La dent du crime ? Les paléontologues se demandent s’ils ne viennent pas de trouver la preuve que l’homo sapiens est responsable de la disparition de Néandertal | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Une nouvelle étude vient de paraître sur les raisons qui ont pu conduire à la disparition de l'homme de Néandertal.
Une nouvelle étude vient de paraître sur les raisons qui ont pu conduire à la disparition de l'homme de Néandertal.
©Reuters

Very cold case

La dent du crime ? Les paléontologues se demandent s’ils ne viennent pas de trouver la preuve que l’homo sapiens est responsable de la disparition de Néandertal

Une nouvelle étude vient de paraître sur les raisons qui ont pu conduire à la disparition de l'homme de Néandertal. L'homo sapiens, sans forcément avoir participé à un affrontement direct, n'y serait pas étranger.

Tony Chevalier

Tony Chevalier

Tony Chevalier est paléoanthropologue au Centre Européen de Recherches Préhistoriques de Tautavel. Il enseigne également à l'Université de Perpignan (UMR 7194).

Voir la bio »

Atlantico : Une nouvelle étude vient de paraître sur les raisons de l'extinction des néandertaliens. Grâce à cette étude on sait désormais que l'homme moderne est arrivé en Europe il y a 41 000 ans, conclusion à laquelle on est arrivé grâce à l'étude de l'ADN trouvé sur des dents. Quel est l'impact de la découverte (connaître la date d'arrivée des protoaurignaciens en Italie)? Apporte-t-elle de nouveaux éclairages ?

Tony Chevalier : Le nouvel éclairage concerne surtout le lien établi entre le proto-aurignacien et les Hommes modernes (Homo sapiens), nous sommes à une période (40 000 - 30 000 ans) qui a souvent fait débat pour établir le lien entre une culture et une espèce. Si la présence des hommes modernes porteurs de cette culture lithique dès 41 000 ans en Europe est également une avancée puisque les dates sont déterminantes pour retracer "l'histoire" des populations anciennes, nous savions déjà grâce au site de Cavallo (Grotta del Cavallo) en Italie que les hommes modernes étaient en Europe depuis 45 000 ans. Ce résultat avait été publié en 2011 dans la revue Nature par le même premier auteur (Benazzi et al., 2011). Il avait montré que ces hommes étaient les concepteurs de la culture Uluzzienne.

Enfin, cette étude n'apporte pas de réponse concrète à la disparition des Néandertaliens bien que d'après les auteurs la présence des Proto-aurignaciens serait concomitante avec la disparition de Néandertal.

Les protoaurignaciens auraient été à l'origine de l'extinction des néandertaliens. Comment l'arrivée de ce peuple en Europe - alors habitée par les néandertaliens - aurait-elle pu précipiter leur extinction?

L’extinction qu'auraient provoqué les porteurs de la culture proto-aurignacienne semble encore difficile à mettre en évidence étant donné le peu de données fiables disponibles (d'où d'ailleurs l'intérêt de cette étude). Si l’extinction a eu lieu elle ne peut surtout pas se concevoir comme une confrontation directe entre Néandertal et Homo sapiens, et pas forcément avec les porteurs de la culture proto-aurignacienne. Il semblerait plus adéquat d'envisager une occupation progressive du territoire par des hommes modernes qui aurait entraîné le morcellement des populations néandertaliennes et diminué drastiquement les flux génétiques. Un tel scénario aurait limité le renouvellement génétique des néandertaliens et donc leur variabilité et leur propension à répondre à des maladies, des virus... et aurait favorisé la consanguinité. Les études de l'adn d'une phalange du pied d'une néandertalienne de la grotte de Denisova en Sibérie ont d'ailleurs souligné l'existence de cette consanguinité chez cette espèce (Prüfer et al., 2014 dans la revue Nature). Il faut toutefois concevoir que la question de la cause ou des causes de la disparition des néandertaliens est un sujet délicat pour lequel aucun scénario proposé actuellement n'est certain.

Les anciennes études situaient l'extinction des néandertaliens avant l'arrivée des aurignaciens ou protoaurignaciens en Europe. Peut-on parler d'une avancée majeure pour la paléontologie?

Peut-être, mais d'après Benazzi et al (2011) les Uluzziens (Hommes modernes) étaient présents. Il faut encore rester prudent sur les dates concernant les derniers néandertaliens et donc la chronologie de l'histoire européenne entre hommes modernes et néandertaliens. Une étude récente (Higham et al., 2014) a repris de nombreux sites néandertaliens pour les dater à nouveaux. Elle propose une disparition de Néandertal plutôt vers 40 000 ans que 30 000 ans. Cependant certains chercheurs restent septiques sur l'ensemble des résultats. Quoi qu'il en soit il est préférable de considérer que le processus de disparition fut complexe et long (plusieurs milliers d'années). Finalement nous ne sommes pas face à une avancée majeure en paléoanthropologie mais face à une étude qui ravira les spécialistes des cultures lithiques qui ont émergé à la limite de la disparition de Néandertal et de l’apparition de l'Homme moderne en Europe, c'est-à-dire à une période passionnante pour les préhistoriens et le Grand Public.

Si la théorie la plus probable porte sur un croisement entre les deux peuples, peut-elle expliquer à elle seule la disparition du peuple?

Actuellement, en rien nous ne pouvons penser que l'interfécondité entre Néandertal et Hommes modernes puisse être à l'origine de la disparition de ces premiers. En revanche, elle est la preuve que ces peuples ont pu s'apercevoir sur leur territoire et qu'ils ont pu avoir une influence l'un sur l'autre (notamment pour l'occupation de ce territoire).

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !