La démocratie peut-elle être exportée ? Certaines données suggèrent que oui (parfois…) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des manifestants pro-démocratie à Hong-Kong en 2019.
Des manifestants pro-démocratie à Hong-Kong en 2019.
©Philip FONG / AFP

Méthode douce

La démocratie peut-elle être exportée ? Certaines données suggèrent que oui (parfois…)

Deux économistes ont utilisé un vaste ensemble de données internationales allant de 1960 à 2015 pour montrer que, si l'imposition "descendante" d'institutions politiques réussit rarement, la démocratie peut être "exportée" - des pays plus démocratiques vers les pays moins démocratiques - par le biais notamment d'interactions commerciales répétées.

Giacomo Magistretti

Giacomo Magistretti

Giacomo Magistretti est économiste au FMI. Ses recherches portent sur la macroéconomie et l'économie politique, et plus particulièrement sur la politique budgétaire face à une population vieillissante et sur les effets socio-économiques de l'intégration économique. 

Voir la bio »
Marco Tabellini

Marco Tabellini

Marco Tabellini est professeur adjoint dans l'unité Affaires, gouvernement et économie internationale de la Harvard Business School, et chercheur affilié au Center for Economic Policy Research (CEPR).

Voir la bio »

Les opinions exprimées dans cet article sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement celles du FMI, de son Conseil d'administration ou de sa direction.

Atlantico : Vous avez travaillé sur l'"exportation" de la démocratie. Dans une étude publiée en septembre, intitulée "Economic integration, democratic capital, and the 'export' of democracy" ("Intégration économique, capital démocratique et l'exportation de la démocratie"), vous observez qu'elle est soumise à certaines conditions. Quelles sont-elles ?

Giacomo Magistretti et Marco Tabellini : Nous supposons et prouvons que l'intégration économique encourage la démocratisation en favorisant la transmission du "capital démocratique" des pays plus démocratiques aux pays moins démocratiques. Par capital démocratique, nous entendons les normes sociales et les valeurs civiques généralement associées à la démocratie (Persson et Tabellini, 2009). Le commerce et, plus largement, l'intégration économique donnent un signal sur le caractère souhaitable (ou non) des politiques et des institutions. Lorsque les citoyens des pays non démocratiques sont exposés aux institutions de leurs partenaires démocratiques, ils peuvent en venir à associer la démocratie à des institutions économiques qui fonctionnent mieux et à des niveaux de vie plus élevés. Le commerce avec les partenaires démocratiques peut également sensibiliser les individus aux droits civils, à la liberté d'expression et à l'indépendance des médias, et les inciter à les soutenir. L'évolution des croyances et des attentes des citoyens peut entraîner des changements institutionnels, les élites dirigeantes étant soumises à une pression croissante pour étendre le droit de vote (Acemoglu et Robinson, 2006). Un mécanisme alternatif, qui ne s'oppose pas au précédent, est que, suite aux échanges avec des partenaires démocratiques, les dirigeants des pays en régime autocratique considèrent la démocratie comme propice à la croissance, et décident unilatéralement de se démocratiser.

À Lire Aussi

"Les jeunes Arabes ont le sentiment de s’être fait voler leur révolution"

Nous nous attendons à ce que le processus de transmission soit plus probable lorsque les démocraties sont considérées comme des "modèles" par la communauté internationale, et lorsqu'elles fournissent un exemple de réussite. Si la croissance économique et le niveau de vie sont les dimensions les plus évidentes sur lesquelles les pays peuvent être évalués, elles ne sont pas les seules. Par exemple, la transmission de la démocratie peut être plus lente lorsque les pays démocratiques sont très inégaux ou fortement polarisés. En outre, nous nous attendons à ce que le processus de transmission soit plus rapide lorsque les pays se font davantage confiance. La proximité culturelle peut non seulement favoriser le commerce en premier lieu, mais aussi faciliter la transmission des idées d'un pays à l'autre. Dans notre travail, nous fournissons des preuves de certaines de ces prédictions, comme nous l'expliquons ci-dessous.

Vous "constatez que l'intégration économique a un effet positif fort sur la démocratie", quel est le lien entre les deux ? Comment avez-vous mesuré la force de ce lien ?

L'estimation de l'effet causal de l'intégration économique sur la démocratie est difficile pour plusieurs raisons. Tout d'abord, les pays peuvent devenir plus démocratiques afin de bénéficier des avantages liés à l'intégration économique. Deuxièmement, il est possible que les pays soient mieux à même de commercer avec le reste du monde lorsque leurs institutions politiques nationales sont plus libérales. En outre, des facteurs communs - tels qu'un choc négatif sur le PIB ou la productivité - peuvent influencer à la fois la transition vers la démocratie et l'intégration d'un pays à l'économie mondiale. Plus précisément, si les transitions démocratiques suivent des baisses temporaires du PIB (Acemoglu et al., 2019), et si ces dernières étaient également corrélées à une baisse de l'exposition au commerce, cela introduirait une relation négative fallacieuse entre la démocratie et l'intégration économique.

À Lire Aussi

Libye : après Kadhafi, l'islamisme au pouvoir ?

Pour relever ces défis, nous nous appuyons sur l'intuition selon laquelle la " distance effective " - c'est-à-dire la combinaison de la distance réelle et de la technologie disponible pour couvrir cette distance - entre toute paire de pays varie dans le temps en raison des progrès technologiques (Feyrer, 2019). Comme le transport aérien est devenu plus efficace au cours des 60 dernières années - notamment avec l'adoption à grande échelle du moteur à réaction - par rapport au transport maritime, la distance effective entre des paires de pays ayant des distances maritimes similaires mais des trajets aériens plus courts (par exemple, l'Inde et le Nigeria par rapport au Mexique et à la Chine) a changé de façon spectaculaire. Étant donné que le progrès technologique dans le domaine du transport aérien a été relativement répandu dans le monde entier, son effet différentiel sur les flux commerciaux entre les paires de pays peut être attribué à la géographie plutôt qu'aux dynamiques économiques ou politiques propres à chaque pays. En nous appuyant sur la "loi de gravité" mise en avant dans la littérature relative au commerce - qui modélise les flux commerciaux bilatéraux en fonction de la distance géographique (Anderson et Van Wincoop, 2003) - nous construisons une mesure du commerce prédit qui est uniquement basée sur la géographie variable dans le temps.

À l'aide de cette mesure du commerce prédit, et en tenant compte de toute caractéristique fixe nationale invariable dans le temps et de tout choc influençant tous les pays dans le temps, nous estimons l'effet causal de l'intégration économique sur la démocratie entre 1960 et 2015. Conformément à une vaste littérature en économie politique (Persson et Tabellini, 2009 ; Besley et Persson, 2019), nous mesurons la démocratie à l'aide du score Polity2 - une variable allant de -10 à +10, les valeurs les plus élevées reflétant des institutions démocratiques plus fortes. Nous constatons que l'intégration économique a un effet positif sur la démocratie, qui est entièrement induit par l'intégration avec des partenaires démocratiques et est plus fort pour les pays initialement non démocratiques.

À Lire Aussi

Élections en Libye : premier coup d’arrêt pour les islamistes ?

L'ampleur de nos résultats est substantielle et implique que le doublement de l'intégration économique avec des partenaires démocratiques pendant une période de 5 ans augmente l'indice de démocratie de près de 4 points. Cela correspond à la différence entre le score des "démocraties complètes" et celui de plus de la moitié des pays du monde en 2018. Comme l'intégration économique avec des partenaires démocratiques a plus que doublé au moins une fois sur une période de 5 ans pour un quart des pays de notre échantillon, les effets que nous estimons sont économiquement importants. De plus, nous documentons que ces effets statiques à court terme sont composés et deviennent presque deux fois plus importants à long terme.

Vous écrivez que vos résultats ne peuvent pas être expliqués par des effets directs sur le revenu. Cela signifie que l'augmentation du PIB par habitant n'accélérera pas le phénomène. Qu'est-ce qui pourrait le permettre à la place ? Comment le capital démocratique est-il transmis ?

L'idée que le commerce international peut favoriser la croissance économique est peut-être la plus ancienne en économie (Ricardo, 1817). Une vaste littérature a soutenu que la démocratie a plus de chances d'émerger et de persister lorsque les pays atteignent un certain seuil de PIB par habitant (Lipset, 1959 ; Przeworski et al., 2000). Si le revenu n'est certainement pas le seul moteur de la démocratisation (Acemoglu et al., 2008), on peut encore se demander si nos résultats ne sont pas dus à l'effet indirect du commerce sur la croissance économique. Cependant, contrairement à cette idée, nous démontrons que nos résultats sont inchangés si nous tenons compte explicitement du niveau de PIB par habitant d'un pays. Cela suggère que d'autres mécanismes expliquent la relation entre le commerce avec des partenaires démocratiques et la propre démocratie. Comme nous l’évoquions plus haut, nous émettons l'hypothèse et fournissons des preuves de l'existence d'un canal de transmission, par lequel le capital démocratique circule des pays plus démocratiques vers les pays moins démocratiques.

À Lire Aussi

Quelles leçons tirer de l’exemple marocain ?

L'intuition est que les interactions commerciales répétées et le flux de biens et d'idées qui en résulte entre les pays rendent les individus vivant dans des pays non démocratiques conscients des avantages (réels ou perçus) de la démocratie. En présence d'un mécanisme de transmission, on s'attendrait à ce que : i) les améliorations de la démocratie ne se produisent que lorsque les pays sont intégrés à des partenaires démocratiques ; ii) les effets soient plus forts pour les pays qui sont initialement non démocratiques ; et iii) les effets soient plus prononcés lorsque le commerce a lieu avec des partenaires démocratiques qui sont culturellement plus proches. En exploitant la nature détaillée de nos données, nous confirmons ces trois prédictions. En outre, nous supposons que la transmission de la démocratie s'opère, du moins en partie, par l'importation de biens complexes et "à forte intensité institutionnelle". Conformément à cette idée, les données montrent que les pays non démocratiques importent des biens complexes - qui peuvent favoriser la transmission du capital démocratique - presque exclusivement de partenaires démocratiques. De plus, en analysant le panier d'exportation des pays autocratiques, il est évident que ces derniers exportent presque exclusivement des biens à faible intensité institutionnelle.

À Lire Aussi

Tchad : le regrettable affaiblissement des réflexes démocratiques français en Afrique

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !