Et si votre productivité tenait à une odeur ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Un étudiant sent un parfum fondu sur des bandelettes de test dans une l'école de parfumerie au nord de Paris
Un étudiant sent un parfum fondu sur des bandelettes de test dans une l'école de parfumerie au nord de Paris
©ERIC FEFERBERG / AFP

Perception olfactive

Et si votre productivité tenait à une odeur ?

Selon une étude réalisée par le département de psychologie de l'université de Northumbria, au Royaume-Uni, certaines odeurs peuvent stimuler notre cerveau et nous rendre plus productifs

Emmanuelle Albert

Emmanuelle Albert

Emmanuelle Albert est orthophoniste, elle s’est spécialisée dans la rééducation des troubles neurologiques et des pathologies ORL. Elle intervient dans une Maison d’Accueil Spécialisée Korian qui accueille des personnes cérébrolésées et également dans le service ORL du Pr Justin Michel à l’hôpital de la Conception à Marseille (AP-HM). Elle est en charge de la rééducation des troubles de l’odorat et du gout dans le cadre de l’hôpital de jour dédié à l’anosmie post-Covid.

Voir la bio »

Atlantico : Nous avons vu durant la crise sanitaire à quel point la question du trouble de l’odorat pouvait impacter notre quotidien. Mais ce que nous savons aussi désormais à force d’être resté à la maison, c’est que certaines odeurs peuvent stimuler notre cerveau. Si Proust a décelé les souvenirs de sa grand-mère grâce à la madeleine, à quel point notre odorat peut-il nous aider à stimuler notre cerveau et mieux nous concentrer ? 

Emmanuelle Albert : Longtemps la valeur considérable du sens de l’odorat a été sous-estimée par la communauté scientifique et médicale. Le nombre conséquent de patients qui ont présenté, ou présentent encore, des dysosmies (quantitatives et/ou qualitatives) post-Covid ont permis de mettre la lumière sur son rôle essentiel pour la qualité de vie ainsi que pour la cognition.  

Les neurones olfactifs cheminent du nez jusqu’aux bulbes olfactifs, qui sont les portes d’entrée du cerveau et qui sont reliés directement à des structures cérébrales très importantes pour notre fonctionnement cognitif : l’hippocampe (qui joue un rôle fondamental dans l’apprentissage et la mémoire), l’amygdale (qui est le siège des émotions) et le cortex orbito-frontal (où se joue la conscience, l’imagination, les prises de décision…). 

On peut ainsi supposer que ce réseau cérébral de l’olfaction participe à une stimulation du métabolisme pouvant améliorer notre vigilance et que les odeurs avec une tonalité hédonique positive améliorent notre concentration en faisant baisser le niveau de stress. 

Des zones du cerveau sont-elles plus stimulées que d'autres par certaines odeurs ? Ou se jouent celles de la productivité ? 

Il y a encore beaucoup à apprendre pour découvrir si certaines odeurs impactent telle fonction cognitive plus qu’une autre mais on peut déjà penser que certaines odeurs rencontrées dans le passé font remonter à la surface des souvenirs que l’on croyait disparus, comme dans l’exemple de la Madeleine de Proust.

Les connexions de notre cerveau sont dynamiques et évoluent constamment pour intégrer nos expériences de vie et nos apprentissages, c’est ce que l’on appelle la plasticité cérébrale. Apprendre de nouvelles odeurs, y associer du vocabulaire, analyser les émotions qu’elles procurent, améliorent la productivité des nez parfumeurs, des œnologues, des cuisiniers…pourquoi pas la nôtre ? 

Certaines odeurs pourraient-elles nous aider à faire des choses que nous ne soupçonnons pas ou qui nous effraient ?

L’odorat stimule l’inconscient, fait remonter à la surface des souvenirs ou des émotions agréables ou désagréables.  Il reste possible que, dans l’avenir, des chercheurs arrivent à identifier des odeurs qui suscitent des réactions unanimes mais en attendant, c’est en soi qu’il faut chercher la réponse à cette question. Certaines personnes, par exemple, ont toujours dans une poche un foulard avec une odeur réconfortante qui les aide à surmonter des moments de stress mais bien souvent cette odeur appartient à leur propre histoire : un parfum, une odeur bonbon, un arôme gourmand…

Quelles sont les odeurs qui nous aident le plus à améliorer notre productivité ? 

Tout dépend de l’humeur qui nous aide à être plus productif et encore une fois c’est propre à chacun ! Une odeur invitant à la détente, comme une bougie parfumée ou de l’encens, pour ceux qui ont besoin de faire baisser le niveau de stress ou bien l’odeur du café, de la menthe poivrée pour ceux qui, au contraire, ont besoin de se sentir stimulés.

Utiliser les odeurs dans un but précis demande bien souvent de bien connaître ce qu’on aime ou ce qui nous semble bon pour soi et cette démarche n’est pas facile et cela peut demander un accompagnement par un olfactothérapeute par exemple. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !