, d’écrans plus puissants, de la vidéo à la demande…). Il y a dix ans tout cela ne pouvait exister !

Pour la radio le processus devrait être le même, mais encore plus rapide. Le saut technologique va bouleverser la radio telle qu’on la connaît.

D’ici quelques années toutes les radios devraient migrer vers le tout numérique !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !