L’été meurtrier. Restera t-il un français vivant d’ici fin août ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L’été meurtrier. Restera t-il un français vivant d’ici fin août ?
©Christophe SIMON / AFP

Les entrepreneurs parlent aux Français

L’été meurtrier. Restera t-il un français vivant d’ici fin août ?

Le pass sanitaire, dont l’interdiction est désormais inscrite dans la constitution en Floride (vivement que son Gouverneur vienne faire des conférences en France !), est en vigueur en France. C’est un parti-pris, face à un péril terrible qui s’apprêterait à dévaster la totalité de la population française en quelques mois, tel un tsunami viral.

Denis Jacquet

Denis Jacquet

Denis Jacquet est fondateur du Day One Movement. Il a publié Covid: le début de la peur, la fin d'une démocratie aux éditions Eyrolles.  

Voir la bio »

En Floride, il y a eu 183 000 contaminations constatées ces 15 derniers jours et 0 décès au 1er août, mais c’est certainement lié à un microclimat. Idem au Royaume Uni. Tout est ouvert, mais selon une loi qui échappe (à ce jour) aux spécialistes médicaux encore disponibles pour venir sur les plateaux des chaînes d’info, il y a eu 20 décès. Encore un microclimat ? 

Zut, après vérification, en Grèce (11 morts), Portugal (0 mort hier), Allemagne (3 morts hier), Espagne (0 mort le 31 juillet), que le Ministre français déconseillait de visiter récemment car potentiellement mortel, il semble également y exister une autre forme de microclimat sanitaire. Les tapas protégeraient-ils du Covid ? Raoult a-t-il une position sur le sujet ? 

Pas de chance pour la France, nous sommes le seul pays où tous les hommes (pas les femmes, qui résistent mieux !) vont mourir dans les jours qui viennent. Un excellent moment si vous êtes investisseur, pour mettre de l’argent sur le business des obsèques. Quel humour détestable ! Et quand je dis les hommes, je veux dire les hommes de plus de 80 ans, comorbides, puisqu’ils représentent selon Santé Publique, 83% des décès (20 hier). A ce rythme effrayant, j’ai calculé que dans 6 400 000 ans, si on n’y fait rien, il ne restera pas un français sur terre. Au secours, fuyons vers les pays à microclimat ! Selon ce même calcul effrayant, nous n’aurions plus aucune personne de plus de 65 ans dans environ 4 200 000 ans. Un si beau pays, rayé de la carte, en une fraction de seconde !

Santé Publique nous explique également que les patients vaccinés sont, grâce au miracle d’une gestion de la donnée hors du commun en France, pays du numérique, dans une base de données différente de celle des patients hospitalisés du Covid et que dès lors, il est impossible de les croiser (ce sera possible dans quelques semaines le temps que les camarades fonctionnaires-informaticiens reviennent de leur 6ème semaine de télé-congés-payés). En conséquence tous ceux qui sortent des statistiques sur le taux de non-vaccinés parmi les décès et hospitalisés, le font au doigt mouillé (ce qui reste un exercice complexe sous des gants de latex). Il serait de 78% selon la « propagande » officielle, mais en fait, tout dépend de l’orientation du vent et de la présence de mousse sur les troncs ou du taux de piétonisation des rues Parisiennes par Anne Hidalgo….

À Lire Aussi

Efficacité vaccinale : pourquoi tant d’imprécision scientifique dans les discours publics ?

En clair, malgré la « version » des médecins de plateaux TV, que l’on recrute désormais chez les généralistes, naturopathes, voire podologues ou syndicalistes de la profession (A quand Nicolas le Jardinier ?), car un plateau vide c’est vraiment triste, les jeunes ne représentent même pas 1% des hospitalisations, et les 16 à 44 ans (est-on encore jeune à 40 ans, bonne question à l’heure du jeunisme ?) moins de 6%. La moyenne d’âge des décédés est à 72 ans. En clair, imposer le vaccin est une évidence pour les plus de 65 ans. Pour les autres ? 

Dans mon cas, j’ai eu le Covid en Octobre, et selon une sérologie faite la semaine passée, je suis toujours doté d’un taux d’anticorps qui me qualifie pour les JO de Tokyo. Aucune chance de le recevoir ou de le transmettre, bref je me sens inutile ☺, mais protégé. Donc pourquoi me vacciner ? Pourquoi envisager de le faire pour ma fille de 12 ans, qui l’a également attrapé en octobre dernier, dans un bel élan de partage familial, et qui est désormais aussi inutile que son père ?

Lorsque les infos vous assènent une augmentation de 78% des hospitalisations, on parle dans certains hôpitaux, de 3 patients en plus !! Ils en avaient 4 la veille, et aidé par un prompt renfort, ils furent 7 le lendemain en arrivant au port. Plus de 99,9% d’entre eux ressortent quelques jours après, sans conséquences. Mais si tout le monde parle des entrants, jamais des sortants… Ce n’est pas une « fake news », c’est une omission.

On appelle cela « La Peur ». Celle que je dénonce dans mon livre sur la gestion du Covid. Sans que je ne sois un dangereux complotiste pour autant. Juste un homme avec des questions. Pourquoi l’Australie met sa population sous cloche, pour moins de 3 décès ? Pourquoi la France dénonce-t-elle ses voisins (Espagne, Portugal) où l’on ne meurt pas ? Pourquoi aurions-nous une 4ème vague, alors que la décorrelation entre contamination et décès, reste totale à ce jour ? Vague de contamination, oui, mais rien, ou peu, de plus, et pas pour les « jeunes » de moins de 70 ans. Changera-t-on de stratégie si la décorrelation se maintient ? En clair, pourquoi ne pas laisser travailler ceux qui restent des exceptions statistiques, c’est-à-dire, tous les autres, de moins de 65 ans ?

Du coup, pourquoi menacer de licenciement (le signal est faible mais monte), ou de suspension, ceux qui s’estiment aussi inutiles que moi, selon notre sérologie ? Pourquoi seuls quelques pays dans le monde l’imposent aussi brutalement ? Les autres seraient-ils suicidaires ? Complotistes ?

Vouloir gâcher une reprise à peine naissante, malgré les chiffres sublimes de croissance vigoureuse qui nous sont présentés, au mépris de l’augmentation de 30% des liquidations d’entreprise, est indécent. Bien plus que de refuser le pass sanitaire. L’irresponsabilité, malgré ce que nous dit notre président fleuri, qui a trouvé un moyen idéal de passer des vacances sous les tropiques, le cou entouré de fleurs, sans quitter techniquement la France, c’est d’imposer une loi d’exception sur la base de chiffre dénués de sens. Contamination n’est pas maladie, et encore moins décès.

Hier au cinéma, pour un des films les plus attendus de l’été, nous étions 8 dans la salle. Avons-nous intégré cela dans nos chiffres de la croissance ? Et la mort économique qu’elle implique ? Bien réelle, elle, et qui touche les « jeunes » de moins de 65 ans, qui y travaillent. 

J’entends déjà les premières annulation de conférences et congrès qui étaient prévus en Octobre prochain. Seule une rentrée forte pouvait sauver ce secteur qui contribue avec le tourisme à 8% de notre PIB. Prévu dans les prévisions de croissance ? A partir de ce soir, les restaurateurs des côtes françaises, vont perdre 40% de leur clientèle selon les estimations de la profession. Prévu au bilan ?

Contentons-nous de gestes simples, mais indispensables. Les gestes barrière, sont suffisants. En termes de distanciation, ceux dont nous devons rester le plus éloignés, restent les membres de notre gouvernement, les chaînes d’info et les pseudos médecins de salle d’attente, qui ne connaissent rien, pour 99% d’entre eux à l’épidémiologie. 

La seule chose capable de vous prémunir et protéger de l’aliénation mentale, c’est la distanciation de l’information telle qu’elle vous est présentée. Prenez de l’air et de la distance. Allez sur internet, et regardez ce qui se passe ailleurs, et comparez. Vous verrez que des solutions bien différentes sont mises en place ailleurs, sans trier les citoyens pour les reléguer en sous-catégories. Les responsables d’un côté, les irresponsables de l’autre. Prenez soin des plus fragiles, dans les lieux couverts, dans votre cercle familial. Refusez l’état d’Urgence, qui était jusqu’alors l’apanage des républiques bananières et qui, sans le Sénat, pourrait encore durer des mois, permettant de tuer un peu plus nos libertés. 

Français, mettez-vous en position du lotus ou la tête à l’envers, respirez, retrouvez le bon sens qui faisait notre charme et notre succès, notre aspiration à la liberté qui l’emportait sur la terreur sécuritaire, et faites mentir le magnifique Yuval Harari, qui dit à quel point la société occidentale fait triompher la sécurité, le pouvoir, au détriment de la raison. Nos entreprises sont en danger, nous allons le réaliser très vite, trop tard. De leur vie dépend celle de notre pays, y compris de son système de santé à venir.

Je vais faire une pause en août, pour prendre le temps de lire, au lieu d’écrire. La seule façon de rester « intelligent », est de prendre le temps d’écouter et lire, ceux qui pensent autrement que vous. Accepter d’avoir tort est le geste indispensable pour rester pertinent. Pas de distanciation face à la contradiction. Votre nombril est un bien mauvais conseiller. Passez un bel été, pensez à ce que ce pays a perdu ces 15 derniers mois (notamment son bon sens) et ce qu’il doit retrouver, et ce que vous devez faire pour le lui rendre.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !