L'exposition de photos de Pieter Hugo : l'Afrique du Sud, loin des clichés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
L'exposition de Pieter Hugo
L'exposition de Pieter Hugo
©Exposition Pieter Hugo

Atlanti-culture

L'exposition de photos de Pieter Hugo : l'Afrique du Sud, loin des clichés

L'exposition, à la Fondation Henri Cartier Bresson, rend admirablement compte de la complexité de la situation actuelle en Afrique du Sud.

L’AUTEUR

Né à Johannesburg en 1976, Pieter Hugo est un photographe blond qui, dans un premier temps, a travaillé comme photojournaliste, avant de s’orienter vers une photographie plus personnelle. Après le Rwanda, puis le Nigeria, voilà huit ans qu’il s’intéresse à l’Afrique du Sud, sa terre natale. Reconnu dans le monde entier, il a reçu de nombreux prix, comme le Prix "Découverte des Rencontres d’Arles" en 2008.

THEME

"Regarder son pays avec un œil critique, c’est se regarder soi-même et regarder son prochain. C’est ressentir le poids de l’histoire et comprendre le rôle que chacun y joue…".

POINTS FORTS

  • Des images fortes et mélancoliques: à travers 40 grandes photos aux couleurs subtiles, "Kin" (les proches) est une exploration intime de l’Afrique du Sud. Pieter Hugo choisit des lieux et des sujets qui lui sont familiers. Sur fonds unis, on y voit de beaux portraits d’hommes et de femmes, noirs ou blancs, au regard intense et émouvant. Certains – parfois des noirs, parfois des blancs- inspirent de la pitié, d’autres paraissent riches, avec leurs beaux costumes. On voit aussi un portrait sans fioritures de sa femme enceinte ; de sa grand-mère, élégante, collier de perles autour du cou ; ou encore de la nourrice au regard las, qui a travaillé dans sa famille depuis trois générations. Lui-même est photographié, nu et tatoué, avec son petit bébé sur le ventre.
  • Une société "arc en ciel" : Pieter Hugo montre que l’Afrique du Sud est un pays encore fragilisé. Les cicatrices de l’apartheid sont profondes. La photo d’un ghetto gris et surpeuplé côtoie une autre, montrant un quartier résidentiel aéré, avec piscines et verdure. On voit encore des intérieurs de maisons délabrées et des zones minières abandonnées.
  • Alternant espaces publics et privés, en se focalisant sur la disparité croissante entre riches et pauvres, et en montrant que la population blanche s’appauvrit alors qu’une bourgeoisie noire apparaît, « Kin » constitue une contribution de réponse à la question: comment trouver sa place dans un pays à l’histoire complexe, où le poids du passé pèse sur la vie collective et individuelle?

POINTS FAIBLES

L’exposition ne propose qu’une quarantaine de photos. Le visiteur en aimerait encore plus…

EN DEUX MOTS...

Un portrait beau et mélancolique de la société sud-africaine, peint à travers les personnes que Pieter Hugo aime, les gens qu’il croise et les paysages qu’il voit. A travers ces photos, on découvre des cultures antagonistes et des inégalités sociales évidentes.

RECOMMANDATION

EXCELLENT Excellent

EXPOSITION

"KIN", de PIETER HUGO

A la Fondation Henri Cartier Bresson

INFORMATIONS

Fondation HCB

2, impasse Lebouis - Paris 14è

Du mardi au dimanchede 13h à 18h30 - Le samedi de 11h à 18h45 - Nocturne gratuite le mercredi

De 18h30 à 20h30 - www.henricartierbresson.org

Jusqu’au 26 avril

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !